Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Canard à l'Orange des Landes
  • Le Canard à l'Orange des Landes
  • : Le Canard à l'Orange des Landes est un journal d'expression libre d'une simple adhérente du Mouvement Démocrate. Il vous offre sa plume pour vous exprimer vous aussi.
  • Contact

Profil

  • Françoise Boulanger
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.

Orange & Vert

logo-modem2.jpg

"C’est grâce à un globe en carton bouilli que j’ai appris à aimer cette terre et ai compris sa fragilité : quand les morceaux se décollaient !

Je rêve d'un pays qui offrirait à chacun  de ses petits citoyens un globe terrestre.

Pour leur donner conscience que cette terre ils la reçoivent en héritage, en indivision."

Thierry P

clipart_objets_266.gif 

  

GooglEarth 

 

Google Traduction

  

Echelle de l’Univers

 

 JOURNAL OFFICIEL

 

HATVP

Haute Autorité de la Transparence pour la Vie Publique

 

Drapeau européen

 

La France à Vol d’Oiseau

 

Le Calendrier 

 

 Recherche & Technologie  

       

Les Instruments du Monde

 

worldometers

  Statistiques mondiales en temps réel

     

Journée mondiale 

 

Juke-Box 

 

Le Palais de la Découverte

 

 f e s t

l’agenda des festivités

 

Giga Presse

 

revue2presse.fr

toutes les unes avant l’heure


L'actu des dessinateurs

 

la fête des voisins 

immeubles en fête

 

IFranceI

I24IIII

L’actualité

Internationale 

24H / 24

 

Les horaires

 

Vacances scolaires 

 

Insee

Institut national de la statistique et des études économiques 

Mesurer pour comprendre

 

Vignette Fréquence Orange

 

Université Populaire  

Pour démocratiser le savoir

 

Tous les blogs du MoDem

   

Jeunes Démocrates

 

Affiche Bayrou 2012  De la vérité en politique  

Recherche

Aquitaine

 logo-aquitaine-orang-.jpg

 

Musique de Campagne

LESEUROPÉENS

 

Robert-Rochefort.jpg

Robert Rochefort "A coeur ouvert"

sur "Fréquence Orange"

saison 2009/2010


Itinéraire MICHELIN

 

Chargemap

Carte des points de charge électrique

 

MoDem 64

      
Forces.Aquitaine

 

Logo Journal Sud Ouest   

  

Logo AQUI bis

Partageons l'information en Aquitaine et bien au delà.

 

ARL

Aquitaine Radio Live


AEC

L’agence des initiatives numériques


 france-bleu-gascogne 

 

Nouveau logo Sud Radio

 

SOUVENIRS FM du Grand Dax

 

 

40 - Les Landes

 

Préfecture des Landes

 

Les Pages Landaises

 

 Les Landes avec Bayrou

 

RDTL voyages

 

Empreintes

landaises

rétrospective des Landes en vidéo

  carte-landes.jpg

Conseil Général des Landes

 

 Association des maires des Landes

 

Conseil Départemental d'Accès au Droit des Landes

 

Archives départementales des Landes


Chambre du Commerce et de l'Industrie des Landes

 
Chambre de Métiers et de l'Artisanat des Landes


Collectif des Commerçants Landais

 

TV Landes 

+ qu’une Web TV !

 

F G L

 Fréquence Grands Lacs

LA RADIO QUI A LA CÔTE !

89.3 Nord des Landes

91.1 Mimizan & Littoral

93.7 Ste-Eulalie-en-Born

94.7 Grand Dax

98.3 Plages Océanes


 Pulseo logo

ce que l'on fait naître ici

pousse plus haut


Conseil des Prud'hommes


CADA


Infogreffe


CGA

Centre de Gestion Agréé

des Landes de Gascogne

  

genevieve-darrieussecq.jpg

Geneviève Darrieussecq
Maire de Mont de Marsan

Conseiller régional d'Aquitaine

 

Dax dans les Landes

Météo Dax

 

Fontaine-Chaude-de-Dax.jpg

Webcam Fontaine chaude


 

Fréquences radios sur Dax

 

U.S.DAX

 

Office de Tourisme et du Termalisme de Dax

 

 « Regia semper »

 

.Grand Dax.

 

CONCERTATION « LE PONT DE L’AGGLO »

 

Société  de Borda

  

Centre hospitalier de Dax

 

Ciné Dax

 

Ze Mag Dax

 


Avril 2008 : 33 élus... Election municipale Dax 2008

...au service de tous les dacquois ?!...

Dax Bilan d'Etape 3

Supplément Dax Le Magazine

Décembre 2011 : 26 élus !?? 

 

19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 05:38

Saviez-vous que le célèbre Henri Emmanuelli avait été chef d’entreprise ?!

―Où l’on verra qu’Internet a de la mémoire vive.―

 

Départementales : 22 et 29 mars 2015

 

Couleurs Landes 

 

Ajout du 27 mars 2015

Allez, hop ! Des nouvelles du dernier Meeting des Partis dirigés par Henri Emmanuelli sur le Sud Ouest de ce jour…

« Elle » concentre les derniers tirs du PS

Dernier meeting en trois temps, hier soir, au château de Nahuques, à Mont-de-Marsan, pour le PS. D'abord, célébrer l'union de la gauche. Ensuite, cogner sur la « chef de file du camp d'en face », celle qui n'est jamais nommée, Geneviève Darrieussecq. Enfin, valoriser une dernière fois le bilan de la majorité sortante.

Arlette Tapiau-Dangla et Alain Baché, du Front de gauche, Laurence Motoman, d'Europe Écologie - Les Verts… Les anciens candidats sur les cantons montois, battus au premier tour, sont au premier rang. L'écologiste n'est présente qu'à « titre personnel » mais l'essentiel est là : « montrer que toute la gauche est là. Chacun a pris ses responsabilités », se félicite le premier fédéral du PS landais, Renaud Lagrave.

« Nous ne nous trompons pas d'élection. Ne sanctionnons pas localement ceux qui partagent des idées de progrès et de solidarité, et qui donnent de nouvelles perspectives au territoire », souligne Arlette Tapiau-Dangla. « Nous sommes tous ici parce que nous sommes tous de gauche », appuie le communiste Alain Baché.

« Elle rêve d'un empire »

Une fois que toutes les composantes de la gauche se sont tombées dans les bras, il est temps de tomber à bras raccourcis sur Geneviève Darrieussecq. Un citoyen extérieur aux Landes parachuté au début du meeting aurait bien du mal à comprendre sur qui se concentrent tous ces coups. « Madame », « la dame du Moun », « la dame du Marsan », « celle qui veut devenir reine du palais », « celle qui rêve d'un empire » ou tout simplement « elle »… Les quatre candidats socialistes montois se succèdent au micro pour planter banderille sur banderille.

« Hégémonique », « dogmatique », « versatile », « opportuniste », « démagogue »… « Elle » est décrite comme une « boîte de com' ambulante », capable d'un « comportement indigne » et de débiter des « successions de mensonges ».

Les critiques déjà formulées contre la chef de file de l'union de la droite MoDem-UMP-UDI sont rebattues encore et encore. « Elle n'a pas la franchise de son ambition », assène Renaud Lahitète. « Après les cagnottes de Mont-de-Marsan et du Marsan Agglo, elle veut celle du Département. C'est pour cela qu'elle lance une OPA sur le Conseil départemental. Évidemment puisque c'est le troisième le mieux géré de France ! », insiste Didier Simon. « Le PS n'a pas fait le plein des voix au premier tour car la gauche était dans la diversité. Le camp d'en face, lui, l'a fait ! Où ira-t-il chercher ses voix ? Chut ! Il ne faut pas en parler... »

L'économique et le chômage

S'il a un peu tapé sur Geneviève Darrieussecq, Henri Emmanuelli, réélu dimanche, a surtout défendu le bilan de la majorité sortante et ses projets. « Les 687 emplois d'Atlantisud et bientôt ceux d'Agrolandes », « les 6 000 emplois supplémentaires à créer grâce au tourisme », « la vague artificielle qui fera venir des stagiaires de toute l'Europe et consolidera l'installation des grandes marques de surf », « l'apprentissage financièrement aidé alors que rien n'y oblige le Département »…

Et aussi « les bénéficiaires du RSA qui sont contrôlés et parfois envoyés devant les tribunaux », « le transport scolaire gratuit, qui, pour une famille de deux enfants, représentent l'équivalent du 13e mois économisé ».

Henri Emmanuelli ne présage pas du résultat de dimanche soir mais veut « faire confiance au suffrage universel ».

 

* * *

 

Ajout du 20 mars 2015 à 23h30

Grâce aux lois sur la transparence de la vie publique, les responsables publics sont tenus de déclarer leur patrimoine et leurs intérêts à la HATVP (Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique) qui est chargée de les contrôler.

La loi a également prévu que certaines de ces informations soient directement consultables par les citoyens.

Voici les deux fiches d’information remplies par Henri Emmanuelli lui-même :

Vous constaterez le nombre impressionnant* de fonctions et mandats dans lesquels il est engagé ainsi que les rémunérations versées pour certains.

* (Dommage que ce nombre dépasse largement les 8 présidences, je voulais écrire « tentaculaire »…)

 

* * *

 

Si, si, chef d’entreprise ! Avec société1, salariés, gros emprunts et tout et tout… Preuve à l‘appui ci-dessous.

1 (D’ailleurs la société n’était sans doute pas à son nom…)

 

 

Certains vont se dire qu’après mes révélations sur Gabriel Bellocq, je ne choisis de m’en prendre qu’aux illustres hommes sur ce blog, dans le seul but de me faire remarquer.

 

Si vous le croyez, c’est que vous ne me connaissez toujours pas. Il ne s’agit pas pour moi de critiquer pour le simple plaisir de dénigrer. Ce que j’ose faire ici, c’est dénoncer des pratiques préjudiciables à la collectivité.

 

D’autant que je n’ai rien de spécial à reprocher personnellement à Monsieur Emmanuelli, lui que j’ai eu l’occasion de croiser plusieurs fois. Je me souviens parfaitement de ma première rencontre avec lui. C’était lors d’une manifestation à Dax2 il y a plus de quatre ans. Il était accompagné de son épouse et de son attaché de communication, Lionel Niedzwiecki. Outre son élégance indéniable, ce qui m’avait marquée c’est qu’il m’ait serré la main deux fois : d’abord pour me saluer lorsque je me suis avancée vers lui, puis pour me signifier… la fin de la conversation.

2 [« Mes belles rencontres ? Par exemple, celle de Stéphane Delpeyrat (si, si, nous nous sommes fait la bise) avec qui je suis virtuellement « amie » sur Facebook, alors qu’il est vice-président du Conseil Régional… Ou celle d’Henri Emmanuelli (et de son épouse), le député, avec qui j’ai pu discuter quelques minutes. J’ai d’ailleurs appris de ses propres lèvres qu’il serait meilleur en béarnais que François Bayrou lui-même, à qui il prétend donner des leçons -lui le gascon- lors de leurs voyages en avion ! Je demande à vérifier… En tout cas je peux vous dire qu'Henri Emmanuelli a un vrai sens de l'humour. Et ça j'aime ! »]

 

Ici je veux juste démontrer courageusement que certaines assertions, certaines déclarations tonitruantes, sont tout simplement… mensongères.

 

Et, comme l’a écrit il y a quelques jours mon amie Catherine Créange dans un de ses dessins, depuis les évènements de Charlie Hebdo il n’est surtout plus question de « céder à une quelconque police de la pensée » !

 

Lorsque le président sortant du Conseil Général revendique la bonne note décernée à sa gestion par BFM Business, il détourne tout simplement la vérité. Il la travestie dans le but de gruger tous les landais. Favoriser ainsi sa réélection et celle des candidats de son bord ! Eux qui, parce qu’il est le chef de la pensée3 locale, n’hésitent pas à reprendre ses arguments4, alors même qu’ils les savent fallacieux.

3 (Comme le rappelle le journal Sud Ouest, 26 conseillers sur 30 sont de la majorité !)

4 (Je vous invite à regarder notamment le procédé de poids employé pour convaincre par l’intimidation : dans tous les tracts du PS, y compris sur le bulletin de vote lui-même, il est spécifié dans le coin à droite « Majorité départementale » ! Afin de rappeler aux électeurs jusque dans l’isoloir, que les candidats présentés par eux sont protégés par le chef. Il est en effet d’usage chez eux d’opter pour une Com’ la plus explicite possible. La maxime est simple : « Si tu n’es pas mon ami, c’est que tu es mon ennemi ; choisis ton camp camarade ! » C’est un procédé que je n’hésite pas à qualifier de mafieux.)

 

Bulletin de vote Départementales mars 2015 Dax 2

 

Oui, Henri Emmanuelli se moque des gens quand il annonce un bilan exemplaire. Je ne dis pas que tout ce qu’il a fait durant sa carrière ait été mauvais naturellement, mais au bout de 33 ans à la tête du développement du département des Landes, il faut admettre que les résultats ne sont pas mirobolants. Voyez le classement lamentable de notre département dans toutes les missions de base du Conseil Général révélé par « Couleurs Landes » :

 

 

 


Et les deux principales causes de cette situation sont identifiées :

le clientélisme et le sectarisme !

 

* * *

 

Alors j’en reviens à notre mouton5 et vais vous révéler comment j’ai eu connaissance du parcours d’entrepreneur de Monsieur Emmanuelli.

5 (Certaine extrémiste aurait sûrement préféré dire « brebis galeuse » ou « repris de justice » mais je préfère rester correcte !)

 

C’est tout simplement un ami -lui-même chef d’entreprise- qui me l’a appris la semaine dernière :

- Savais-tu que le président du Conseil Général des Landes a été chef d’entreprise ?

- Ah bon ?! Quand ? Pendant qu’il était à la banque Rothschild sans doute.

- Oh non, du temps où il était encore trésorier du PS je crois. C’était en 1998.

- Je me demande bien quel genre d’entreprise a pu créer un responsable politique comme lui, qui, à part la banque…

- Il a fondé un journal.

- Un journal ?!! C’est vachement bien ; je ne savais pas qu’il était journaliste, Emmanuelli…Sur quel thème ?

- De l’information générale. Il y avait 30 journalistes. Il a fait un emprunt, une souscription et a même eu un prêt d’honneur du PS pour un total de 10 millions de francs.

- Et comment se fait-il que l’on ne le sache pas ? Ce n’est pas sur Wikipédia en tout cas, je l’aurais vu.

- Il ne s’en est pas vanté parce que son entreprise n’a duré que 11 numéros.

- Attends, presque une année, c’est pas mal quand même !

- Non pas 11 mois, c’était un quotidien : donc ça fait 11 jours !...

- Euh, 10 millions de francs pour 11 jours de fonctionnement ?!!

 

Et là, mes amis, je ne sais pas vous, mais moi je n’ai pas pu m’empêcher d’éclater de rire … mais rire de bon cœur ! En me disant qu’une entreprise qui n’a duré que 11 jours, c’est un véritable exploit pour un banquier sortant de chez Rothschild.

 

Je me suis dit aussi que le Splendid à Dax, dont les travaux ne sont toujours pas commencés, prend peut-être des risques à être principalement financé par la Caisse des Dépôts et de Consignation. Savez-vous qui est le président de la Commission de surveillance actuellement ?!

 

Exact, c’est le fondateur du « Quotidien de la République6 » lui-même !

6 (Vous me connaissez, j’ai fait quelques recherches sur ce titre évidemment…)

 

Ce qui m’a étonnée, c’est que le journaliste rédacteur en chef qui animait l’équipe des 30 journalistes, Stéphane Bugat, aurait pu être soupçonné d’imprévoyance, voire d’incompétence, alors qu’il est toujours présent dans la sphère médiatique. Editeur de journaux, je l’ai retrouvé notamment conseiller dans le Cercle Colbert (oui, vous savez ce regroupement de spécialistes des questions territoriales pratiquant la double parité+ public/privé et majorité/opposition ; hélas pas encore la parité homme/femme mais ça viendra je le sens). Il était aussi Responsable de la communication à l'Assemblée des Départements de France avant de rejoindre son récent poste de conseiller du Secrétaire d'état à la réforme territoriale, André Vallini.

 

Amusant tenez, de savoir que, comme Henri Emmanuelli député PS, André Vallini, qui était sénateur PS jusqu’à sa nomination au gouvernement, est également président sortant du Conseil Général de l’Isère et se porte à nouveau candidat … C’est d’ailleurs le seul ministre à participer à ces départementales.

 

En tout cas, il est fort probable que le déficit d’audience du « Quotidien de la République » n’incombait pas à Stéphane Bugat et son équipe de journalistes mais plus logiquement à celui qui s’est improvisé « patron de presse » !

 

Emmanuelli et son « Figaro de gauche »

C’est le 17 novembre 1998 qu’apparaît dans les kiosques Le Quotidien de la République. Le titre est classique, la maquette l’est tout autant : une vingtaine de pages denses, du noir et blanc à peine égayé d’une touche de rouge dans le logo. Pour six francs (90 centimes d’euro), son créateur veut proposer « un Figaro de gauche ».

Ce patron de presse débutant s’appelle Henri Emmanuelli. « Je me suis toujours intéressé à la presse écrite et, aujourd’hui, j’ai des disponibilités de temps », explique-t-il alors dans Stratégies (sollicité par Rue89 mardi, Henri Emmanuelli n’était pas disponible).

Ce temps libre lui est offert par sa condamnation dans l'affaire Urba en sa qualité de trésorier du PS. Pour démarrer, Le Quotidien de la République bénéfice d’un prêt du parti, mais Henri Emmanuelli défend son indépendance :

 « Ce ne sera ni le quotidien du Parti socialiste, ni celui d’un groupe ou d’un homme. Le journal défendra certaines positions, mais tentera d’être moins conformiste que d’autres. Je ne cherche pas l’originalité, mais la nouveauté. »

Le Quotidien de la République ne publiera que onze numéros : après le lancement, les ventes chutent en-dessous des 3 000 exemplaires, loin des 25 000 prévus. Henri Emmanuelli retournera finalement à la politique.

 

* * *

 

Où est l’explication de cet échec ?!

 

Pardonnez ma question, Monsieur Emmanuelli, mais vous êtes-vous demandé pourquoi vos pairs du Parti Socialiste ne se sont pas empressés à soutenir votre projet de… presse ?

 

Vous ne souhaitiez pourtant que « rassembler toutes les sensibilités de la gauche ». Et vous étiez disponible pour de longs mois. 24 mois tout de même ! Ce n’était pas rien.

 

Avec le recul, votre condamnation de 1997 n’aurait-elle pas dû vous inciter à afficher un peu plus de modestie ? A vous faire oublier momentanément ; sous d’autres cieux pourquoi pas.

 

Un certain Alain Juppé a su le faire plus tard avec intelligence. Ramenant dans ses bagages de nouveaux plans profitables à sa ville de Bordeaux.

 

Après l’affaire Urba vous n’étiez hélas pas en terrain viabilisé et les colonnes de votre journal -faute de solides fondations- se sont tout simplement effondrées dès le seuil de curiosité franchi. 11 jours… c’était juste un intérêt de façade !

 

Alors, Monsieur Emmanuelli, après 33 ans7 de présence sans interruption dans les Landes, puisque vous n’avez pas réussi à contenter l’ensemble de la population, laissez le champ libre à de vrais gestionnaires.

7 (L’âge du Christ à sa mort, c'est-à-dire plus de 12.000 jours !)

 

De vrais gestionnaires connaissant les problèmes de la vie réelle. Eux qui osent donner et risquer de leur propre argent et qui savent ce que signifie un engagement personnel. Dans tous les sens du terme.

 

Ils ont construit leurs murs eux-mêmes : ils savent que l’argent des contribuables n’est surtout pas le leur et qu’il ne doit pas être dépensé sans prévisionnel.

 

La mode n’est plus au clientélisme ! Finie la période où les privilèges se distribuaient selon le bon vouloir des barons. Priorité à la solidarité.

 

Et la mode n’est plus au sectarisme !

  

Geneviève Darrieussecq a démontré, dans la communauté du Marsan, que tous les maires pouvaient travailler ensemble, quelles que soient les différentes étiquettes. Elle veut l’appliquer à tout le département. Elle veut le bien collectif !

 

Laissez lui la gestion du département, Monsieur Emmanuelli !

 

Place à la loyauté, au courage et à l’opposition constructive.

 

Le temps du respect des différences++ est venu. Au-delà de nos sensibilités, le seul rassemblement des compétences et des énergies est enfin possible.

 

Françoise Boulanger

Petite landaise indépendante, libre d'expression et au centre de son département !

 

* * *


+ « Quelle que soit notre sensibilité politique en tant qu’élus locaux, nous avons tous les mêmes inquiétudes, dues en particulier à des perspectives financières floues, et à des outils de gestion inadaptés. Il existe même pour demain de fortes interrogations sur les services que nous serons capables d’assurer à nos administrés. Nous avons donc sollicité le plus large éventail de compétences aussi bien du secteur public que du secteur privé, pour les faire travailler ensemble au sein du Cercle Colbert »

Jacques Bravo – Président d’honneur


* * *

 

++ Ajout du 21 mars 2015 (rectification)

Cet article avait été initialement édité le 13 mars et a été modifié le 20 mars, soit une semaine après… Aussi je vous mets ici l’intégralité du texte premier :

http://www.sudouest.fr/2015/03/13/les-landes-s-offrent-un-suspense-inedit-1857675-2485.php

Publié le 13/03/2015, par audrey ludwig

Départementales : les Landes s'offrent un suspense inédit

Pour la première fois, une victoire des troupes d'Henri Emmanuelli (PS) n'est pas certaine. Geneviève Darrieussecq (Modem), maire de Mont-de-Marsan, est à l'affût

Henri Emmanuelli et le Parti socialiste peuvent-ils perdre le département des Landes ? Cette question, qui aurait suscité un grand éclat de rire en d'autres temps (1), est pourtant d'actualité. Avec une opposition unie derrière Geneviève Darrieussecq et une gauche éparpillée au premier tour, la partie sera serrée pour le PS (lire par ailleurs), qui reste cependant le favori de cette élection. « Habituellement, c'était une formalité. Là, ce sera un combat », convient Henri Emmanuelli.

Cette possibilité n'est d'ailleurs pas étrangère à sa décision de repartir avec gourmandise dans l'arène landaise. Car, à 69 ans, le président sortant n'avait pas forcément prévu de se représenter. Non pas pour une question d'âge, mais plutôt de longévité. « Est-ce que les gens n'en ont pas marre de voir ma tête ? J'ai beaucoup donné », s'interrogeait-il avec franchise au mois d'octobre. Le contexte aura changé la donne. La liste des écueils est longue : la situation nationale très défavorable au PS, le nouveau mode de scrutin, la forte abstention annoncée, la présence en force du Front national. Le capitaine Henri Emmanuelli apparaissait comme le seul en mesure de tenir la barre en pleine tempête. Sa stature indéniable d'homme d'état, qui peut appeler directement François Hollande ou contribuer au sauvetage de l'entreprise Gascogne grâce à ses réseaux, est de loin son grand atout.

De plus, il n'a jamais renié ses convictions. Socialiste, oui, mais pas libéral. Il a beau avoir été banquier comme Emmanuel Macron, il ne partage pas sa vision pour redresser la France. En revanche, il défend bec et ongles son bilan récemment auréolé d'un classement de troisième département le mieux géré de France (2).

Une « occasion historique »

Sa présence suffira-t-elle à rassurer son électorat et à le mobiliser ? Ou, au contraire, sera-t-il l'incarnation d'un rejet après trente-trois ans de présidence au Conseil général ? « L'âge du Christ ! tonnait récemment l'animal politique en meeting. Mais ce n'est pas la droite qui me crucifiera ! » Cette idée ne déplairait pourtant pas à Geneviève Darrieussecq.

Car si l'issue est incertaine, c'est aussi parce que l'opposition s'est mise en ordre de marche. La maire Modem de Mont-de-Marsan de 59 ans a réussi à fédérer autour de sa personne, historiques de l'UMP, UDI, Modem et autres citoyens. Petit à petit, confortée par sa réélection triomphante en 2014 à la mairie, elle est devenue le symbole d'une possible alternative dans les Landes, biberonnées au socialisme. Comme son adversaire, « la Dame du Marsan », comme l'appellent ses adversaires, a aussi beaucoup hésité. Peu y croyaient. « Trop à perdre. » « Elle ne lâchera jamais la mairie (3). » Mais comment ne pas saisir l'occasion « historique » de faire basculer le Département ? Alors, à sa manière, ce médecin allergologue mène l'équipe en « chef de file » et assure qu'il n'est pas certain qu'elle brigue la présidence en cas de victoire. Celle qui a vu un jour François Bayrou toquer à son domicile pour lui proposer de se lancer en politique appelle au renouvellement et défend une autre méthode de gouvernance. En proposant par exemple un conseil exécutif où elle imagine réunir deux à trois fois par an les élus de tout bord (représentants de la Région, des maires, des communautés de communes, etc.) pour fixer le cap de projets majeurs ou enjeux concernant le territoire. Elle ose : « Les concepts de majorité et d'opposition sont dépassés. Il faut fédérer les forces. » Dans les urnes, le verdict.

(1) Aujourd'hui, 26 conseillers sur 30 sont de la majorité départementale. (2) Selon une étude de BFM Business. (3) Si elle est élue présidente du Conseil départemental, elle devra renoncer à son fauteuil de maire.

* * *

Partager cet article

Repost 0
Published by FB-40
commenter cet article

commentaires

Petits rappels utiles...

Quelles sont vos relations avec l'opposition ?

« L'opposition municipale est ce qu'elle est. Le débat n'est pas à la hauteur de ce que je souhaiterais. Le climat n'est pas non plus ce que j'attends. Pourtant, je crois à l'intérêt d'une opposition. Elle est là pour relever des erreurs, faire des critiques et des propositions et à ce jour, il n'y a pas eu une seule proposition. Le débat est médiocre. Mais ce n'est pas vers ça que je me laisserai entraîner. J'ai été élu avec la volonté d'apaiser le climat dans cette ville, de renouer des échanges normaux entre les Dacquois, entre les sensibilités politiques. Et lorsqu'il s'est agi de désigner des représentants dans les commissions des fêtes, j'ai désigné des gens dont je sais bien qu'ils ne partagent pas ma sensibilité politique, et certains étaient même sur des listes adverses. Mais ils ont des qualités et des compétences et moi je pense qu'une ville doit s'enrichir de sa diversité et de ses compétences. » 

 

* * *

  

Êtes-vous un maire de gauche ?

« Je suis le maire de tous les Dacquois et je m'efforce de le démontrer. Je pense être quelqu'un de tolérant. J'ai des convictions politiques, elles sont connues de tous, je suis attaché à des valeurs humanistes, de solidarité, que l'on qualifie plutôt de gauche, mais je constate souvent que ces mêmes valeurs sont portées aussi par des gens qui ne sont pas de la même sensibilité que moi... Quand par exemple, je défends le dossier des logements sociaux, on dit : « Bellocq fait ça parce qu'il est de gauche ! » Non. Je le fais parce que c'est un besoin à Dax. Et ce n'est pas une question de droite ou de gauche. On pourrait dire la même chose dans d'autres domaines comme la culture, le sport etc. Si l'on travaille sur un projet de rénovation du stade Maurice-Boyau, ce n'est pas un projet de gauche ou de droite... Mon prédécesseur s'était isolé derrière ces remparts. Moi, je travaille pour tous les Dacquois, avec tout le monde, et en harmonie avec la Communauté d'agglomération du Grand Dax, le Conseil général et je peux vous assurer qu'avec le Grand Dax comme avec le département, il n'y a pas de passe-droit. On monte les dossiers le mieux possible et on fait en sorte que ces dossiers soient recevables auprès de ces deux institutions... »

Propos recueillis par Jefferson Desport et Didier Piganeau le 16/03/09

L'Union Européenne

 RADIO - HOME

 


L'hymne Européen

 

Commentez ou écrivez-moi !

Dénoncez sans problème les agissements contraires à la démocratie !
Pas d'attaque trop personnelle toutefois. Ici l'on n'accuse pas sans preuve.
Ecrivez-moi ou envoyez un article de votre plume.

Je le publierai pour vous :
france.boulanger.m (puis)@(puis)orange.fr