Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Canard à l'Orange des Landes
  • Le Canard à l'Orange des Landes
  • : Le Canard à l'Orange des Landes est un journal d'expression libre d'une simple adhérente du Mouvement Démocrate. Il vous offre sa plume pour vous exprimer vous aussi.
  • Contact

Profil

  • Françoise Boulanger
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.

Orange & Vert

logo-modem2.jpg

"C’est grâce à un globe en carton bouilli que j’ai appris à aimer cette terre et ai compris sa fragilité : quand les morceaux se décollaient !

Je rêve d'un pays qui offrirait à chacun  de ses petits citoyens un globe terrestre.

Pour leur donner conscience que cette terre ils la reçoivent en héritage, en indivision."

Thierry P

clipart_objets_266.gif 

  

GooglEarth 

 

Google Traduction

  

Echelle de l’Univers

 

 JOURNAL OFFICIEL

 

HATVP

Haute Autorité de la Transparence pour la Vie Publique

 

Drapeau européen

 

La France à Vol d’Oiseau

 

Le Calendrier 

 

 Recherche & Technologie  

       

Les Instruments du Monde

 

worldometers

  Statistiques mondiales en temps réel

     

Journée mondiale 

 

Juke-Box 

 

Le Palais de la Découverte

 

 f e s t

l’agenda des festivités

 

Giga Presse

 

revue2presse.fr

toutes les unes avant l’heure


L'actu des dessinateurs

 

la fête des voisins 

immeubles en fête

 

IFranceI

I24IIII

L’actualité

Internationale 

24H / 24

 

Les horaires

 

Vacances scolaires 

 

Insee

Institut national de la statistique et des études économiques 

Mesurer pour comprendre

 

Vignette Fréquence Orange

 

Université Populaire  

Pour démocratiser le savoir

 

Tous les blogs du MoDem

   

Jeunes Démocrates

 

Affiche Bayrou 2012  De la vérité en politique  

Recherche

Aquitaine

 logo-aquitaine-orang-.jpg

 

Musique de Campagne

LESEUROPÉENS

 

Robert-Rochefort.jpg

Robert Rochefort "A coeur ouvert"

sur "Fréquence Orange"

saison 2009/2010


Itinéraire MICHELIN

 

Chargemap

Carte des points de charge électrique

 

MoDem 64

      
Forces.Aquitaine

 

Logo Journal Sud Ouest   

  

Logo AQUI bis

Partageons l'information en Aquitaine et bien au delà.

 

ARL

Aquitaine Radio Live


AEC

L’agence des initiatives numériques


 france-bleu-gascogne 

 

Nouveau logo Sud Radio

 

SOUVENIRS FM du Grand Dax

 

 

40 - Les Landes

 

Préfecture des Landes

 

Les Pages Landaises

 

 Les Landes avec Bayrou

 

RDTL voyages

 

Empreintes

landaises

rétrospective des Landes en vidéo

  carte-landes.jpg

Conseil Général des Landes

 

 Association des maires des Landes

 

Conseil Départemental d'Accès au Droit des Landes

 

Archives départementales des Landes


Chambre du Commerce et de l'Industrie des Landes

 
Chambre de Métiers et de l'Artisanat des Landes


Collectif des Commerçants Landais

 

TV Landes 

+ qu’une Web TV !

 

F G L

 Fréquence Grands Lacs

LA RADIO QUI A LA CÔTE !

89.3 Nord des Landes

91.1 Mimizan & Littoral

93.7 Ste-Eulalie-en-Born

94.7 Grand Dax

98.3 Plages Océanes


 Pulseo logo

ce que l'on fait naître ici

pousse plus haut


Conseil des Prud'hommes


CADA


Infogreffe


CGA

Centre de Gestion Agréé

des Landes de Gascogne

  

genevieve-darrieussecq.jpg

Geneviève Darrieussecq
Maire de Mont de Marsan

Conseiller régional d'Aquitaine

 

Dax dans les Landes

Météo Dax

 

Fontaine-Chaude-de-Dax.jpg

Webcam Fontaine chaude


 

Fréquences radios sur Dax

 

U.S.DAX

 

Office de Tourisme et du Termalisme de Dax

 

 « Regia semper »

 

.Grand Dax.

 

CONCERTATION « LE PONT DE L’AGGLO »

 

Société  de Borda

  

Centre hospitalier de Dax

 

Ciné Dax

 

Ze Mag Dax

 


Avril 2008 : 33 élus... Election municipale Dax 2008

...au service de tous les dacquois ?!...

Dax Bilan d'Etape 3

Supplément Dax Le Magazine

Décembre 2011 : 26 élus !?? 

 

21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 03:20
 
« Le XXIe siècle doit être le siècle de l’éthique. »
 

―Puisque c’est le bon moment, faisons-le* enfin !―

*(Voir aussi les liens ajoutés les 25, 28 et 29 décembre...)
 
        

 

 

[ - Ajout du 8 janvier 2013 :

Lorsqu’il y a une bonne décision de prise, l’honnêteté intellectuelle veut qu’on la salue. Alors j’ose le dire ! Oui, je suis très satisfaite de la déclaration de François Hollande lors de ses vœux devant le Conseil Constitutionnel : « J'entends mettre fin au statut de membre de droit du Conseil Constitutionnel des anciens présidents de la République. Je proposerai donc d'y mettre un terme mais uniquement pour l'avenir. »

« Il reprend ainsi l'une des propositions du rapport de la commission Jospin pour moderniser la vie publique française », précise L’Express.

 

Ce qui signifie que le Président de la République ne souhaite plus d’un Conseil de Sages dont certains seraient à la fois « juge et partie ». A mes yeux une grande avancée éthique. Il se montre ici exemplaire, et c’est précisément ce qu’on lui demande. Il fallait le souligner.

Cependant, ce n'est pas parce que le président de la République a fait une chose de bien, que le gouvernement peut s'autoriser à faire... tout le reste de travers. Ma réflexion s'adresse ici à tous les responsables politiques évidemment.

 

- Un autre ajout du 7 janvier 2013... au soir :

Extrait d’une interview de François Bayrou sur les Echos de ce jour

- François Hollande, a-t-il intérêt, politiquement, à choisir ?

- La fonction présidentielle n'est pas politique mais historique. Or trop d'habileté est l'ennemi des choix historiques. Je dis donc à François Hollande : « Assumez le choix réformiste que vous avez esquissé ! Tranchez ! Assumez l'urgence politique qui s'impose, à la Mendès* ou à la Schröder**. Il n'est plus temps de ruser ! Ne cherchez pas les mots à double sens. Conduisez les changements qui s'imposent, y compris institutionnels, pour que cette politique réformiste trouve son soutien dans l'opinion. Sonnez la mobilisation du pays ! Et faites-le tôt ! Prenez des risques, c'est urgent ! Plus vous tarderez à le faire, plus cela apparaîtra comme un pis-aller, une défaite, une retraite. »

* (La révision constitutionnelle du 7 décembre 1954 que fera voter Pierre Mendès France modifiera les modalités de formation du gouvernement, le Président du Conseil se présentant devant l'Assemblée en ayant déjà choisi ses ministres !)

** (Dès son premier mandat, Gerhard Schröder diffusait une rhétorique pro-entreprise, au point qu'il fut surnommé le "camarade des patrons".) 

 

- Ajout du 7 janvier 2013 :

Voilà un article paru dans le Sud Ouest de ce jour qui me réjouit pleinement ! Daniel Lebègue, président de « Transparency International », y révèle que « la France souffre de vingt ans d'absence de volonté politique pour moraliser la vie publique. ».

- « Dans votre dernier rapport, vous placez la France à la 22ème place des pays les moins corrompus. Qualifiez-vous pour autant la France de pays corrompu ? »

- « Je ne dirais pas cela comme ça. Les services publics ont par exemple un bon niveau d'intégrité. Mais nous n'avons pas suffisamment formalisé les valeurs et les principes qui s'imposent à l'action publique dans une démocratie moderne comme la transparence, l'intégrité, la probité, le devoir de rendre des comptes, accepter les contrôles… Par exemple, nous sommes une des seules grandes démocraties à n'avoir prévu aucun encadrement du lobbying ou des conflits d'intérêts. Il y a toujours une soixantaine de parlementaires qui cumulent leurs fonctions avec la fourniture de conseils rémunérés à des personnes ou des entreprises. »

 

François Bayrou avait donc parfaitement raison de vouloir une moralisation de la vie publique dès la nouvelle présidence. C’est la priorité majeure de notre pays.

Il est mathématiquement prouvé que seule l’honnêteté intellectuelle garantit le succès. Dans tous les domaines : du privé comme du public. Parce que c’est la plus simple et la plus directe des attitudes. Démontrons-le tout de suite !

 

- Ajout du 5 janvier 2013 :

(Il faut dire que « Jacques Chirac ayant reçu le Prix Ig Nobel en 1996 -prix parodique décerné à des personnes dont les découvertes ou les accomplissements peuvent apparaître bizarres, drôles ou absurdes- pour avoir célébré le cinquantième anniversaire des bombardements de Hiroshima et Nagasaki en reprenant les essais nucléaires français dans le Pacifique »… il lui fallait se rattraper et remonter dans l’estime des français !

En ce début d’année, si vous avez du temps, amusez-vous à découvrir les différents lauréats depuis la création de ce titre, c’est étonnant et même époustouflant.   

D’ailleurs, il existe une personne ayant reçu ce prix insolite en 2004, puis le vrai « prix Nobel de physique en 2010 » : il s’agit du physicien Andre Geim né en Russie mais naturalisé néerlandais, très connu pour ses travaux sur le graphène… Lui qui a dit : « Si j’étais resté en Russie, l'efficacité de mon travail aurait été de 0,001% »...

Franchement, comme l'explique si bien mon ami L'Hérétique, ne devrait-on pas avertir Gégé et BB du risque encouru à quitter la civilisation occidentale ?!) ]

 

* * * 

 
Qu’est-ce qu’un chercheur ? Quelqu’un qui… cherche.
 
Qu’est-ce qu’un inventeur ? Quelqu’un qui trouve !
 
 
L’innovation ne concerne pas seulement le domaine technique.
Pour moi le secteur organisationnel est bien plus essentiel. C’est pourquoi je me suis toujours penchée en priorité sur le « bon ordre+ des choses ».
+ (Lien ajouté le 25/12/2012...) 
 
Encore un billet en forme de dossier. J’y fais une proposition novatrice. Oui, je suis sûre de moi ! Oui, je pense que cette solution -parce que c’en est véritablement une !- est simple à mettre en œuvre et qu’elle peut être applicable en quelques mois. Pour peu que l’on en ait la volonté « en hauts lieux ».
 
Pour avoir de nouveau confiance en nos dirigeants politiques, il nous faut impérativement les mettre en incapacité de trahir leurs promesses : c’est à dire démasquer les simulateurs, les tricheurs, avant les élections. Il nous faut les meilleurs ! Nous y avons droit. Le temps est venu d’agir efficacement.
 
* * *
 
 
DSCN2389.JPG
     
« Pourtant j’ai confiance. La France franchira les obstacles, comme elle l’a toujours fait au long de son histoire, pour peu qu’elle soit fidèle à elle-même. » Jacques Chirac
 
 
* * *
 
Que faisiez-vous le 31 décembre 1999 à 20H00 ?!
 
Pour ma part, je me souviens que j’étais à Nancy. Et qu’entourée de ma famille, j’écoutais Jacques Chirac. Je me suis remémorée comme ce mois avait funestement marqué les esprits : d’abord la marée noire de l’Erika, du 12 décembre, puis les tempêtes des 26 et 27 décembre quelques jours auparavant… Le chef de l’état s’était donc adressé à tous les français avec beaucoup d’émotion, saluant la formidable solidarité générale qui s’était spontanément manifestée au cours de ces deux épreuves nationales. Ensuite, à quelques heures de l’an 2000, Jacques Chirac a évoqué l’avenir. Son discours(1) m’avait profondément remuée ! Vous aussi, sans doute…
Cependant, vous souvenez-vous de son contenu exact ?!
 
Pour le vérifier, je vous recommande non seulement de l’écouter (si vous en avez le temps…) mais aussi de le relire et d’en repérer des passages. Pour cela je vous l’ai entièrement retranscrit et vous le trouverez(1) tout en bas du billet en annexes.
 
D’ailleurs, à la toute fin(8), une question vous sera posée… à laquelle vous répondrez tous à l’identique, j’en suis quasi certaine.
 
Pourquoi suis-je revenue précisément sur ces vœux-là ? Parce que j’ai toujours eu de l’admiration pour Jacques Chirac et que j’ai eu la chance de l’approcher en 2005 lors de sa venue à Nancy* sur la Place Stanislas, qui fêtait alors ses 250 ans. J’aurais pu lui serrer la main (étant sur son passage) mais j’aurais raté une chouette photo++ je crois : n’est-ce pas sympa d’avoir eu en même temps le peloton des journalistes, le maire de Nancy, André Rossinot, et le président de la République ?! Voyez comme ce président-là a une bonhomie rassurante et spontanée.
 
* (La rénovation donne lieu toute l'année à de nombreuses festivités : Nancy 2005, le Temps des lumières. Le 19 mai a lieu l'inauguration en présence de Jacques Chirac, Gerhard Schröder et Aleksander Kwasniewski, à l'occasion d'un sommet du Triangle de Weimar.)
 
++ (Rectification du 28 décembre 2012 : 
Habitée d'un doute, j'ai vérifié les propriétés de cette photo qui s'avère avoir été prise par un appareil Nikon E8700, alors qu'à l'époque j'avais un Olympus Camedia 50Z... Comme ce 19 mai 2005 je me suis souvenue avoir sympathisé avec de jeunes étudiants de Nancy -étudiants en communication ou de futurs ingénieurs, je ne sais plus-, j'ai cherché et retrouvé le CD que l'un d'entre eux m'avait donné de ses propres clichés ; ce qui signifie que cette photo est sienne et pas mienne. Il me reste à vous retrouver le nom de ce jeune et surtout mon propre fichier de photos ; j'ai le souvenir entre autre d'un cliché de Jacques Chirac sur le podium se retournant pour saluer ses "fans" et puisqu'il ne figure pas sur le CD, ce devait être sur mon appareil. Pas évident, sachant que l'appareil photo en question est en panne et surtout que le téléphone -avec tous ses contacts- et le PC ont été remplacés plusieurs fois... Certains documents ont pu être perdus.)
 
C’est probablement cette volonté d’apaisement* et de réconfort, que tous les français ont ressenti ce dernier soir du deuxième millénaire.
* (Voir plus haut l'ajout du 5 janvier) 
 
Et qui, dans ce même « désir de paix », trois ans plus tard, explique que nous nous soyons si fortement réjouis lorsque ce même président a fermement refusé(2) de laisser entrer la France dans la guerre d’Irak ! Personnellement, ayant connu un rapatriement avec mes enfants au début de la guerre du Golfe 1990/1991, je savais trop la terrible angoisse qu’un tel conflit représente, aussi bien pour les soldats que pour leurs familles. Oui, je suis profondément reconnaissante à Jacques Chirac** de ses choix équilibrés !
** (Tenez, par curiosité, pour comparer avec les années suivant son départ, lisez aussi la liste faite par le Figaro sur tous les vœux aux français de Jacques Chirac pendant les douze années de ses deux mandats.)
 
Et maintenant j’en arrive à ce que je voulais à tout prix vous faire remarquer : dans ses « vœux de l’an 2000 », le président de la République a parlé de « faire du XXIe siècle le siècle de l’éthique(3) » ! Eh bien, comme je vous le disais en introduction, il est enfin temps de le réaliser, car nous en ressentons tous -oui tous, à droite comme à gauche, comme au centre- la nécessité vitale. Dans le monde des fonctionnaires comme dans le monde de l’entreprise du syndicalisme et dans la société civile en général. C’est le bon moment !
 
Naturellement, ce sont d’abord les propos de François Bayrou sur le bipartisme actuel, qui, depuis 2007, m’ont convaincue qu'il était incontournable de revoir nos fonctionnements absurdes.
 
Mais ce sont surtout les dernières élections internes du PS et de l’UMP -les deux principaux partis français- qui m’ont démontré l’inanité de la politique actuelle. C’est clair, les systèmes de vote sont réellement obsolètes, puisque presque toutes les sensibilités réclament une refondation de leurs statuts. Voir mes commentaires à propos de Jean-François Copé notamment sur cet excellent billet de mon ami Hervé Torchet. J’y approuve aussi totalement l’analyse de Serge Galam, faite chez Frédéric Taddeï(4).
 
Personnellement, j’ai toujours trouvé le vote en interne par listes complètement aberrant ! J’avais d’ailleurs écrit à François Bayrou deux lettres ouvertes sur ces points de Règlement Intérieur dès 2008. Et participé à la réflexion en proposant à cette même période un fonctionnement résolument réformiste de « séparation des pouvoirs ». Vous trouverez ma proposition(5) en annexe. Présentée sous forme d’organigramme.
 
Pour ceux qui me lisent depuis longtemps, vous aurez constaté que c’est certainement à la fois mon franc-parler et mon (peut-être ?) « avant-gardisme » qui m’ont conduite à une mise à l’écart de la part de ma fédération, puisque jamais il ne m’a été permis de figurer sur une liste électorale, ni en interne, ni en élection au suffrage universel. Cependant, sachez que François Bayrou a répondu de très nombreuses fois à mes mails et que jamais personne n’a osé m’exclure pour trahison à mon parti. Je garde donc espoir de représenter le MoDem un jour très proche. D’autant que je reconnais m’être trompée sur certains points. Ah, ah, ce que je vais vous proposer ce jour me permettra de rectifier certaines de « mes erreurs de novice en politique ».
 
Justement avant de vous donner une des solutions possibles pour une meilleure éthique, laissez-moi revenir également sur un autre discours.
 
Il s’agit des propos(6) de Jean-Claude Casanova, directeur de la revue « Commentaire » et professeur à Sciences Po, propos tenus lors des dernières Universités de Rentrée du MoDem. J’ai rarement entendu une analyse aussi claire et aussi bien argumentée ! Ce qui m’interroge sérieusement, c’est que personne n’ait vraiment relevé la finesse de ses conclusions.
Oui, pourquoi personne n’a jamais osé le dire, y compris François Bayrou ?! Pourquoi les politiciens de droite ne le clament-ils pas haut et fort. Car il a parfaitement raison, Jean-Claude Casanova : le Parti Socialiste tel qu'il a été créé n’existe plus !
 
Oui, je l’approuve, il n’y a plus de socialistes (je parle ici des responsables qui manipulent leurs propres militants, loyaux envers leurs chefs, eux) et par conséquent, plus de véritable gauche. Cela concerne aussi bien l’extrême gauche d’ailleurs (sauf exceptions, il se trouve que j’ai plusieurs amis du Front de Gauche, absolument pas attachés à la propriété privée ; voilà des sincères, en cohérence avec leurs convictions…). Lisez avec grande attention les arguments(6) de Jean-Claude Casanova et vous ne pourrez que convenir avec moi que nous assistons là à une véritable arnaque !
 
Il suffirait donc de rentrer dans un Parti s’autoproclamant « Social » pour s’auréoler de vertus ou de compétences que l’on ne possède pas forcément ?!! Pour distribuer avec grande ostentation des richesses qui appartiennent à la collectivité et dont on dispose comme si elles étaient personnelles ! Largesses gratuites pour lesquelles on exige cependant une reconnaissance de ses serfs ?!
 
Se désignant « très bons » uniquement pour diaboliser ceux de droite, forcément « très mauvais ?!
 
Dites-moi, connaissez-vous un seul responsable du PS qui ait déjà refusé ses indemnités+++ et qui ne soit pas propriétaire de sa maison ou de sa voiture ? Un seul ! Donnez-moi son nom. Vous n’en trouverez aucun. Parce que « les socialistes » sont bel et bien devenus « libéraux ». Comme ceux de droite.
+++ (Lien ajouté le 29 décembre 2012 :
Voilà ce qu'est un vrai "socialiste" ! Certes le président de l'Urugay, José Mujica, semble faire quelques erreurs de diplomatie mais au moins est-il en cohérence avec ses convictions. Personnellement je lui tire mon chapeau.) 
 
La grande différence est que la droite assume généralement avec sérénité le concept de propriété privée (évidemment il y existe de vrais capitalistes abusant de leur pouvoir mais il y en a justement aussi à gauche…) ; alors que la gauche est obligée de se trouver des arguments pour justifier de son revirement, somme toute « normal » dans notre économie moderne, pour parler de compétitivité elle aussi. Des arguments forcément fallacieux, puisque sans cela elle avouerait sa dualité.
 
Puisque maintenant nous savons tous que le Parti Socialiste*** n’existe plus comme à son origine…Puisque maintenant nous nous trouvons devant cette évidence de « ni droite, ni gauche »... il n’y a pas d’autres solutions que de devenir tous éthiques !
***  (Extrait des propos de Jean-Claude Casanova (6) : « Les socialistes français qui sont au pouvoir ont cessé d’être socialistes. Je vous rappelle que la définition du socialisme c’est
- l’abolition de la propriété privée,
- le remplacement du marché par la planification et
- la renonciation au libre échange.
Sur ces trois points centraux, il n‘y a plus de socialisme. (…) Qu’est-ce que c’est aujourd’hui que le socialisme ? C’est une aspiration vague à la justice et à l’égalité. »)
 
A partir de maintenant, ce seront les honnêtes gens contre les malhonnêtes. Les personnes compétentes contre les incompétentes. Les utiles contre les profiteuses. Et, croyez-moi, mon raisonnement n’est pas du tout simpliste. Il est logique. Pour autant, suis-je à ce point une femme inconsciente et naïve de le dénoncer ainsi crûment ?! Je ne le crois pas. Pour moi personne n’est obligé d’être malhonnête en politique. Il nous suffit de pratiquer la « pensée nuancée », autrement dit, de ne jamais manquer de discerner l’objectif de chacun et le contexte des faits ou des déclarations.
 
Et ce qui me conforte dans la légitimité de ma démarche, c’est la demande récente de certains hauts fonctionnaires eux-mêmes(7). N’est ce pas la meilleure preuve que l’exigence est dans l’air ?!!
 
Je le répète : « Il est enfin temps ! »
 
 
* * *
 
Il y a plus d’un an déjà, lors de l’affaire DSK, j’avais émis une nouvelle suggestion chez mon ami le démocrate FrédéricLN au sujet de la responsabilité de nos élus. J’en reparlais dans ce billet. Cette préoccupation ne m’a jamais lâchée ! Cherchant continuellement la meilleure solution, il me semble que j’ai enfin trouvé quelque chose de simple et pragmatique ces jours-ci. A vous maintenant de me le confirmer !
 
Car je propose tout simplement, qu’à tout candidat à une fonction de maire****, de député, sénateur ou de toute fonction ministérielle, il soit exigé de réussir le concours du niveau « commissaire de police ». Uniquement dans la partie « connaissances intellectuelles et moralité » (évidemment pas dans les épreuves sportives…)
**** (Pas pour les petites communes, mais au moins à partir de 10.000 habitants. Ne serait-ce que parce que le maire détient une autorité de fait sur la police municipale de sa ville. Cela fait partie de ses attributions.)
 
Par ailleurs, je pense indispensable que ces futurs responsables fassent une « formation premiers secours », ainsi qu’une « formation incendie ». Formations qu’ils devront faire valider bien entendu.
Les ayant faites moi-même, je ne connais rien de mieux pour appréhender les urgences de la vie réelle !
 
Je propose que cette exigence soit généralisée, quels que soient le niveau d’étude et les écoles précédemment fréquentées par les candidats : Doctorat, ENA, Polytechnique, ou HEC en particulier… Il s’agit avant tout d’éprouver le sens moral et la cohérence du raisonnement dans les prises de décisions et l’application des connaissances théoriques. Vérifier la capacité de réagir avec diplomatie***** par exemple. L’aptitude au commandement notamment n’est pas donnée à tout le monde. Un caractère rigide sera prudemment refoulé. Un hésitant aussi. Un simulateur sera enfin démasqué. Un caractériel, jouisseur ou immoral sera impitoyablement rejeté. C’est ce que nous demandons sans aucune pitié pour ce genre de personnage, puisque du déséquilibre d’un seul homme, il en va quelquefois de l’avenir d’un pays tout entier.
***** (Petite anecdote : « Nicolas Sarkozy a effectué son service militaire en 1978, à la Base aérienne 117, quartier Balard, dans le 15e arrondissement de Paris, où il appartenait au Groupe rapide d'intervention chargé… du nettoyage ! » On comprend mieux sa connaissance du Kärcher...)
 
Voyez ce qui est demandé dans ce PDF pour ce concours++++ de police. Le niveau est très élevé ! Et je crois que les formations délivrées par le CNFPT ne sont pas suffisantes en déontologie. L’accompagnement technique étant surtout bénéfique « après l’élection », lorsque les élus sont confrontés aux réalités de leur mandat.
++++ (Lien ajouté le 2/11/2013...)
   
De surcroît, si les mathématiques ne me semblent pas prioritaires, personnellement je placerais certaines matières optionnelles parmi les « obligatoires ». Par exemple la psychologie, l’histoire et la géographie.
 
Voilà, qu’en pensez-vous ? Vous avez la parole !
 
En tout cas, si vous me lisez, c’est que nous avons échappé à l’apocalypse annoncée. Aussi, pour terminer cette année 2012 en beauté, je vous propose de revenir tout simplement en arrière afin de repartir sur de bonnes bases ! Que cette terrible année de pessimisme disparaisse de nos souvenirs mais qu’une nouvelle année remplie d’optimisme renaisse de ses cendres, tel le Phénix ... Ou plutôt telle notre Tour Eiffel au passage de l’an 2000 : en feu d’artifice !
 
Apportez-moi votre soutien. Quel sera le député qui osera présenter ce projet devant l’Assemblée Nationale ? Sera-t-il de droite, du centre ou de gauche ?!
 
N’oublions pas : dans tous les cas, l’éthique vise à répondre à la question « Comment agir au mieux ? ».
 
Françoise Boulanger
 
Militante MoDem très au centre
 
 
* * *
 
Annexes
 
 
1 [ Vœux du Président de la République du 31 décembre 1999 à 20H00 
 
« Mes chers compatriotes,
Je voudrais d’abord exprimer ma sympathie à toutes celles et à tous ceux qui vivent ces derniers jours de 1999 dans l’épreuve. Je pense aux nombreuses victimes de la tempête et à toutes les familles endeuillées dont nous partageons la peine. Je pense à nos concitoyens cruellement touchés dans leur vie quotidienne, à ceux dont les biens ont été détruits, à ceux qui craignent pour leur activité et leur emploi, à ceux qui souffrent de voir notre patrimoine, notre littoral, nos forêts, nos monuments, défigurés.
 
Je vous redis mon émotion mais aussi ma fierté devant l’exceptionnel élan de solidarité qui anime tant de bénévoles et d’associations, mobilisés aux côtés du service public, civils et militaires, et les élus. Dans ces jours difficiles nous ressentons profondément la fragilité des choses, la précarité de ce qui nous semblait acquis. Nous voyons combien tout peut être parfois remis en cause du fait de l’inconscience des hommes ou du déchaînement des éléments naturels.
 
Nous mesurons aussi l’importance du rôle de l’État dans la société. Un État sur lequel pèsent des responsabilités essentielles : le service public, la sécurité, la solidarité. Un État auquel il appartient de prévoir, de faire face, d’assurer la coordination des moyens du pays. Nous mesurons surtout le prix de l’aide fraternelle, du soutien spontané, de la main tendue, qui sont le ciment même de la nation. Au moment même où nous touchons aux portes de l’An 2000, rien n’est décidément plus moderne, plus nécessaire, plus solide que le sentiment d’appartenir à une même communauté. Et d’être responsables des uns des autres. La France, blessée, doit se retrouver rassemblée et fraternelle. Parce que nos compatriotes ont toujours su, dans l’épreuve, faire parler leur cœur, je voudrais dire merci à tous les français.
 
Ce soir nous vivons ensemble un moment fort et singulier. Ce qui paraissait très lointain et qui a longtemps symbolisé le futur -l’an 2000- est devenu contemporain, immédiat. Je suis sûr que beaucoup d’entre vous vont vivre ces instants avec un peu d’émotion, un peu d’étonnement, une certaine appréhension parfois, née du sentiment que s’achève une époque dont on possédait les clefs, dont on maîtrisait les règles et les habitudes. Je comprends ces mouvements de larmes. Pourtant j’ai confiance. La France franchira les obstacles, comme elle l’a toujours fait au long de son histoire, pour peu qu’elle soit fidèle à elle-même.
 
Même si le passé est bien présent dans notre mémoire, je ne m’attarderai pas sur le siècle qui s’achève. Siècle de progrès sans précédents, pour la santé, l’éducation, les conditions de vie ; pour les libertés, la vie démocratique ; la situation des femmes, les solidarités… Mais aussi siècle d’horreurs, de tragédies, de convulsions, qui a vu deux guerres mondiales, le goulag, les dictatures totalitaires et la Shoah.
 
Mais ce soir ce qui importe c’est l’avenir. Notre avenir, celui de nos enfants. Le progrès va se poursuivre avec ses hésitations, avec ses limites que nous mesurons bien grâce aux évènements récents. Qui nous invitent à l’humilité. Progrès de la science, progrès des communications entre les hommes, progrès de la médecine. Un grand nombre des enfants qui vont naître cette année verront l’an 2100 ! Ces progrès ne prendront tout leur sens que s’ils bénéficient à l’homme. A tous les hommes. Le XXIe siècle doit être le siècle de l’éthique.
 
Je sais que bien des tragédies aujourd’hui font douter de cette espérance. Pourtant de plus en plus les nations s’accordent pour mieux faire respecter les droits de l’homme, pour défendre la liberté et la dignité humaine. Un nouvel ordre international s’affirme peu à peu. Demain il ne devra plus y avoir de repos pour les criminels contre l’humanité. Et au nom de la France, en votre nom, c’est le combat difficile que je mène chaque jour.
 
A l’intérieur de chaque nation, une exigence se fait entendre. Toujours plus forte. Pour que les avancées de la science soient orientées vers le bien de l’homme et ne se retournent jamais contre lui. Je pense par exemple aux manipulations génétiques ou au clonage. De même, dans le domaine de l’environnement, les peuples ne veulent plus que la course à la productivité épuise la planète. La responsabilité de tous ceux qui dans le monde dégradent le patrimoine naturel doit être recherchée et sanctionnée. Car il s’agit du patrimoine que nous lègueront à nos enfants. Même si le monde change comme il n’a jamais changé, la modernité ne doit pas nous diviser. Elle doit profiter à chacun. On réussira. Nous réussirons parce que nous avons pris des décisions qui engagent et qui garantissent notre avenir.
 
Nous avons choisi ensemble de faire grandir la France dans l’Europe, une Europe qui nous garantit la paix, une Europe qui nous permet de peser d’avantage dans le monde. Nous avons choisi aussi de prendre part à la mondialisation, d’en prendre toute notre part. mais une mondialisation maîtrisée, organisée, respectueuse de l’environnement, capable de prendre en compte les aspirations des hommes et capables de faire reculer la pauvreté. Ce sera tout le sens du combat de la France dans les grandes négociations de l’avenir.
 
Mes chers compatriotes, nous avons en commun certaines valeurs : la volonté de donner à chacun sa chance, pour que notre société soit plus allante, plus mobile, plus optimiste ; l’exigence de solidarité, une solidarité plus responsable, où chacun s’efforcerait de prendre sa part du contrat ; l’attachement à la famille, parce qu’elle est chaleur, entraide, sécurité ; le désir d’être utile, de trouver sa place dans la société, de donner autour de soi, de se réaliser ; la tolérance, qui ne doit pas être renoncement à ses convictions mais respect de l’autre : respect républicain et le sens de l’intérêt général qui impose que l’état conserve toute sa place. Pour dire le droit, le faire respecter, avec autorité, avec justice. Gardons ces exigences, gardons ces valeurs ! En les faisant vivre, nous serons plus forts pour aborder les temps qui viennent. La France change. Elle doit le faire au rythme du monde. En étant fidèle à son génie propre, elle saura conjuguer le changement et la cohésion sociale, l’esprit d’initiative et la sécurité, la modernité et le bien vivre ensemble.
 
Mes chers compatriotes, je mesure l’honneur et la responsabilité qui m’échoient de m’adresser à vous ce soir alors que notre nation franchit le cap du siècle. La France a plus de mille ans. Riche de fièvre, de passion, d’enthousiasme. Elle continue comme hier à ouvrir et à défricher les chemins du monde. Le nouveau siècle est à inventer. Plus fraternel, plus volontaire. Il aura les couleurs que nous lui donnerons. La France sera ce que nous voudrons qu’elle soit. Une nation unie, vivante, solidaire, ouverte, qui n’accepte aucune fatalité. Car dans un monde où rien n’est figé, l’avenir dépend de nous. L’avenir dépend de notre capacité à construire, à créer, à rêver ensemble les voies de l’aventure humaine.
A chacune et chacun d’entre vous, françaises et français de métropole, d’outre-mer, de l’étranger, je souhaite, très chaleureusement, une bonne et heureuse année 2000. » ]
 
 
2 [ Dans sa déclaration à la presse du 10 mars 2003, le président français a exprimé son opposition à l’usage de la force par les Etats-Unis contre l’Irak. Voici le texte de son intervention radio-télévisée : 
 
« Mes chers compatriotes,
Les opérations militaires viennent de commencer en Irak. La France regrette cette action engagée sans l'aval des Nations Unies. Et je souhaite que ces opérations soient les plus rapides et les moins meurtrières possible et qu'elles ne conduisent pas à une catastrophe humanitaire.
Jusqu'au bout, la France, avec bien d'autres pays, s'est efforcée de convaincre que le nécessaire désarmement de l'Irak pouvait être obtenu par des voies pacifiques.
Ces efforts n'ont pas abouti. Quelle que soit la durée de ce conflit, il sera lourd de conséquences pour l'avenir.
Mais la France, fidèle à ses principes - primauté du droit, équité, dialogue entre les peuples et respect des autres -, continuera à agir pour que les crises qui ensanglantent ou menacent le monde trouvent des solutions justes et durables dans l'action collective, c'est-à-dire dans le cadre des Nations Unies, seul cadre légitime pour construire la paix, en Irak comme ailleurs.
C'est pourquoi, demain, il nous faudra nous retrouver, avec nos alliés, avec toute la communauté internationale, pour relever ensemble les défis qui nous attendent.
De même, la France ne se résigne pas à ce que l'Europe reste inachevée. L'Europe doit prendre conscience de la nécessité d'exprimer sa propre vision des problèmes du monde et de soutenir cette vision par une défense commune crédible. C'est à la réalisation de cette ambition, au service de la paix et de la prospérité, que la France appelle ses partenaires de l'Union Européenne comme ceux qui vont y adhérer.
J'ai demandé au Premier ministre de réunir aujourd'hui le Gouvernement. Sous son autorité, les pouvoirs publics mettent en oeuvre les dispositions que la situation exige. Qu'il s'agisse de la sécurité, de l'économie ou de notre cohésion nationale, je veux vous dire que nous sommes vigilants et entièrement mobilisés. »  ]
     
 
3 [ Qu’est ce que l’éthique ?
Extrait :
L’éthique (du grec ηθική [επιστήμη], « la science morale », de ήθος ("èthos"), « lieu de vie ; habitude, mœurs ; caractère, état de l'âme, disposition psychique » et du latin ethicus, la morale) est une discipline philosophique pratique (action) et normative (règles) dans un milieu naturel et humain. Elle se donne pour but d'indiquer comment les êtres humains doivent se comporter, agir et être, entre eux et envers ce qui les entoure.
Il existe différentes formes d’éthique qui se distinguent par leur degré de généralité (l’éthique appliquée par exemple ne possède pas le degré de généralité de l’éthique générale). Elles se distinguent aussi par leur objet (comme la bioéthique, l’éthique de l'environnement, éthique des affaires ou l’éthique de l'informatique), ou par leur fondement culturel (qui peut être l’habitat, la religion, la tradition propre à un pays, à un groupe social ou un système idéologique).
Dans tous les cas, l’éthique vise à répondre à la question « Comment agir au mieux ? » ]
 
 
4 Extrait de mon commentaire sur le blog d'Hervé Torchet :
 
« Pour continuer sur ce sujet, ce soir je viens d’apprécier l’intervention de Serge Galam dans l’émission "Ce soir ou jamais" de Taddeï. Il y a brillamment expliqué le processus de plus en plus fréquent dans toutes les grandes élections, en France comme ailleurs, de résultats de plus en plus serrés, proches des 50% vus hier à l’UMP, ou en 2008 au PS…
Pour Galam la faute en incombe, non pas aux petites fraudes individuelles (car s’il y avait eu une immense fraude organisée dans un camp, l’écart aurait été bien plus grand !), mais aux systèmes électoraux actuels, qu’il est urgent de changer pour rester démocratiques. Parce qu’on aboutit en définitive à un sentiment d’injustice dans les deux camps !!! Tout le monde est perdant… Je suis en total accord avec lui ! Le principe de deux groupes semblables (dans la force) s’opposant systématiquement tels des joueurs de foot ou de rugby est complètement dépassé ! Obsolète…
 
C’est pourquoi je propose d’introduire "l’opposition en interne a priori" dans tout groupe politique. En réunissant volontairement plusieurs partis différents. C’est très simple à réaliser et c’est la seule solution "profitable à tous". Une solution où tout le monde est gagnant. Ce n’est pas de l’angélisme. C’est au contraire mathématiquement logique, pragmatique et donc scientifique.
(J’en ai d’ailleurs parlé à Jean-François Copé et comme il a promis qu’il reviendrait à Dax s'il gagnait, je me ferais un plaisir de le lui ré-expliquer.)
 
Je rapproche le mode de raisonnement de Serge Galam de celui de Vincent Courtillot (climato-sceptique "tempéré" comme il se définit lui-même…
Puisque voici ce qu’il dit concernant le réchauffement climatique :
"L'homme a été déclaré coupable simplement parce que pour l'heure on n'a pas trouvé d'autre coupable et aussi parce que les apparences sont contre lui."
Mais en même temps :
"S'opposer aux conclusions du GIEC ne veut pas dire, loin de là, soutenir la pollution et les gros bénéfices des sociétés polluantes. " » ]
 
 
5 [ Proposition d’un Règlement Intérieur Départemental, printemps 2008  
 
Proposition RI Mouvement Démocratre juin 2008     
 
 
6 [ Intervention de Jean Claude Casanova et Philippe Bilger lors de l’Université de Rentrée 2012 du Mouvement Démocrate.  
 
 
Seconde partie par Jean-Claude Casanova
« (…) Les socialistes auront une tâche extrêmement difficile à faire, c’est ce problème de la compétitivité. Et c’est quelque chose qu’il faut saluer.
Que dans un gouvernement socialiste on parle librement de choc de la compétitivité est une première dans l’histoire française !
Je voudrais vous rappeler que ce choc de la compétitivité était nécessaire quand la France était gouvernée par monsieur Chirac et monsieur Raffarin, et que ni l’un ni l’autre n’ont osé aborder à l’époque.
Alors qu’il devenait évident que le problème central de la France était celui de la compétitivité, ni monsieur Chirac ni monsieur Raffarin n’ont eu le courage, ni l’intelligence de dire que c’était le problème central.
Or aujourd’hui, dans la France d’aujourd’hui, c’est reconnu à peu près par tout le monde. Sauf par monsieur Mélenchon qui délivre ainsi chaque jour un brevet d’orthodoxie, de compétence et de raison à François Hollande.
Donc la question que nous devons nous poser c’est :
Les socialistes français qui sont au pouvoir ont cessé d’être socialistes.
Je vous rappelle que la définition du socialisme c’est
- l’abolition de la propriété privée,
- le remplacement du marché par la planification et
- la renonciation au libre échange.
Sur ces trois points centraux, il n‘y a plus de socialisme :
1) Personne ne propose l’abolition du libre-échange, sérieusement. Tous ceux qui manifestent contre la mondialisation se précipitent ensuite à la FNAC pour acheter des biens importés… Personne ne propose l’abolition du libre-échange.
2) Personne ne propose la nationalisation des moyens de production.
3) Et personne ne propose la renonciation au marché.
Donc d’une certaine façon dans ses axes centraux, le socialisme a disparu.
 
Qu’est-ce que c’est aujourd’hui que le socialisme ? C’est une aspiration vague à la justice et à l’égalité.
Cette aspiration vague à la justice et à l’égalité, d’une certaine façon, nous autres, centristes, la partageons. Simplement nous voulons la partager avec un degré plus élevé de réalisme et avec une adhésion égale à une valeur partiellement contradictoire qui est la recherche de la liberté et la recherche de l’efficacité.
Donc rien ne nous sépare profondément et intellectuellement de la position actuelle du socialisme français. Qui a fait sa conversion.
 
Ce que nous ne savons pas -et c’est le point central sur lequel nous devons attendre et réfléchir- ce que nous ne savons pas, c’est s’ils auront l’autorité et l’intelligence leur permettant de réussir. Nous ne savons pas si dans les six mois ou l’année qui vient, ce gouvernement prendra les décisions comme l’a prise le gouvernement allemand précédent, soit socialiste, soit de coalition. Comme l’ont pris à d’autres moments d’autres gouvernements en Europe. Comme l’a pris en 1958 le général de Gaulle.
Nous ne savons pas si ce gouvernement prendra les décisions capitales qui permettront de redresser la situation de la France et de consolider définitivement la création de la fédération européenne.
Nous n’avons pas de raison de suspecter. Il est médisant, il est maladroit, il est immoral de suspecter et de considérer que François Hollande peut échouer. Comme simple français, comme simple citoyen, nous devons souhaiter qu’il réussisse.
S’il réussit, nous verrons quelle position nous devrons prendre.
S’il échoue, nous verrons de quelle façon nous devrons nous opposer à ceux qui ont échoué.
La seule chose que je peux vous dire comme simple observateur, c’est que l’équité et l’analyse nous recommandent d’attendre et d’observer, de réfléchir et de ne pas suspecter la bonne foi de ceux qui nous gouvernent.
Je vous remercie » Jean-Claude Casanova ]
 
 
7 [ « Les fonctionnaires en mal d’éthique », Xavier Sidaner, site "ActeursPublics" 
 
Article entier :
Attentes parfois contradictoires des citoyens, crise du management, baisse des effectifs, les hauts fonctionnaires traversent une crise du sens de leur action, comme en atteste une étude – rendue publique le 28 novembre – de l’Association du corps préfectoral, présidée par Daniel Canepa (photo). En réplique, un code de déontologie devrait voir le jour.
 
Loyaux, intègres, honnêtes et compétents, nombre de hauts fonctionnaires le sont, nul n’en doute, mais cette éthique du fonctionnaire est mise à mal, comme le montre une étude de l’Association du corps préfectoral et des hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, présentée le 28 novembre lors d’une table ronde organisée à l’occasion de l’assemblée générale de l’association, d’ordinaire fermée à la presse.
 
Les causes, multiples, ont été rappelées lors de ces travaux devant un parterre de quelque 200 hauts fonctionnaires. Comme l’a résumé Nicolas Quillet, préfet du Cher et rapporteur de l’étude pour le compte de l’association, présidée par le préfet d'Île-de-France, Daniel Canepa : les agents sont pris entre “les critiques des citoyens” et les “tensions internes dans l’administration”, révélant finalement une véritable crise de légitimité de l’État, laquelle se répercute sur le vécu des agents. “L’État doit se porter garant de l’efficacité de politiques qu’il ne met plus en œuvre. Les fonctionnaires en sont affectés, car l’image d’eux-mêmes est aussi dégradée que celle de leurs services. Le paradoxe est qu’au moment où le besoin d’État est plus fort, ses moyens pour le satisfaire doivent être réduits”, peut-on lire dans ce rapport (cliquez ici pour le consulter).
 
Un vrai cercle vicieux qui engendre ce que le rapporteur qualifie de “défaillances individuelles”, ou pour Sophie Thibault, préfète de Corrèze, une “perte de repères collectifs”. Les agents du ministère de l’Intérieur ne sont malheureusement pas les seuls à être victimes de ce mal sournois, amplifié par les réformes RGPP. En ouverture des débats, Jean-François Verdier, patron de la direction générale de l’administration et de la fonction publique, témoin averti d’attitudes qui peuvent être contraires à l’éthique – entendue comme la morale individuelle – n’a pas caché son inquiétude devant le recul de l’attractivité de la fonction publique. Malgré la crise actuelle, “on ne constate pas d’afflux des candidats vers la fonction publique”, a-t-il dit.
 
Traditionnellement perçue comme une valeur refuge, l’administration n’aurait donc plus la cote en particulier, c’est une première, auprès des jeunes. Jean-Louis Georgelin, ancien chef d’état-major des armées, s’est, d’une voix forte, lamenté de la perte des valeurs de la société civile et du risque d’une banalisation de la vie militaire, portant atteinte au sens de l’engagement des jeunes recrues.
 
Sens de l’action collective
Dès lors, rétablir les valeurs d’éthique semble essentiel, non seulement pour les agents, mais aussi pour les citoyens afin qu’ils reprennent confiance en leur État. Pour y parvenir, le rapport avance cette piste : inscrire dans la conscience professionnelle des agents les exigences de rigueur, d’engagement, de courage, de loyauté, de respect et d’exemplarité. Ou, en langage militaire, discipline, rigueur et sens du sacrifice. L’idée peu paraître brumeuse ou décalée, elle n’en est pas moins essentielle, tant il est vrai, pour les hauts fonctionnaires présents à la table ronde, que de simples solutions techniques, sur la formation par exemple, ne suffiront pas. “Il faut redonner sens à l’action collective, insister sur le management responsable des cadres, en mettant l’accent sur les valeurs plus que sur les savoirs”, a martelé Nicolas Quillet.
 
Jean-François Verdier a abondé dans ce sens et a annoncé l’inscription prochaine en préambule du code de la fonction publique, à venir, d’une sorte de code déontologique. La déontologie, qui porte en elle cette référence à l’éthique du fonctionnaire fondée sur des valeurs communes, fera quant à elle l’objet d’un texte, tiré des travaux de la commission Jospin et du rapport Sauvé – un peu trop vite enterré – dont un large volet était précisément consacré à la déontologie. ]
 
 
8 [ Et voici ma question... 
 
« Si vous ne connaissiez ni l’auteur du discours du 31 décembre 1999, ni la date, ni le lieu, ne pensez-vous pas que -dans les mêmes circonstances- tout responsable politique intègre et humaniste, de gauche comme de droite, ou bien sûr du centre, aurait pu le tenir de la même manière, avec strictement les mêmes mots ?
Ne pensez-vous pas que c’est la preuve que nous sommes tous capables de nous réunir sur un même projet ?! » ]
 

Partager cet article

Repost 0
Published by FB-40
commenter cet article

commentaires

Françoise Boulanger 07/01/2013 15:13


Il me semble que je dois des excuses à mes deux commentateurs ci-dessus pour ne pas leur avoir répondu tout de suite.


Peut-être vont-ils me pardonner si je leur annonce que je suis en train de préparer plusieurs billets qui aborderont justement les sujets dont
ils sont les grands défenseurs.


 


- Oui, Monsieur Forté, à Dax nous avons besoin de renouveler les équipes… Ou en tout cas de revoir les rapports entre majorité et
opposition. Faire en sorte que la diversité des opinions se transforme en véritable force pour notre ville. Il faut de la volonté, nous l’aurons.


 


- Mais si, l’éthique est toujours possible, Isa ! Nous ne devons pas croire au Père Noël mais compter uniquement sur nous-mêmes. Tu as
déjà démontré qu’avec une belle énergie comme la tienne il est possible d’obtenir des résultats. Il suffit de suivre tes traces…


 

luciolebrune 05/01/2013 09:47


Espérons l'éthique !


Espérons que les enfants autistes ne soient plus torturés par le packing et "soignés" à grands coups de psychanalyse dont on sait qu'elle est chère et inefficace et les condamne pour leur vie
adulte à l'enfermement psychiatrique et la camisole chimique !


Espérons que le gouvernement refusera de continuer à subir la pression de ses lobbies qui détruisent nos enfants !


Espérons que les conflits d'intérêts s'arrêteront en France !


espérons que les enfants à besoins éducatifs particuliers auront une scolarité digne de ce nom !


espérons que la déportation des personnes handicapées françaises à l'étranger s'arrête !


Pour ma part, je crois que la probabilité de l'existence du Père Noël est plus grande...

Le chioulayre 22/12/2012 09:18


Dax après les "Mayas".


http://lechioulayre.centerblog.net/

Françoise Boulanger 22/12/2012 03:43


Frédéric, ne trouves-tu pas qu'il est plus qu'urgent de remédier à cette carence ?! Je te verrais bien initier un groupe de réflexion sur ce sujet. Venant de lire ton billet du 18 décembre, je me
rends compte qu'au MoDem tu es certainement le meilleur pour un tel travail. Ce serait formidable d'élaborer une proposition qu'un député pourrait soumettre devant l'Assemblée
Nationale. Tu pourrais déjà te faire mon porte-parole auprès de François Bayrou.


Car il faudrait porter ce genre de "réforme" au niveau européen. De façon à harmoniser la conception de l'éthique...

FrédéricLN 21/12/2012 10:37


L'idée est profonde. Comment apprécier à l'avance le comportement que des personnes auraient dans les situations très spéciales, très stressantes, que vivent un Maire ou un chef d'État, c'est là
que nous aurions besoin de tests fiables ! 

Petits rappels utiles...

Quelles sont vos relations avec l'opposition ?

« L'opposition municipale est ce qu'elle est. Le débat n'est pas à la hauteur de ce que je souhaiterais. Le climat n'est pas non plus ce que j'attends. Pourtant, je crois à l'intérêt d'une opposition. Elle est là pour relever des erreurs, faire des critiques et des propositions et à ce jour, il n'y a pas eu une seule proposition. Le débat est médiocre. Mais ce n'est pas vers ça que je me laisserai entraîner. J'ai été élu avec la volonté d'apaiser le climat dans cette ville, de renouer des échanges normaux entre les Dacquois, entre les sensibilités politiques. Et lorsqu'il s'est agi de désigner des représentants dans les commissions des fêtes, j'ai désigné des gens dont je sais bien qu'ils ne partagent pas ma sensibilité politique, et certains étaient même sur des listes adverses. Mais ils ont des qualités et des compétences et moi je pense qu'une ville doit s'enrichir de sa diversité et de ses compétences. » 

 

* * *

  

Êtes-vous un maire de gauche ?

« Je suis le maire de tous les Dacquois et je m'efforce de le démontrer. Je pense être quelqu'un de tolérant. J'ai des convictions politiques, elles sont connues de tous, je suis attaché à des valeurs humanistes, de solidarité, que l'on qualifie plutôt de gauche, mais je constate souvent que ces mêmes valeurs sont portées aussi par des gens qui ne sont pas de la même sensibilité que moi... Quand par exemple, je défends le dossier des logements sociaux, on dit : « Bellocq fait ça parce qu'il est de gauche ! » Non. Je le fais parce que c'est un besoin à Dax. Et ce n'est pas une question de droite ou de gauche. On pourrait dire la même chose dans d'autres domaines comme la culture, le sport etc. Si l'on travaille sur un projet de rénovation du stade Maurice-Boyau, ce n'est pas un projet de gauche ou de droite... Mon prédécesseur s'était isolé derrière ces remparts. Moi, je travaille pour tous les Dacquois, avec tout le monde, et en harmonie avec la Communauté d'agglomération du Grand Dax, le Conseil général et je peux vous assurer qu'avec le Grand Dax comme avec le département, il n'y a pas de passe-droit. On monte les dossiers le mieux possible et on fait en sorte que ces dossiers soient recevables auprès de ces deux institutions... »

Propos recueillis par Jefferson Desport et Didier Piganeau le 16/03/09

L'Union Européenne

 RADIO - HOME

 


L'hymne Européen

 

Commentez ou écrivez-moi !

Dénoncez sans problème les agissements contraires à la démocratie !
Pas d'attaque trop personnelle toutefois. Ici l'on n'accuse pas sans preuve.
Ecrivez-moi ou envoyez un article de votre plume.

Je le publierai pour vous :
france.boulanger.m (puis)@(puis)orange.fr