Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Canard à l'Orange des Landes
  • Le Canard à l'Orange des Landes
  • : Le Canard à l'Orange des Landes est un journal d'expression libre d'une simple adhérente du Mouvement Démocrate. Il vous offre sa plume pour vous exprimer vous aussi.
  • Contact

Profil

  • Françoise Boulanger
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.

Orange & Vert

logo-modem2.jpg

"C’est grâce à un globe en carton bouilli que j’ai appris à aimer cette terre et ai compris sa fragilité : quand les morceaux se décollaient !

Je rêve d'un pays qui offrirait à chacun  de ses petits citoyens un globe terrestre.

Pour leur donner conscience que cette terre ils la reçoivent en héritage, en indivision."

Thierry P

clipart_objets_266.gif 

  

GooglEarth 

 

Google Traduction

  

Echelle de l’Univers

 

 JOURNAL OFFICIEL

 

HATVP

Haute Autorité de la Transparence pour la Vie Publique

 

Drapeau européen

 

La France à Vol d’Oiseau

 

Le Calendrier 

 

 Recherche & Technologie  

       

Les Instruments du Monde

 

worldometers

  Statistiques mondiales en temps réel

     

Journée mondiale 

 

Juke-Box 

 

Le Palais de la Découverte

 

 f e s t

l’agenda des festivités

 

Giga Presse

 

revue2presse.fr

toutes les unes avant l’heure


L'actu des dessinateurs

 

la fête des voisins 

immeubles en fête

 

IFranceI

I24IIII

L’actualité

Internationale 

24H / 24

 

Les horaires

 

Vacances scolaires 

 

Insee

Institut national de la statistique et des études économiques 

Mesurer pour comprendre

 

Vignette Fréquence Orange

 

Université Populaire  

Pour démocratiser le savoir

 

Tous les blogs du MoDem

   

Jeunes Démocrates

 

Affiche Bayrou 2012  De la vérité en politique  

Recherche

Aquitaine

 logo-aquitaine-orang-.jpg

 

Musique de Campagne

LESEUROPÉENS

 

Robert-Rochefort.jpg

Robert Rochefort "A coeur ouvert"

sur "Fréquence Orange"

saison 2009/2010


Itinéraire MICHELIN

 

Chargemap

Carte des points de charge électrique

 

MoDem 64

      
Forces.Aquitaine

 

Logo Journal Sud Ouest   

  

Logo AQUI bis

Partageons l'information en Aquitaine et bien au delà.

 

ARL

Aquitaine Radio Live


AEC

L’agence des initiatives numériques


 france-bleu-gascogne 

 

Nouveau logo Sud Radio

 

SOUVENIRS FM du Grand Dax

 

 

40 - Les Landes

 

Préfecture des Landes

 

Les Pages Landaises

 

 Les Landes avec Bayrou

 

RDTL voyages

 

Empreintes

landaises

rétrospective des Landes en vidéo

  carte-landes.jpg

Conseil Général des Landes

 

 Association des maires des Landes

 

Conseil Départemental d'Accès au Droit des Landes

 

Archives départementales des Landes


Chambre du Commerce et de l'Industrie des Landes

 
Chambre de Métiers et de l'Artisanat des Landes


Collectif des Commerçants Landais

 

TV Landes 

+ qu’une Web TV !

 

F G L

 Fréquence Grands Lacs

LA RADIO QUI A LA CÔTE !

89.3 Nord des Landes

91.1 Mimizan & Littoral

93.7 Ste-Eulalie-en-Born

94.7 Grand Dax

98.3 Plages Océanes


 Pulseo logo

ce que l'on fait naître ici

pousse plus haut


Conseil des Prud'hommes


CADA


Infogreffe


CGA

Centre de Gestion Agréé

des Landes de Gascogne

  

genevieve-darrieussecq.jpg

Geneviève Darrieussecq
Maire de Mont de Marsan

Conseiller régional d'Aquitaine

 

Dax dans les Landes

Météo Dax

 

Fontaine-Chaude-de-Dax.jpg

Webcam Fontaine chaude


 

Fréquences radios sur Dax

 

U.S.DAX

 

Office de Tourisme et du Termalisme de Dax

 

 « Regia semper »

 

.Grand Dax.

 

CONCERTATION « LE PONT DE L’AGGLO »

 

Société  de Borda

  

Centre hospitalier de Dax

 

Ciné Dax

 

Ze Mag Dax

 


Avril 2008 : 33 élus... Election municipale Dax 2008

...au service de tous les dacquois ?!...

Dax Bilan d'Etape 3

Supplément Dax Le Magazine

Décembre 2011 : 26 élus !?? 

 

22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 07:22
 « Enchaîné ?! » dit le Canard Libre…
 
― Dossier ―
 
 
 
Canard orange panache 
 
 

Ajout du 5 septembre :

S’il y en a un qui apprécie tout particulièrement la satire, c’est bien le Canard à l’Orange des Landes. Il salue bien bas deux trouvailles pour lesquelles il décerne :

- Un triple « Houlà ! »   …

- Et un tonitruand « Houlà hop ! » ici … « Evoluer sur les barreaux glissants de l’échelle de Peter » est une magistrale formule, puisqu'elle annonce en elle-même une chute inéluctable.  

(Constatez qu’il n’est pas écrit « Hourra ! » ; peut-être aurait-il fallu mettre le « Holà ! » par contre ?) 

- Ah, ah, une troisième découverte encore

- - -

Et puis, à lire absolument : des éléments très précis -car chiffrés- communiqués par Marc Large dans le commentaire N° 1 de ce billet. Je remercie notre ami pour cette initiative. Que l’on aime ou pas ce festival (pour ma part, Marco sait très bien que j’ai zappé certains moments et que j'ai surtout apprécié la venue de Daniel Prevost…), voilà enfin une info entièrement transparente, qui peut rassurer sur la gestion de Satiradax.

« Satirailleurs » étant l’association créée pour cet évènement.

 ♪   Objet : la promotion auprès d’un large public des arts de la satire. Pour cet objet, l’association organise des animations, rencontres, conférences, expositions, manifestations publiques et toutes autres actions concourant à la valorisation et au cloisonnement+ des arts de la satire, un festival SATIRADAX et autres animations extérieures à la commune de Dax, collabore avec d’autres structures culturelles départementales, régionales et nationales.

 + (Il y a eu une erreur dans la recopie du texte par le JO, m'a signalé Marc Large, il s'agit de "décloisement" naturellement...)


- - -

Ajout du 25 août :

Merci à Jacques Forté pour ses éloges sur mon travail d'investigation

Déjà pour le titre : « Un canard peut en cacher un autre ! »

Et puis parce que l'ancien maire de Dax respecte mon choix politique en indiquant qu’il n’est « pas sectaire » ! Lui est UMP (à vrai dire, je n’en sais rien... après tout peut-être n'est-il pas encarté actuellement… et peu m’importe d’ailleurs !) et je suis MoDem (par contre, petit clin d’œil en direction de ma fédération, je tiens à préciser que j’ai bien renouvelé mon adhésion...).

 

Ne sommes-nous pas la preuve que nous pouvons penser différemment sur certains points mais que nous pouvons malgré tout coopérer, c'est-à-dire réfléchir et travailler ensemble pour notre ville ?

Nous voulons plus de solidarité. Donc du respect dans nos différences. Ce sont justement nos oppositions qui nous enrichirons mutuellement.

Et je tiens à saluer également le commentaire de Jacques Forté qui a bien compris que j’essaie surtout d'apporter un meilleur contexte. Chacun, avec ses propres éléments (ceux que je ne possède peut-être pas encore), saura en déduire la vérité.

- « Il appartiendra à chacun de tirer ses propres conclusions de cette enquête fouillée, néanmoins, s’il en est encore besoin, la certitude que tout n’est pas forcément clair au pays du magret ne peut qu’être consolidée. »

 

- - - - -
 
Lautre jour, dans mon for intérieur, je me récitais une fable de Jean de La Fontaine, celle(1) que je préfère parmi toutes celles apprises à l’école primaire. Sans doute parce qu’elle parle de la liberté et de l’indépendance qui me sont si chères…
 
Et du coup je me suis mise à relire aussi le premier chapitre du « Projet d’espoir » de François Bayrou (mars 2007… plus de cinq ans déjà !). Je me suis souvenue qu’il y parlait de la devise si singulière de la France(2). Devise qui, depuis plus de deux siècles, nous distingue de tous les autres pays du monde.
 
Tout en le relisant, je me disais que de façon paradoxale, alors que les français ont décerné au président du MoDem la meilleure cote de popularité et de sympathie durant la campagne, alors qu’aucuns journalistes -y compris ceux du journal Le Canard Enchaîné- n’ont jamais trouvé la moindre malversation à lui reprocher, cet homme n’a pas réussi à obtenir la confiance de la majorité des français pour être leur président.
 
Il est probable que François Bayrou ait été perçu comme trop performant ou trop vertueux, de toute façon très dérangeant pour les candidats du seul bipartisme… Suivant un corollaire, ou plutôt une extension logique du Principe de Peter, un homme risquant de porter ombrage(3) à ses concurrents doit être énergiquement écarté.
(Oser parler en face est évidemment gênant… Oui, la vérité fait très peur ! Surtout lorsqu’elle est ainsi mise à nue dans une clarté construite de mots justes. Comme ceux de François Bayrou : il faut, dans ce cas, employer toutes les ruses possibles de désinformation ou de manipulation pour rassurer. Et gagner les suffrages…)
 
Pour n’importe quelle sensibilité politique, on reconnaît la sincérité et la loyauté d’un militant à ce qu’il soit prêt à dire aussi bien… du bien de ses adversaires, que parfois du mal d’un de ses camarades, dans son propre camp s’il le juge utile et nécessaire pour l’action future. Et bien que… bienveillant, à ce qu’il ait avant tout un regard critique(4) sans complaisance aucune.
 
Partout, j’en suis convaincue, la flagornerie et le clientélisme n’aboutiront qu’à saccager la cohérence d’une équipe.
 
Ce long prologue pour en arriver à un article qui me fait m’exprimer ici sur ce blog.
 
* * *
 
Jacques Forté, ancien maire de Dax, a vivement réagi il y a quelques jours à un article du « Canard Enchaîné » ; sans le nommer toutefois, il faut apprécier l’astuce... Alors qu’il cite Marc Large, dessinateur dacquois ayant été le directeur artistique du festival Satiradax. Comme vous le voyez, ce dessinateur satirique -que je considère comme un réel ami, même si nous ne sommes pas toujours d’accord*, il faut que vous le sachiez- a mis sur son propre blog un article « sur Dax ». En réalité sur un fait divers qui normalement n’aurait pas dû sortir de la sphère locale.
* (Je lui ai par exemple fait savoir sur Facebook que je n’étais pas pour stigmatiser tout un groupe sur le comportement délictueux d’une seule personne, même s’il s’avérait exact. C’est un raisonnement qu’il faudrait s’imposer d’avoir pour tout groupe, n’est-ce pas ?! Sympathisant ou pas…)
 
Il se trouve que cet homme est mis en cause dans l’exercice de sa profession et naturellement pas dans le cadre de son mandat. Comme pour toute affaire de ce genre, tant que le jugement n’a pas été donné, l’accusé bénéficie de la présomption d’innocence.
 
Alors, j’ai donc une « bête question » : Comment se fait-il que dans une petite ville comme Dax, le fameux et célèbre volatile prenne la peine de venir y fourrer son bec ?! Manque-t-il à ce point de matière qu’il lui faille citer notre cité sous un prétexte d’apparence aussi fallacieuse ?!
 
A qui ce « coup de projecteur » devrait-il profiter au final ?
 
Amis lecteurs, vous qui me connaissez un peu, ne serez donc pas étonné d’apprendre que j’ai effectué à votre intention quelques recherches sur Internet. Comme à mon habitude, lorsque je ne comprends pas, je cherche jusqu’à ce que je trouve quelque chose.

 

Hou la+ Houlà ! C’est que j’ai relevé quelques éléments ! Que j’estime encore une fois « assez troublants ».

+ Ajout du 31 août

Bon, je « re-ko-nez » que je supposais avoir fait une faute ! Cette interjection ne figurant pas dans mon vieux Larousse, j’attendais une correction de certains puristes de mes amis. Scrutant même leurs écrits sur Facebook ou dans mes blogs favoris... Espérant qu’ils reprendraient à leur compte le mot incriminé… Hasard ou pas (amusant en tout cas), j’ai effectivement trouvé plusieurs propositions. Celle-ci semble enfin la bonne !

 
* * *
 
Mais avant de vous faire part de mes trouvailles, je voudrais vous remettre en mémoire l’article du journal Sud Ouest qui, le tout premier, a porté ce fait divers à la connaissance de ses lecteurs.
Le mieux est de vous copier ici le texte de l’article en question dans son intégralité. (Je le dis à chaque fois que possible : les écrits restent, eux, et comme les liens de ce blog sont quelquefois modifiés à mon insu…) Donc, voici :       
 
Landes : Un élu dacquois poursuivi en justice
Publié le 18/05/2012 à 06h00 | Mise à jour : 18/05/2012 à 08h34
Par Christine Lamaison
Poursuivi dans le cadre de ses activités professionnelles, un élu d'opposition sera jugé au pénal pour abus de confiance vis-à-vis de ses associées et escroqueries à la CPAM
C'est une affaire qui empoisonne en coulisses la vie politique dacquoise et dont bruisse la ville, depuis plusieurs semaines. Car cette affaire implique un conseiller municipal dacquois dans le cadre de ses activités professionnelles. Le parquet de Dax a confirmé qu'il engage des poursuites à l'encontre de Claude Caullet, élu d'opposition, pour abus de confiance vis-à-vis des associées de son cabinet, mais aussi pour escroquerie, faux et usage de faux à l'encontre de la CPAM. Il est important de rappeler qu'à ce stade de la procédure, Claude Caullet bénéficie toujours de la présomption d'innocence.
Plainte de la CPAM
Ces dernières déposent plainte au civil. L'affaire est évoquée en référé le 3 avril dernier afin de nommer un administrateur et de procéder à la dissolution de la SCP, dont la situation est qualifiée « d'explosive » au cours de l'audience. C'est à cette occasion que Me Chouraqui, avocat des deux plaignantes s'estimant lésées, aborde publiquement les autres prolongements de cette affaire qui déborde de la sphère privée. En effet depuis cette première procédure civile, l'avocat précise que l'affaire s'est doublée d'une plainte au pénal à laquelle s'est jointe la CPAM. CPAM qui, à la suite de la plainte des infirmières, a mis le nez, elle aussi, dans la gestion du cabinet. Et y a trouvé matière à redire. Notamment pour des actes infirmiers effectués sans que le renouvellement d'ordonnance n'ait été fait ou signé du praticien.
Toutefois, il semblerait que les actes ne soient pas fictifs et aient été bel et bien accomplis, auprès des patients. L'administration estimerait son préjudice à un peu plus de 100.000 euros, incluant les frais d'investigation qu'elle a dû engager pour traiter ce dossier.
Le parquet de Dax a confié l'enquête à la brigade financière de la police judiciaire de Bayonne.
Garde à vue
Les 22 et 23 mars dernier, M. Caullet était interrogé sous le régime de la garde à vue. Par ailleurs, sur le plan disciplinaire, le conseil de l'ordre des infirmiers a été saisi d'une plainte qui a été évoquée le 27 avril dernier. Mardi 15 mai, le juge des référés a rendu sa décision demandant la nomination d'un administrateur judiciaire. Le parquet de Dax a confirmé que des poursuites pénales seraient engagées à l'encontre de Claude Caullet, pour abus de confiance à l'encontre de ses associées, pour escroquerie, faux et usage de faux à l'encontre de la CPAM. Une procédure qui pourrait aboutir soit à une CRPC (comparution en reconnaissance préalable de culpabilité, ou plaider coupable) si l'infirmier reconnaît les faits, soit à un renvoi devant l'audience correctionnelle. Une décision sur laquelle le parquet ne fait aucun commentaire au vu des implications politiques qu'elle pourrait susciter.
Le climat n'est en effet pas serein voire même délétère puisque M. Caullet a reçu une lettre de menaces d'une rare violence qui fait l'objet d'une enquête menée par la PJ de Bayonne. Un procédé jugé particulièrement détestable par le parquet de Dax, qui indique « que tout sera fait pour en confondre les auteurs, et ce avec la même énergie qui avait été déployée quand une élue de la majorité en a été victime ».
Lors du procès civil, Me Dilhac, avocat de Claude Caullet, avait fait savoir qu'il ne souhaitait pas répondre à nos questions. Hier, nous n'avons pas réussi à joindre Claude Caullet.
 
Quelques jours après la parution de cet article, a eu lieu un conseil municipal, durant lequel le maire, Gabriel Bellocq, s’est clairement exprimé. J’y étais… En voici la vidéo, ainsi que la transcription intégrale de cet échange entre majorité et opposition : 
 
 

Si la lecture de la vidéo présente quelques perturbations, allez sur le site de la mairie et cliquez sur la séance du 29 mai 2012.

     
Extrait de la vidéo (jusqu’à 6 mn) :
- Gabriel Bellocq -  Je souhaite faire part d’un propos qui fait suite à un article paru dans le journal Sud Ouest le 19 mai 2012. Comme vous j’ai découvert dans cet article que sous le titre « Un élu dacquois poursuivi en justice », un de nos collègues, en l’occurrence Claude Caullet, aujourd’hui absent, fera l’objet d’une enquête de la brigade financière du SRPJ** de Bayonne et à son audition en garde à vue.
Il fera l’objet donc de poursuites pénales pour abus de confiance à l’encontre de ses associés et escroquerie et faux et usage de faux à l’encontre de la caisse primaire d’assurance maladie, la CPAM des Landes.
Je suis tout comme vous très attaché à l’indépendance de la justice. Et je souhaite donc en la matière que la justice fasse son travail jusqu’au bout, sans préjuger de ce que seront les conclusions.
Aussi difficile à entendre qu’un élu puisse être mis en garde à vue et éventuellement poursuivi, je souhaite bien sûr que notre collègue Caullet puisse se défendre sereinement. Comme tout citoyen ordinaire, sans que sa qualité de conseiller municipal n’intervienne dans une affaire -je le tiens à le préciser- qui est liée à son exercice professionnel et qui donc le concerne maintenant professionnellement et personnellement.
L’article en question précise également que le Parquet ne souhaite faire aucun commentaire sur la décision d’engager des poursuites pénales à l’encontre de monsieur Caullet au vu -et je cite- au vu des « implications politiques que cette affaire pourrait susciter ». Fin de citation de madame le Procureur.
Cette déclaration appelle pour moi la remarque suivante : « la séparation des pouvoirs, ainsi que l’indépendance de la justice, sont deux des piliers de notre ordre juridique. »
Je tiens à préciser, pour que ce soit clair, que cette affaire ne concerne en rien les affaires municipales. Pas plus qu’elle n’en affecte le fonctionnement. Elle n’a selon moi, et contrairement à ce que semble indiquer madame le Procureur, aucune implication politique et ne concerne en rien les élus et le conseil municipal de Dax.
Tout au plus appartient-il à notre collègue et à lui seul -ou à son groupe- de décider si cette affaire est pour lui compatible avec l’exercice de son mandat de conseiller municipal.
C’est la raison pour laquelle, ces remarques étant faites, je ne souhaite pas m’exprimer d’avantage sur ce sujet dans le cadre du conseil municipal. Ceci étant dit et dans un souci d'équilibre démocratique, je peux céder la parole à notre collègue Edmond Caubraque, qui préside le groupe politique auquel appartient le conseiller municipal d’opposition Claude Caullet. Ou qu’il nous fasse, s’il le souhaite, les commentaires qu’il juge utiles.
Monsieur Caubraque, en qualité de chef du groupe d’opposition ? Monsieur Ardanuy…
- José Ardanuy -  Oui monsieur le Maire, nous n’avons pas de commentaire à faire sur ce sujet puisque pour l’heure, à notre connaissance, Claude Caullet ne fait l’objet d’aucune mise en examen, n’a reçu aucun mandement de citation à comparaître.
Donc tout cela est dans l’ordre du possible. Jusqu’à ce que une décision soit prise, il est donc réputé innocent.
C’est la raison pour laquelle je dirai que globalement je partage votre propos en disant qu’il n’y a pas de commentaire à faire.
La presse s’est crue autorisée à faire des commentaires… Libre à la presse de faire un commentaire, il ne nous appartient pas d’en faire.
C’est pour ça que je partage globalement votre propos.
- Gabriel Bellocq - Bien, je vous remercie.
 
Comme vous pouvez le constatez, le positionnement « politique » de part et d’autre y est nettement formulé. Sans dérapage aucun. Une posture simplement citoyenne.
 
A mon avis, ce n’est pas parce que l’équipe de l’opposition n’a pas demandé la démission de cet élu pendant l’instruction de l’affaire, qu’elle cautionnerait les faits s’ils venaient à être avérés. Il ne faut y voir aucune attitude de « complicité » ! De toute façon, depuis l’article du Sud Ouest à son sujet, cet élu n’assiste plus aux séances du conseil municipal, ce qui est une décision raisonnable. (Je crois même que son absence date d’avant la parution. Il faudrait que je prenne la peine de vérifier. Si quelqu’un veut bien le faire à ma place, ça m’arrangerait.)
 
* * *
 
Alors pourquoi Le Canard Enchaîné est-il venu « en remettre une couche » ? Quelqu’un l’y aurait-il invité ? Dans quel objectif ?!!
 
Procédant de la même façon que pour un certain ex-futur-investisseur à Dax, j’ai commencé par taper son nom sur le Net. Principalement pour faire connaissance. (Il me faut vous avouer que je n’ai jamais acheté le moindre numéro de ce titre ; c’est sans doute un très grand tort…)
Comprenant par exemple que ce journal n’avait pas d’annonces publicitaires, mon adhésion à ce genre de pratiques est totale.
 
C’est donc assez confiante que j’ai poursuivi la lecture de la page Wikipédia qui lui est consacrée.
Pour apprendre entre autre que (je cite) :
« Son nom fait malicieusement allusion au quotidien "L'Homme libre" édité par Georges Clemenceau, qui critiquait ouvertement le gouvernement de l’époque. Ce journal (en français familier ce "canard") dut alors subir la censure, et son nom fut changé en "L’Homme enchaîné". S’inspirant de ce titre, Maurice et Jeanne Maréchal décidèrent d’appeler leur propre journal "Le Canard enchaîné". Variante historique du titre : "Le Canard déchaîné", du 15 octobre 1918 au 28 avril 1920. »
 
En tout cas, puisqu’il n’y a aucun risque qu’il se prenne pour Clemenceau, il me plait de penser que le Canard à l’Orange des Landes puisse être perçu comme un vrai « Canard libre ». La semaine dernière déjà, sur le blog de l’opposition Dax Horizon, l’un des commentateurs -un certain Arnaud- a par exemple dit ceci et croyez-moi, cela m’a fait chaud au cœur :
- « Je veux pas jouer les Françoise Boulanger mais je pense que la majorité municipale se serait grandie en inscrivant son opération "berges éphémères" dans la continuité de ce que la précédente municipalité a fait pour aménager les rives de l'Adour. Le dire était une preuve d'honnêteté intellectuelle, d'intelligence et de bon sens… politique. De la même façon, j'espère bien que le prochain maire de Dax, élu en 2014, reconduira cette opération des berges que je trouve excellente et qu'il ne manquera pas de dire qui en en été l'inspirateur et ainsi lui rendre hommage. »
J’ignore s’il s’agit d’Arnaud Tauzin, président de l’UMP Landes, mais je remercie chaleureusement ce commentateur modéré d’avoir associé mon nom à "l’honnêteté intellectuelle" et au "bon sens" ! Je suis d’accord avec lui sur ce commentaire : s’il y a des réussites, il faut le dire, s’en féliciter et plutôt que de les détruire, s’en servir pour améliorer l’existant.
 
Justement, je viens de lire sur le site de la mairie que le forum des Associations organisé par Marie-Jo Henrard se tiendra dans le Parc des Arènes cette fois-ci, afin d’utiliser les installations de « Toros y Salsa » se déroulant le WE d’avant. Voilà une excellente idée ! A double titre, car les deux fois précédentes (cette manifestation a lieu tous les deux ans) je trouvais dommage le choix d'un site trop excentré. Les visiteurs y seront plus nombreux. Je m’en réjouis pour les associations. Il faut juste espérer une météo favorable pour ces deux manifestations successives.
 
* * *
 
Mais revenons à nos canards et poursuivons la lecture de la page… Nous apprenons que :
 
-  La devise du journal Le Canard Enchaîné a été inventée (par H.-P. Gassier) dès sa création en 1915 : « Tu auras mes plumes, tu n’auras pas ma peau ». Chouette canard, non ?!!
 
-  L’hebdomadaire adhère à la charte de Munich. Charte votée en 1971. Je vous ai mis plus bas et pour info seulement l’intitulé(5) des dix devoirs et des cinq droits des journalistes*.
A part que je ne suis pas rémunérée pour mes écrits, et donc bien plus indépendante que les journalistes eux-mêmes (y compris ceux dont je vais maintenant vous parler…), et à part que je suis militante du MoDem (mais ne vous ai-je pas dit ma détermination à travailler avec toutes les sensibilités ?!), en tant que « blogueuse d’investigation » (pas mal comme nouveau grade, non ?!), je m’applique à moi-même tous ces devoirs. Voilà pourquoi je tiens tant à mettre des liens qui viennent appuyer mes dires. De manière à citer mes sources dès que possible. N’en déplaise à certains, c’est ma force : ma protection et donc ma tranquillité d’esprit….
 
* Une journée de réflexion sur le journalisme est organisée le 21 septembre prochain par les Amis d’Aqui.fr au Rocher de Palmer à Cenon. Sur le thème « Smart médias et renaissance du journalisme » J’avais participé au rendez-vous de l’an dernier et avais trouvé passionnant. Attention, il faut s’inscrire pour participer. Très belle occasion de rencontrer de grands noms de la presse.
 
- D’après la rédaction, les informations sont vérifiées et recoupées. Je suis prête à les croire puisqu’ils ont signé la charte… Par contre, ce qui est étonnant, c’est d’apprendre que parmi leurs informateurs, qui semblent très nombreux, seuls ceux qui sont journalistes sont rémunérés. C’est toujours ça d’économisé, hein ?! Mais je me pose tout de même la question du sérieux de leurs sources dans ce cas-là. Cela expliquerait peut-être qu’ils se soient trompés dans leurs accusations, comme le révèle Jacques Forté… A moins que la « source sûre » ne soit pas si informée elle-même… C’est embêtant pour elle, car il va falloir que le journal apporte un démenti vis-à-vis de l’UMP. Dans la rubrique « Pan sur le bec » je suppose…    
 
- Ce qui m’intéresse d’abord ce sont les statuts. D’après ce que je lis :
« La SA "Les Éditions Maréchal" les préservent de toute prise en main extérieure (ceci depuis une tentative de prise en main du journal par le groupe Hachette, en 1953) puisque seuls sont actionnaires ceux qui y travaillent, ainsi que les fondateurs (les 1000 titres du journal sont incessibles et sans valeur). »
Quelle surprise ! Auraient-ils eu la bonne idée de faire une SCOP ? Système que je privilégie pour ma part. Ce n’est pas spécifié sur Wikipédia mais je suppose que les accords sont du même style : une SA coopérative à Conseil d’administration.
 
- Du coup je suis quand même partie faire un tour sur l’un de mes sites favoris : http://www.societe.com/ (le pire délateur que je connaisse)...
 
J’y ai appris que le président s’appelle Michel Gaillard, qu’il est né en janvier (si vous voulez savoir l’année, cherchez vous-même, petits curieux…), et qu’il possède trois mandats. La SA d’édition rue des Petits Pères à Paris et deux SCI, l’une rue Saint Honoré à Paris et l’autre sur l’île de Ré, celle-ci de toute apparence privée. Ce qui m’a vraiment étonnée, c’est le montant du capital. Pourquoi le capital de la SA, qui compte un effectif de 72 personnes, est-il de 100.000 euros seulement, quatre fois inférieur à celui de sa SCI d’Ars en Ré par exemple ? Je vois que le chiffre d’affaire est déclaré pour 2010 mais pas encore pour 2011… ce qui ne devrait tarder j’imagine, puisqu’il paraîtra sur le journal lui-même à la fin de ce mois. Et les comptes des SCI, sauf erreurs ne sont pas du tout déclarés. Heu, passe-droit ou négligence ?
 
Parmi les trois autres administrateurs de la SA, deux journalistes et un dessinateur, l’un d’entre eux, Nicolas Brimo, est également administrateur d’une autre entreprise, une coopérative de distribution de magazines. Aux 17 administrateurs, dont Michel Hommell, et au capital impressionnant : 5.000.000 euros cela en représente des sous tout de même ! Je ne sais pas si Michel Gaillard est au courant que tous ces autres magazines contiennent de la pub. Ce que j’ai également noté, c’est que cette société ne présente aucun compte disponible… Bon.   

 

- Ma grande déception en fait, est que je n’ai absolument trouvé aucune photo de Michel Gaillard. Ce n’est pas faute d’avoir cherché pourtant. Longuement et systématiquement… J’avoue être très intriguée. Est-ce pour lui à ce point important que de rester caché ? Peut-être même vital ?! Une façon de se protéger de tous ceux qui voudraient « sa peau à lui, plutôt qu’à celle de son canard » (je fais allusion à leur devise évidemment, je n’ai personnellement rien de spécial contre lui, bien au contraire…) ?!

 

* * *

 

A ce stade de mes recherches, j’avoue encore que j’en étais toujours à me demander pourquoi Le Canard Enchaîné avait écrit sur Dax. Où était le lien ? Parce qu’il devait forcément y en avoir un.

 
C’est là que je me suis souvenue de la dernière Rencontre à Lire au Splendid. Parmi les invités de Serge Airoldi, le chargé de Com’ de la mairie, ancien*** journaliste du journal Sud Ouest je le rappelle, se trouvait un auteur reçu fort chaleureusement. Puisqu’il a fait une conférence-débat à laquelle je crois avoir assisté. J’ai vérifié. Oui c’est bien lui : l’écrivain Sorj Chalandon dont il est dit qu’il a travaillé pour Libération avant de rejoindre(6) Le Canard Enchaîné… Et si mes souvenirs sont bons, la rencontre n’a pas eu lieu au Fumoir mais dans la salle de la Fontaine. Remarquez, je confonds peut-être avec le mois d’avril. En tout cas sur mon agenda perso j’avais noté la rencontre du mois de janvier.
*** (Est-il toujours considéré comme journaliste au fait ? Et à ce titre, serait-il rémunéré par « le Canard enchaîné » s’il était amené à lui donner des infos sur Dax ? Je suppose que non, ce ne serait pas loyal avec le poste actuel...)
 
Finalement, ce ne serait pas trop mal que Le Canard Enchaîné s’intéresse réellement à notre ville !!!
Toujours si j’en crois les écrits de cette page Wikipédia, il est dit qu’il n’est :
« Ni plus à gauche, ni plus à droite
Depuis toujours, Le Canard enchaîné est considéré comme un journal politiquement indépendant. Ses partisans disent que, même s’il garde une sensibilité de gauche, il n’hésite pas à dénoncer toutes les dérives des politiques quel que soit leur bord politique. Farouchement attaché à son indépendance éditoriale, le journal refuse les annonceurs. Il reste l’un des derniers journaux d’investigation en France. Ne se référant pas à l’AFP, contrairement à la majorité des quotidiens, Le Canard est connu pour renifler les scoops et n'hésite pas, d'après ses partisans, à publier les scandales quelles que soient leur nature et leur orientation politique. Ses partisans disent qu'à ce titre, il est craint, lu et informé par l’ensemble de l’échiquier politique, et n’éprouve pas plus de compassion envers une défaite d’un parti de gauche ou de droite, qui plus est si c’est un extrême. André Escaro, dessinateur du Canard enchaîné, a déclaré à cet égard : "la tendance actuelle du Canard, c’est l’objectivité. Ni gauche, ni droite". » 
 
Nous sommes donc tout à fait d’accord : « Ni gauche, ni droite » !
Et puisque Le Canard Enchaîné est à l’affût de tout scandale potentiel, je l’invite personnellement à venir se rendre compte sur place.
 
Demain 23 août justement, je compte me rendre à la cérémonie de commémoration de la libération de Dax (qui aurait eu lieu le 24 août 1944, si on se réfère à ce tableau).
Peut-être sera-t-il alors témoin de l’exclusion inadmissible dont je suis l’objet depuis pas mal de mois. Constater par exemple que le maire, et quelques uns (pas tous heureusement...) de son équipe, me tournent délibérément le dos. Certain, tel le plus beau des malotrus, allant jusqu’à dire -devant témoins, quelle grossière erreur de sa part !- vouloir me faire taire par la force.
 
Puisque Le Canard Enchaîné est déjà allé assister à un conseil municipal à Puteaux (était-ce parce que le maire est issu de l'UMP ?), je suggère à un journaliste courageux de descendre incognito dans notre beau sud-ouest et de se fondre parmi les personnes de l’assistance lors du prochain conseil municipal de Dax (12 septembre, 18H…) ! Il se rendrait compte que le maire actuel abuse trop souvent de son pouvoir en refusant la parole à l’opposition.
 
J’invite aussi les plus exigeants à se rendre sur le site de la mairie et découvrir quelles sont les façons subtiles de définir les élus de l’opposition dacquoise : en ne les nommant pas ! Les membres de la majorité sont identifiés comme tels ; les conseillers municipaux de l’opposition ne sont… « rien » ! Même pas de la minorité…
 
Le Canard Enchaîné pourra d’ailleurs vérifier par lui-même directement sur ce blog, comment on élimine définitivement une équipe gênante d’une ville : en la rayant tout simplement des photos officielles (colonne de gauche, rubrique Dax).
 
Ainsi, je pense que le maire actuel de Dax pourra enfin figurer dans la rubrique « Ma binette partout »
« Ce "concours" apparaît occasionnellement. Il distingue des élus de collectivités locales assurant leur propre promotion par une multiplication de photos les représentant dans les magazines que ces collectivités diffusent. »
 
Avoir une belle photo de notre maire en grand -et sur la Une naturellement- dans Le Canard Enchaîné, ne serait-ce pas la gloire nationale enfin assurée pour Dax ?!
 
A bientôt !
 
Françoise Boulanger
Militante MoDem très au centre et « libre » d’expression
 
Ah, ah, nullement honteuse d’être la Boss du seul Canard Libre des Landes !
 
 
* * *
 
(1) Texte : « le Loup et le Chien »
     
(2) « Nous sommes un drôle de peuple, nous sommes de drôles de gens, nous, les Français. Il suffit de porter les yeux sur cette devise de la République que nous avons gravée au burin sur tous les frontons de nos maisons communes. (…) Nous sommes la seule nation qui ait choisi comme devise l’énoncé de trois vertus : liberté, égalité, fraternité. Trois principes moraux qui décrivent non pas un avenir national, ou une foi nationale, mais un projet de société, et même un projet de développement personnel. (…) Nous sommes de drôles de gens : nous choisissons comme devise nationale un projet pour l’humanité. Il ne faut pas avoir froid aux yeux. C’est l’histoire de la France. La France ne sera bien, ne sera heureuse et équilibrée que si elle sait qu’elle porte un projet de société. Et ce projet n’est pas seulement pour nous, il est aussi pour qui dans le monde se trouvera en recherche du même idéal. Et il faut bien le comprendre : cet idéal est un idéal de résistance. Les trois vertus nationales sont des vertus de résistance. La liberté ne va pas de soi. Ce qui va de soi, ce qui est naturel, c’est la domination, c’est la servitude, l’asservissement aux traditions, à la caste, à la naissance. L’égalité ne va pas de soi. Ce qui est naturel c’est l’inégalité, la domination du fort sur le faible. La fraternité ne va pas de soi. Ce qui est naturel, c’est le chacun pour soi. (…) »
 
(3) J’en profite pour donner mon sentiment et ce n’est aucunement un règlement de compte personnel :
Ce qui a particulièrement nui à François Bayrou, j’en suis intimement persuadée, c’est d’avoir aveuglément fait confiance à toutes ses équipes de l’UDF. Il aurait dû prévoir que certaines d’entre elles feraient barrage aux nouveaux inscrits de 2007. Nouveaux membres pourtant arrivés en masse, en immenses vagues enthousiastes et sincères pour la plupart. Des personnes de la société civile apportant avec elles le fonctionnement généreux des associations loi 1901. Des personnes de la vraie vie. Qui auraient fait le relais, le trait d’union entre les électeurs et lui… Qui lui auraient apporté le succès.
Ce n’est pas François Bayrou lui-même qui aurait démérité. Sa vision de la France et de l’Europe est si claire et précise ! Non, ce sont certains de ses cadres traditionnels qui ont peut-être faussé son objectif en faisant écran et barrière autour de lui ; empêchant hélas la belle exemplarité qu’il prônait dans ses livres. Faute de vigilance et d’écoute en interne tout simplement.
Il n’est cependant pas trop tard pour rectifier les orientations. Une Université de Rentrée aura lieu notamment fin septembre en Bretagne. Elle aidera sans nul doute le Mouvement Démocrate à mieux « se recentrer » sur les priorités. A commencer par un nouveau management.
 
(4) Le Principe de Peter, également appelé « syndrome de la promotion Focus » de Laurence J. Peter et Raymond Hull, est un principe relatif à l'organisation hiérarchique. Il est paru originalement sous le titre « The Peter Principle » (1969).
Selon ce principe,
Tout employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence.
Il est suivi du « Corollaire de Peter » :
- Avec le temps, tout poste sera occupé par un incompétent incapable d'en assumer la responsabilité.
Explication du principe
Principes de base :
- Un employé compétent à un poste donné est promu à un niveau hiérarchique supérieur ;
- Un incompétent à un poste donné n'est pas promu à un niveau supérieur.
Ce qui entraîne les corollaires suivants :
- Un employé ne restera dans aucun des postes où il est compétent, puisqu'il sera promu à des niveaux hiérarchiques supérieurs ;
- Par suite des promotions, l'employé finira (probablement) par atteindre un poste auquel il sera incompétent ;
- Par son incompétence à ce poste, l'employé ne recevra plus de promotion, il restera donc indéfiniment à un poste pour lequel il est incompétent.
- A long terme, tous les postes finissent par être occupés par des employés incompétents pour leur fonction ;
- La majorité du travail est effectuée par des salariés n'ayant pas encore atteint leur « seuil d'incompétence ».
Extensions ultérieures
Le principe de Peter connaît deux extensions principales établies a posteriori :
Si les pays vont si mal, c'est parce que tous les salariés des administrations, responsables du bon fonctionnement des pays, donc, sont incompétents pour leur poste. Les administrations qui gèrent les pays sont donc incompétentes pour leurs fonctions, d'où le mauvais fonctionnement des pays.
- La seconde extension est appelée Loi de Dilbert (du nom d'un personnage de BD) ; elle relève plus de l'empirisme que d'une déduction sociologique réelle. Elle suppose que les employés les moins compétents seront toujours affectés aux postes où on est sûr qu'ils produiront le moins de dégâts, c'est-à-dire l'encadrement.
Il est très compliqué d'utiliser le principe de Peter en politique, car accéder à un mandat d'élu n'est pas une promotion depuis une précédente fonction de dirigeant (d'adjoint au maire à maire, par exemple), mais une promotion depuis le statut de candidat en campagne (expliqué dans le chapitre Hiérarchologie et politique).
La "défoliation hiérarchique"
Peter remarque que la compétence, chez les employés d'une organisation, se répartit selon une loi normale :
- 10 % sont super-incompétents ;
- 20 % sont incompétents ;
- 40 % sont modérément compétents ;
- 20 % sont compétents ;
- et 10 % super-compétents.
Peter observe que les 80 % au centre de la courbe restent au sein de la hiérarchie, mais pas les 20 % aux extrêmes, c'est la "défoliation hiérarchique". Si le renvoi des 10 % super-incompétents semble évident, celui des 10 % super-compétents n'en est pas moins logique.
La super-compétence est plus redoutable que l'incompétence, en cela qu'un super-compétent outrepasse ses fonctions et bouleverse ainsi la hiérarchie. Elle déroge au premier commandement : « La hiérarchie doit se maintenir ».
 
(5) La Charte de Munich (ou Déclaration des devoirs et des droits des journalistes) est signée le 24 novembre 1971 à Munich et discute notamment de l'éthique des journalistes, en distinguant dix devoirs et cinq droits.
Les dix devoirs de la charte
1- Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité.
2- Défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique.
3- Publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents.
4- Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.
5- S’obliger à respecter la vie privée des personne.
6- Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte.
7- Garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement.
8- S’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information.
9- Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs.
10- Refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction.
Les cinq droits de la charte
1- Les journalistes revendiquent le libre accès à toutes les sources d’information et le droit d'enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par exception en vertu de motifs clairement exprimés
2- Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne générale de son entreprise, telle qu'elle est déterminée par écrit dans son contrat d'engagement, de même que toute subordination qui ne serait pas clairement impliquée par cette ligne générale
3- Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou sa conscience
4- L'équipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature à affecter la vie de l’entreprise. Elle doit être au moins consultée, avant décision définitive, sur toute mesure intéressant la composition de la rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion de journaliste.
5- En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non seulement au bénéfice des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant sa sécurité matérielle et morale ainsi qu’une rémunération correspondant au rôle social qui est le sien et suffisante pour garantir son indépendance économique.
 
(6) Rencontre avec l'écrivain Sorj Chalandon
Le 7 janvier 2012 à 16 heures au Fumoir du Splendid, entrée libre.
L’édition 2012 des Rencontres à Lire qui aura lieu du 27 au 29 avril s’enrichit cette année de nouveaux rendez-vous en dehors de la période du salon.
Ainsi, une première rencontre aura lieu le 7 janvier prochain, à 16 heures, dans le fumoir du Splendid entre l’écrivain Sorj Chalandon, Grand prix du roman de l’Académie française pour son dernier ouvrage Retour à Killybegs paru chez Grasset et Yves Harté, écrivain lui aussi,directeur adjoint de la rédaction à Sud Ouest et Prix-Albert Londres en 1989.
Né en 1952, a été longtemps journaliste à Libération avant de rejoindre Le Canard Enchaîné.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by FB-40
commenter cet article

commentaires

Françoise Boulanger 07/10/2012 15:35


Décidément j'avais oublié de redonner le lien !


http://www.satirailleurs.fr/

Françoise Boulanger 07/10/2012 15:33


Merci de cette info, Marco. Personne n'a contesté l'affluence de nombreuses personnes à Dax pour ce festival ! Je crois plutôt que les réserves faites par certains, dont je fais partie
d'ailleurs, sont plutôt de l'ordre d'une utilisation par quelques politiques pour en faire un vecteur de propagande. En période de crise, rien ne vaut des jeux de cirque pour faire oublier
le chômage et la baisse du pouvoir d'achat n'est-ce pas ?!! C'est vrai que lorsqu'on rigole un bon coup, on se sent bien.


Personnellement je n'ai aucune envie de m'amuser si je ne suis pas sûre de pouvoir manger ou faire manger ma famille dans les mois à venir.


La grande priorité est de créer du travail durable pour assurer l'avenir.


Si Dax est connu uniquement comme un lieu où le maire et ses adjoints, qui d'après ce que je sais de leur situation professionnelle, n'ont sans doute jamais connu de réelles difficultés
financières, organisent des animations comme si nous étions dans l'opulence, cette ville va passer pour insouciante, se moquant de tous ceux qui prennent des risques pour créer de
l'emploi.


Avant hier j'ai discuté avec deux personnes qui m'ont encore expliqué que les gens de droite étaient tous des capitalistes et pas ceux de gauche. Le "capitalisme" incarnant pour elles
le mal en personne. Ces deux personnes avaient cependant tous les avantages acquis de ce fameux capitalisme : beaux vêtements, très beaux sacs à main et surtout très belles voitures. Où est la
cohérence ?! Je sais qu'elles étaient sincères mais je suis désespérée de voir cette mentalité Car ce sont leurs chefs qui les ont manipulées. C'est un point contre lequel je m'élèverai sans
cesse. La plupart des chefs d'entreprise savent prendre des risques à la place justement de ceux qui n'en prennent jamais et qui cependant profitent du système.


 


Alors ton festival, Marc Large, je suis très contente pour toi qu'il marche mais je préfère de beaucoup "l'élévation de l'esprit vers l'effort". Je veux plus de responsabilité
individuelle et surtout de la solidarité, celle qui va réunir des personnes d'horizons différents sur un projet d'envergure, c'est à dire de réelle création de richesses. De la production
industrielle par exemple.


(Je remets le lien vers ton association, puisqu'il n'était pas activé. Je viens de voir que tu n'en étais pas le président. C'est donc ce qui te permet d'être le directeur de la manifestation
dacquoise et de toucher une rémunération, c'est ça ?)


Bises. 


 

Large 07/10/2012 10:53


Tout sur l'association Satirailleurs : www.satirailleurs.fr . Les secrets d'un succès :) Et les photos en disent long. Bises

Françoise Boulanger 29/09/2012 10:17


Oui, Frédéric, c'est certainement ma plus grande fierté depuis que j'ai ouvert ce blog ! Je voudrais démontrer que nous pouvons travailler, coopérer à des projets communs quelle que soit notre
sensibilité politique.


Nous connaissons actuellement à Dax une situation d'échec due uniquement au fait que certains (pas tous, il faut le saluer car j'ai espoir de revirement) de la majorité
actuelle ont refoulé impitoyablement tous ceux de droite. Or des propositions fort pertinentes de l'opposition avaient été proposées, notamment pour la gestion de la Cie Thermale, qui
auraient très certainement évité le déficit actuel.


La com' actuelle est très bien faite mais lorsqu'elle véhicule des mensonges c'est dramatique. En particulier, on ne peut pas s'approprier la paternité de nouvelles réalisations lorsque c'est faux !   Rien ne
vaut la franchise pour inspirer la confiance. Je prépare un billet là-dessus...

FrédéricLN 25/09/2012 21:57


Le commentaire signé "Arnaud" fait chaud au coeur ! Bravo !

Large 05/09/2012 21:29


En toute transparence, voici les comptes publics relatifs à Satiradax.


* En 2011, pour sa première édition, le festival de la Satire "Satiradax" partageait le budget avec le festival de la Comédie.


- Les contrats artistes de Satiradax en 2011 ont coûté : 55 366 euros
- Les contrats artistes du festival de la Comédie en 2011 ont coûté : 59 140 euros


L'association Satirailleurs, co-organisatrice de Satiradax, a financé 10 000 euros de cachets artistiques.

- Les recettes de Satiradax en 2011 pour la Ville de Dax : 41 308 euros (pour 6 spectacles, 2783 entrées)
- Les recettes du festival de la Comédie en 2011 pour la Ville de Dax : 21 664 euros (10 spectacles, 1807 entrées).


Même nombre de personnels employés pour la comédie et la satire.


* Comparaison 2011 – 2012 Satiradax :
2011 : 6 spectacles payants, 2783 entrées payantes = 41 308 euros de recettes pour la Ville de Dax.
2012 : 6 spectacles payants, 6447 entrées payantes (dont 2675 pour le spectacle de Rémi Gaillard) = 65 500 euros de recettes pour la Ville de Dax.


* Pour 2012, les recettes de la Ville de Dax :
Atrium :
- Titine au bistrot : 396 personnes : 3637 euros
- David Salles + Sophia Aram : 496 p. : 10 186 euros
- Daniel Prévost : complet - Gratuit
Scène des Remparts :
- Les Ramoneurs de Menhirs + Parabellum : 1080 p.: 7 668 euros
- The Hyènes + Marcel et son Orchestre : 944 p. : 6 768 euros
- Zebda : 856 p. : 14 011 euros
Arènes :
- Rémi Gaillard : 2675 personnes : 22 730 euros
Frais de location : 570 euros
TOTAL recettes Ville : 65 570 euros (recettes propres) + 42 500 euros (subventions) = 108 070 euros.



Ouverture du festival 2012 : environ 5000 personnes – Gratuit
Estimation fréquentation sur 4 jours : 15 000 à 20 000 festivaliers, soit le double de l'édition 2011.


* Le bilan financier de l'association Satirailleurs sera publié prochainement. Le bénéfice de l'édition 2012 s'élève à 15 000 euros qui seront réinjectés dans le fonctionnement de l'association,
conformément à la loi.

Petits rappels utiles...

Quelles sont vos relations avec l'opposition ?

« L'opposition municipale est ce qu'elle est. Le débat n'est pas à la hauteur de ce que je souhaiterais. Le climat n'est pas non plus ce que j'attends. Pourtant, je crois à l'intérêt d'une opposition. Elle est là pour relever des erreurs, faire des critiques et des propositions et à ce jour, il n'y a pas eu une seule proposition. Le débat est médiocre. Mais ce n'est pas vers ça que je me laisserai entraîner. J'ai été élu avec la volonté d'apaiser le climat dans cette ville, de renouer des échanges normaux entre les Dacquois, entre les sensibilités politiques. Et lorsqu'il s'est agi de désigner des représentants dans les commissions des fêtes, j'ai désigné des gens dont je sais bien qu'ils ne partagent pas ma sensibilité politique, et certains étaient même sur des listes adverses. Mais ils ont des qualités et des compétences et moi je pense qu'une ville doit s'enrichir de sa diversité et de ses compétences. » 

 

* * *

  

Êtes-vous un maire de gauche ?

« Je suis le maire de tous les Dacquois et je m'efforce de le démontrer. Je pense être quelqu'un de tolérant. J'ai des convictions politiques, elles sont connues de tous, je suis attaché à des valeurs humanistes, de solidarité, que l'on qualifie plutôt de gauche, mais je constate souvent que ces mêmes valeurs sont portées aussi par des gens qui ne sont pas de la même sensibilité que moi... Quand par exemple, je défends le dossier des logements sociaux, on dit : « Bellocq fait ça parce qu'il est de gauche ! » Non. Je le fais parce que c'est un besoin à Dax. Et ce n'est pas une question de droite ou de gauche. On pourrait dire la même chose dans d'autres domaines comme la culture, le sport etc. Si l'on travaille sur un projet de rénovation du stade Maurice-Boyau, ce n'est pas un projet de gauche ou de droite... Mon prédécesseur s'était isolé derrière ces remparts. Moi, je travaille pour tous les Dacquois, avec tout le monde, et en harmonie avec la Communauté d'agglomération du Grand Dax, le Conseil général et je peux vous assurer qu'avec le Grand Dax comme avec le département, il n'y a pas de passe-droit. On monte les dossiers le mieux possible et on fait en sorte que ces dossiers soient recevables auprès de ces deux institutions... »

Propos recueillis par Jefferson Desport et Didier Piganeau le 16/03/09

L'Union Européenne

 RADIO - HOME

 


L'hymne Européen

 

Commentez ou écrivez-moi !

Dénoncez sans problème les agissements contraires à la démocratie !
Pas d'attaque trop personnelle toutefois. Ici l'on n'accuse pas sans preuve.
Ecrivez-moi ou envoyez un article de votre plume.

Je le publierai pour vous :
france.boulanger.m (puis)@(puis)orange.fr