Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Canard à l'Orange des Landes
  • Le Canard à l'Orange des Landes
  • : Le Canard à l'Orange des Landes est un journal d'expression libre d'une simple adhérente du Mouvement Démocrate. Il vous offre sa plume pour vous exprimer vous aussi.
  • Contact

Profil

  • Françoise Boulanger
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.

Orange & Vert

logo-modem2.jpg

"C’est grâce à un globe en carton bouilli que j’ai appris à aimer cette terre et ai compris sa fragilité : quand les morceaux se décollaient !

Je rêve d'un pays qui offrirait à chacun  de ses petits citoyens un globe terrestre.

Pour leur donner conscience que cette terre ils la reçoivent en héritage, en indivision."

Thierry P

clipart_objets_266.gif 

  

GooglEarth 

 

Google Traduction

  

Echelle de l’Univers

 

 JOURNAL OFFICIEL

 

HATVP

Haute Autorité de la Transparence pour la Vie Publique

 

Drapeau européen

 

La France à Vol d’Oiseau

 

Le Calendrier 

 

 Recherche & Technologie  

       

Les Instruments du Monde

 

worldometers

  Statistiques mondiales en temps réel

     

Journée mondiale 

 

Juke-Box 

 

Le Palais de la Découverte

 

 f e s t

l’agenda des festivités

 

Giga Presse

 

revue2presse.fr

toutes les unes avant l’heure


L'actu des dessinateurs

 

la fête des voisins 

immeubles en fête

 

IFranceI

I24IIII

L’actualité

Internationale 

24H / 24

 

Les horaires

 

Vacances scolaires 

 

Insee

Institut national de la statistique et des études économiques 

Mesurer pour comprendre

 

Vignette Fréquence Orange

 

Université Populaire  

Pour démocratiser le savoir

 

Tous les blogs du MoDem

   

Jeunes Démocrates

 

Affiche Bayrou 2012  De la vérité en politique  

Recherche

Aquitaine

 logo-aquitaine-orang-.jpg

 

Musique de Campagne

LESEUROPÉENS

 

Robert-Rochefort.jpg

Robert Rochefort "A coeur ouvert"

sur "Fréquence Orange"

saison 2009/2010


Itinéraire MICHELIN

 

Chargemap

Carte des points de charge électrique

 

MoDem 64

      
Forces.Aquitaine

 

Logo Journal Sud Ouest   

  

Logo AQUI bis

Partageons l'information en Aquitaine et bien au delà.

 

ARL

Aquitaine Radio Live


AEC

L’agence des initiatives numériques


 france-bleu-gascogne 

 

Nouveau logo Sud Radio

 

SOUVENIRS FM du Grand Dax

 

 

40 - Les Landes

 

Préfecture des Landes

 

Les Pages Landaises

 

 Les Landes avec Bayrou

 

RDTL voyages

 

Empreintes

landaises

rétrospective des Landes en vidéo

  carte-landes.jpg

Conseil Général des Landes

 

 Association des maires des Landes

 

Conseil Départemental d'Accès au Droit des Landes

 

Archives départementales des Landes


Chambre du Commerce et de l'Industrie des Landes

 
Chambre de Métiers et de l'Artisanat des Landes


Collectif des Commerçants Landais

 

TV Landes 

+ qu’une Web TV !

 

F G L

 Fréquence Grands Lacs

LA RADIO QUI A LA CÔTE !

89.3 Nord des Landes

91.1 Mimizan & Littoral

93.7 Ste-Eulalie-en-Born

94.7 Grand Dax

98.3 Plages Océanes


 Pulseo logo

ce que l'on fait naître ici

pousse plus haut


Conseil des Prud'hommes


CADA


Infogreffe


CGA

Centre de Gestion Agréé

des Landes de Gascogne

  

genevieve-darrieussecq.jpg

Geneviève Darrieussecq
Maire de Mont de Marsan

Conseiller régional d'Aquitaine

 

Dax dans les Landes

Météo Dax

 

Fontaine-Chaude-de-Dax.jpg

Webcam Fontaine chaude


 

Fréquences radios sur Dax

 

U.S.DAX

 

Office de Tourisme et du Termalisme de Dax

 

 « Regia semper »

 

.Grand Dax.

 

CONCERTATION « LE PONT DE L’AGGLO »

 

Société  de Borda

  

Centre hospitalier de Dax

 

Ciné Dax

 

Ze Mag Dax

 


Avril 2008 : 33 élus... Election municipale Dax 2008

...au service de tous les dacquois ?!...

Dax Bilan d'Etape 3

Supplément Dax Le Magazine

Décembre 2011 : 26 élus !?? 

 

25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 00:25

- Du kaki aux kakis -

 

 

 

 

espagne-bis.jpg

 

 

C’est avec grand plaisir que j’abandonne aujourd’hui ma page blanche à un ami* ! J’avais découvert ses écrits pour la première fois chez Chantal, lors des Européennes, et j’avais beaucoup aimé le suivre de capitale en capitale, d’un pays à l’autre de l'Europe des 27.

* (Nous sommes le 1er décembre et j'ai une excellente nouvelle : depuis quelques jours Thierry P a enfin ouvert son propre blog "Le Scriptorium"... Longue vie à cet espace de parole que nous étions nombreux à demander !)

 

Aussi l’ayant provoqué quelque peu, je le reconnais, je n’imaginais pas qu’il me prendrait au mot. Je me réjouis de sa visite -j’en suis même flattée- et je fais le voeu non seulement qu’il revienne souvent me voir mais que vous aussi, amis lecteurs, vous éprouviez l’envie de vous exprimer ici...

 

A très bientôt !

FB-40 


 

- Du kaki aux kakis -

 

Ayant répondu de bonne grâce au Tag amical de l'ami BGR
sur mes 23 ans que j'ai passés en grande partie en kaki, j'ai eu la surprise de découvrir dans les commentaires une question du petit Canard des Landes qui me demandait :

« Que faisais-tu à 33 ans ? »

Ma première réaction fut de dégainer un Joker. Mais le petit Canard rajouta :

« Mais non, c’était dans l’espoir de te faire raconter encore d’autres aventures, nous faire visiter d’autres coins… »

Comment pouvais-je résister si c'est demandé avec tant de gentillesse. Je remercie donc Françoise de domicilier la réponse à sa question dans son petit coin coin des Landes.

Si à 23 ans, j'avais connu en Allemagne des températures extrêmes quand le thermomètre flirtait allègrement avec les -35°, je connus à 33 ans la clémence d'un mois de novembre en Espagne.

 

En route...

Tout d'abord, en prenant place à bord du vol Lyon-Madrid, j'eus une surprise de taille en étant accueilli par un « Bonjour Monsieur P. » !!! C'était un de mes anciens professeurs de fac, se rendant à un colloque à Madrid, qui m'avait reconnu. Entre-nous, j'avais dû le marquer pour qu'il se souvienne de moi 10 ans plus tard !!! Nous échangeâmes les quelques considérations d'usage en de telles circonstances. Au détour de la conversation, il me fit part de cette remarque « Si vous saviez, Monsieur P., comme le niveau a pu baisser depuis quelques années, les étudiants sont devenus si dissipés que je dois hausser le ton pour les calmer, cela n'a plus rien à voir avec votre temps.». Bigre, ai-je pensé, s'il le dit...

 

Arrivée à Madrid sans encombre.

Pour rallier le centre-ville où était l'hôtel, nous prîmes, avec la personne qui m'accompagnait, un taxi. Le chauffeur m'annonça le prix de la course « Quinientas pesetas » « OK », je lui remis un beau billet que j'avais échangé contre des francs avant de partir. Il me rendit des billets que j'ai rangés dans mon porte-monnaie.

Après nous être installés à l'hôtel, en plein centre, à quelques pas de la Puerta del Sol, nous décidâmes, mon ami et moi, d'aller boire un coup. Je voulus régler avec la monnaie que m'avait rendue le chauffeur de taxi. Le serveur la refusa. Ah bon. Mes connaissances dans la langue de Cervantes ayant été érodées par les années, je ne me sentis pas capable de me lancer dans des palabres. Je réglais donc avec un autre billet. A un kiosque, je voulus acheter des cartes postales et je ressortis donc ces fameux billets. Nouveau refus, patatras, je n'y comprenais plus rien. A l'accueil de l'hôtel, je voulus en avoir le cœur net. Le réceptionniste m'expliqua, avec un sourire, qu'il s'agissait de coupures datant de l'ère de Franco qui n'avaient plus court !!! Il me dit que la Banque d'Espagne les échangeait encore. Ça alors, je m'étais fait rouler comme un touriste, comme probablement beaucoup d'autres avaient dû peut-être l'être avant moi. Sur le plan de Madrid, j'ai constaté que, par chance, la Banque d'Espagne était à deux encablures. Je résolus d'y aller dès le lendemain. Pénétrer dans cette banque est impressionnant, le hall est immense comme celui d'une gare. Un guichet était spécialement dédié pour le change des vieilles coupures contre des nouvelles. Ouf !

Ceci pour dire : Vive l'euro ! Non seulement cette monnaie commune fait que nous ne sommes plus tributaires des frais de change, mais en plus, nous sommes désormais à l'abri de telles déconvenues... dans les pays de la zone euro.

 

Que dire de Madrid ?

Quelle Movida ! Je cite juste une soirée tapas dans le bar où Ava Gardner avait eu ses habitudes quelques années auparavant... C'était festif !!!

Pour qui aime l'art, Madrid est une ville extraordinaire.

En premier lieu, le Prado est un musée qui recèle quelques-unes des toiles des artistes dont j'apprécie l'œuvre. Il serait impossible de tous les citer, El Greco, Velasquez, Goya. Ils sont nombreux. Mais je suis particulièrement fasciné par les œuvres de Jérôme Bosch.

En face du Prado, se trouve le Musée Thyssen-Bornemisza qui abrite une remarquable collection.

Enfin, je fus confronté au gigantesque Guernica (Tiens, je découvre que l'œuvre n'est pas libre de droits).

 

Depuis Madrid, nous fîmes un saut à l'Escorial. Le site est somptueux ! Philippe II avait décidé de gouverner son vaste empire, sur lequel le soleil ne se couchait jamais, depuis cet endroit à l'austère et majestueuse beauté. L'avantage, quand on fait du tourisme en novembre, c'est qu'on n’est pas nombreux à se marcher sur les pieds lors des visites ; nous n'étions que les deux seuls visiteurs ! C'est un peu comme si on nous avait remis les clés du palais pour que nous nous y promenions à notre guise et à notre rythme. L'Escorial est un endroit assez unique en son genre. Il est tout à la fois palais, monastère (encore en activité), collège (on entendait les cris des enfants par delà les murs) et nécropole royale. Presque tous les souverains d'Espagne y reposent.

Après ces quelques jours passés à Madrid, ce fut le départ pour Grenade par rail. Ce voyage m'a paru d'une longueur interminable. Par la vitre défilaient les mornes paysages de la Manche dont les moulins m'ont fait penser en souriant à Don Quichotte.

 

Arrivée à Grenade.

Un havre de paix après avoir connu l'agitation madrilène.

Grenade est une ville magnifique. L'Alhambra, le quartier de l'Albaicin et le Sacro Monte, tout me plaît dans cette ville. Il y a tant à voir. Mais je n'en dis pas plus, allez-y !!!

L'hôtel était sur les hauteurs de la ville dans le parc jouxtant l'Alhambra. Ce palais forteresse est une merveille absolue que nous visitâmes à trois reprises, et cela a permis de découvrir le palais sous des lumières différentes à chaque fois.

La visite des jardins du Generalife fut un régal malgré cette saison où les roses avaient un peu fané. C'est à cette occasion que je vis pour la première fois de ma vie un plaqueminier. Cet arbre est étonnant, car ayant perdu ses feuilles en cette saison, il n'était couvert que de ses fruits, les kakis. Leur vision dans la lumière de novembre, sur fond d'Alhambra, reste à jamais dans ma mémoire.

Je reviendrai un jour à l'Alhambra, je m'en fis alors la promesse. Ne serait-ce que pour les kakis !


A présent direction Séville...

La gare de Grenade, ce matin-là, était quelque peu sans dessus-dessous. La veille, il y avait eu un concert de hard-rock (j'avais vu des affiches l'annonçant). Certains des spectateurs de ce spectacle attendaient le train entre deux bières ou patientaient en fumant d'autres psychotropes, certains titubaient, d'autres enfin jonchaient le sol, quel spectacle... Le moment le plus agité fut quand fut annoncé l'arrivée du train. Une horde de hard-rockers se jeta sur les voies au lieu d'emprunter le passage dédié. Une vision de fin du monde. Les haut-parleurs tentaient en vain de raisonner la foule.

Mais ouf, tout se passa bien et nous arrivâmes à bon port à Séville.

Nous logions à deux pas de la cathédrale, où a été rapatrié le tombeau de Christophe Colomb après la décolonisation de Cuba, et de la Giralda qui est ancien minaret converti (au sens littéral) en clocher.

 

Séville, la belle andalouse, ne se raconte pas, on y flânerait des heures, ce que nous fîmes.

La visite de la chapelle de l'hôpital des Vénérables nous réserva une surprise de taille en nous mettant nez à nez avec deux œuvres baroques qui ont pu dérouter les contemporains que nous étions. Au passage, je vous conseille la lecture du polar de "La peau du tambour" dont l'action se déroule en grande partie à Séville (les deux tableaux y apparaissent), ce roman surclasse de loin "Le Da Vinci Code".

 

Quand on voyage, il y a un moment où immanquablement sonne l'heure du retour. Or il se trouve que cette année là, ce fut assez épique. Car TV5, que nous captions à l'hôtel, nous tenait informés du climat social en France qui s'était tendu depuis notre départ ! C'est peu de le dire... Plus un train ne circulait en France... De Séville, j'ai dû établir en toute hâte un plan B pour qu'on vienne nous chercher à l'aéroport de Lyon en soirée car je ne nous imaginais pas camper à l'aéroport en attendant que les trains se remettent à circuler pour retrouver la Bourgogne où je résidais alors.

Fin du voyage.

 

Thierry P.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FB-40
commenter cet article

commentaires

Thierry P. 01/12/2009 16:43


@  Françoise des Landes
Les idées de billets commencent à s'empiler sur l'écritoire du scriptorium :-)
Wait & see...
@+


Françoise Boulanger 01/12/2009 10:34


Thierry, pour le cas où mes amis lecteurs ne sauraient pas que tu as (enfin !) ouvert ton blog, j'ai mis dans ce billet le lien vers Le Scriptorium...
J'ai maintenant une proposition à te faire : si tu décidais de faire une rubrique "voyage" ou une autre "littérature", je te restitue les deux textes que tu as eu la gentillesse d'écrire chez
moi.
Et j'ai également une requête : j'aimerais beaucoup que tu reviennes sur ton idée de globe terrestre pour les enfants. Qu'ils découvrent par ce support la solidarité, le
respect...  

Grosses bises


Thierry P. 29/11/2009 17:32



Bien vu Françoise.



Françoise Boulanger 29/11/2009 10:47


Florent ! J'en ai trouvé une ! Que je ne corrige pas, pour taquiner mon GG. 

Mais oui Thierry, cela me trottait dans la tête : il me semblait bien qu'il y avait une anomalie quelque part. Et toi qui ne fait jamais de fautes d'orthographe ou de contre... "sens", je me
demande tout de même si tu ne l'as pas fait exprès. Dans ce cas, ce ne serait pas très gentil de ta part, mais je l'ai vue, hein ?!


http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Sens_dessus_dessous_est_une_expression_courante_-_souvent_%C3%A9crite_%C3%A0_tort_sans_dessus_dessous_-_qui_souligne_l'existence_d'un_profond_d%C3%A9sordre_quelque_part


Thierry P. 26/11/2009 17:10


@ Françoise des Landes,
Ok pour le lien ;-) Tu pourrais me parler de classement pendant des heures, pour un commentateur, c'est du chinois ;-)
Bises


Françoise Boulanger 26/11/2009 12:58


Ah Thierry, j'ai rajouté un lien en tout début que je voulais pourtant remettre dès le départ. Cervelle d'oiseau, c'est donc normal ici... Pardonne-moi ce retard mon GG !
Reviens me voir quand tu veux hein ! Car mon blogrank s'est relevé de 5 points. Merci à toi et à mes visiteurs qui sont donc les tiens ces jours-ci.
Et une bise en plus, une !


thierry P. 25/11/2009 15:03


@ Florent C'est la coquille-test ^^


florent 25/11/2009 14:23


hihi j'en ai trouvé quand même... XD


Thierry P. 25/11/2009 11:28


 

@ CdM
Sur le coup, ce le fut nettement moins :-)

@ Passage
Le vrai voyage est celui que l'on se construit par et pour soi-même. C'est un voyage où l'on découvre à son rythme, c'est pour cela que je n'ai jamais compris le tourisme grégaire.


@ Fotini
Pas de photos désolé. Pour moi, le meilleur appareil photo reste la rétine qui fixe à jamais certains détails dans la mémoire.

@ BGR
Effectivelent, le voyage est un déplacement dans l'espace, mais aussi dans le temps. Les routes d'aujourd'hui croisent les chemins d'hier.



BGR 25/11/2009 11:08


Tu as l'art, Thierry, de nous faire voyager dans le temps et dans l'espace... européen !


Fotini 25/11/2009 10:11


Et la photo, alors ?


passage 25/11/2009 10:05



Je suis complètement dedans. Tu me fais voyager, vivre ton aventure. Il me semble que par le cheminement de ton récit et en suivant les liens, que tout voyage est pour toi un itinéraire déterminé
en fonction de l’art, de la découverte, de l’esthétique. Avec toi en Espagne, on ne s’ennuie pas et c’est parfois risqué hein. Très belles illustrations et j’aime ton écriture. Merci pour
l’invitation à lire « la peau du tambour »  je le lirai dès que j’aurai eu le temps de lire deux autres bouquins que j’ai programmés et je manque de tranquillité pour
lire ces jours ci.
Merci



lcdm 25/11/2009 09:26


c'est marrant le coup des billets de Franco


Thierry P. 25/11/2009 08:22



@ Françoise des Landes
Cela m'aura permis d'évoquer l'Europe ;-)
Merci de cet hébergement dans le Sud-Ouest (virtuel).




Petits rappels utiles...

Quelles sont vos relations avec l'opposition ?

« L'opposition municipale est ce qu'elle est. Le débat n'est pas à la hauteur de ce que je souhaiterais. Le climat n'est pas non plus ce que j'attends. Pourtant, je crois à l'intérêt d'une opposition. Elle est là pour relever des erreurs, faire des critiques et des propositions et à ce jour, il n'y a pas eu une seule proposition. Le débat est médiocre. Mais ce n'est pas vers ça que je me laisserai entraîner. J'ai été élu avec la volonté d'apaiser le climat dans cette ville, de renouer des échanges normaux entre les Dacquois, entre les sensibilités politiques. Et lorsqu'il s'est agi de désigner des représentants dans les commissions des fêtes, j'ai désigné des gens dont je sais bien qu'ils ne partagent pas ma sensibilité politique, et certains étaient même sur des listes adverses. Mais ils ont des qualités et des compétences et moi je pense qu'une ville doit s'enrichir de sa diversité et de ses compétences. » 

 

* * *

  

Êtes-vous un maire de gauche ?

« Je suis le maire de tous les Dacquois et je m'efforce de le démontrer. Je pense être quelqu'un de tolérant. J'ai des convictions politiques, elles sont connues de tous, je suis attaché à des valeurs humanistes, de solidarité, que l'on qualifie plutôt de gauche, mais je constate souvent que ces mêmes valeurs sont portées aussi par des gens qui ne sont pas de la même sensibilité que moi... Quand par exemple, je défends le dossier des logements sociaux, on dit : « Bellocq fait ça parce qu'il est de gauche ! » Non. Je le fais parce que c'est un besoin à Dax. Et ce n'est pas une question de droite ou de gauche. On pourrait dire la même chose dans d'autres domaines comme la culture, le sport etc. Si l'on travaille sur un projet de rénovation du stade Maurice-Boyau, ce n'est pas un projet de gauche ou de droite... Mon prédécesseur s'était isolé derrière ces remparts. Moi, je travaille pour tous les Dacquois, avec tout le monde, et en harmonie avec la Communauté d'agglomération du Grand Dax, le Conseil général et je peux vous assurer qu'avec le Grand Dax comme avec le département, il n'y a pas de passe-droit. On monte les dossiers le mieux possible et on fait en sorte que ces dossiers soient recevables auprès de ces deux institutions... »

Propos recueillis par Jefferson Desport et Didier Piganeau le 16/03/09

L'Union Européenne

 RADIO - HOME

 


L'hymne Européen

 

Commentez ou écrivez-moi !

Dénoncez sans problème les agissements contraires à la démocratie !
Pas d'attaque trop personnelle toutefois. Ici l'on n'accuse pas sans preuve.
Ecrivez-moi ou envoyez un article de votre plume.

Je le publierai pour vous :
france.boulanger.m (puis)@(puis)orange.fr