Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Canard à l'Orange des Landes
  • Le Canard à l'Orange des Landes
  • : Le Canard à l'Orange des Landes est un journal d'expression libre d'une simple adhérente du Mouvement Démocrate. Il vous offre sa plume pour vous exprimer vous aussi.
  • Contact

Profil

  • Françoise Boulanger
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.

Orange & Vert

logo-modem2.jpg

"C’est grâce à un globe en carton bouilli que j’ai appris à aimer cette terre et ai compris sa fragilité : quand les morceaux se décollaient !

Je rêve d'un pays qui offrirait à chacun  de ses petits citoyens un globe terrestre.

Pour leur donner conscience que cette terre ils la reçoivent en héritage, en indivision."

Thierry P

clipart_objets_266.gif 

  

GooglEarth 

 

Google Traduction

  

Echelle de l’Univers

 

 JOURNAL OFFICIEL

 

HATVP

Haute Autorité de la Transparence pour la Vie Publique

 

Drapeau européen

 

La France à Vol d’Oiseau

 

Le Calendrier 

 

 Recherche & Technologie  

       

Les Instruments du Monde

 

worldometers

  Statistiques mondiales en temps réel

     

Journée mondiale 

 

Juke-Box 

 

Le Palais de la Découverte

 

 f e s t

l’agenda des festivités

 

Giga Presse

 

revue2presse.fr

toutes les unes avant l’heure


L'actu des dessinateurs

 

la fête des voisins 

immeubles en fête

 

IFranceI

I24IIII

L’actualité

Internationale 

24H / 24

 

Les horaires

 

Vacances scolaires 

 

Insee

Institut national de la statistique et des études économiques 

Mesurer pour comprendre

 

Vignette Fréquence Orange

 

Université Populaire  

Pour démocratiser le savoir

 

Tous les blogs du MoDem

   

Jeunes Démocrates

 

Affiche Bayrou 2012  De la vérité en politique  

Recherche

Aquitaine

 logo-aquitaine-orang-.jpg

 

Musique de Campagne

LESEUROPÉENS

 

Robert-Rochefort.jpg

Robert Rochefort "A coeur ouvert"

sur "Fréquence Orange"

saison 2009/2010


Itinéraire MICHELIN

 

Chargemap

Carte des points de charge électrique

 

MoDem 64

      
Forces.Aquitaine

 

Logo Journal Sud Ouest   

  

Logo AQUI bis

Partageons l'information en Aquitaine et bien au delà.

 

ARL

Aquitaine Radio Live


AEC

L’agence des initiatives numériques


 france-bleu-gascogne 

 

Nouveau logo Sud Radio

 

SOUVENIRS FM du Grand Dax

 

 

40 - Les Landes

 

Préfecture des Landes

 

Les Pages Landaises

 

 Les Landes avec Bayrou

 

RDTL voyages

 

Empreintes

landaises

rétrospective des Landes en vidéo

  carte-landes.jpg

Conseil Général des Landes

 

 Association des maires des Landes

 

Conseil Départemental d'Accès au Droit des Landes

 

Archives départementales des Landes


Chambre du Commerce et de l'Industrie des Landes

 
Chambre de Métiers et de l'Artisanat des Landes


Collectif des Commerçants Landais

 

TV Landes 

+ qu’une Web TV !

 

F G L

 Fréquence Grands Lacs

LA RADIO QUI A LA CÔTE !

89.3 Nord des Landes

91.1 Mimizan & Littoral

93.7 Ste-Eulalie-en-Born

94.7 Grand Dax

98.3 Plages Océanes


 Pulseo logo

ce que l'on fait naître ici

pousse plus haut


Conseil des Prud'hommes


CADA


Infogreffe


CGA

Centre de Gestion Agréé

des Landes de Gascogne

  

genevieve-darrieussecq.jpg

Geneviève Darrieussecq
Maire de Mont de Marsan

Conseiller régional d'Aquitaine

 

Dax dans les Landes

Météo Dax

 

Fontaine-Chaude-de-Dax.jpg

Webcam Fontaine chaude


 

Fréquences radios sur Dax

 

U.S.DAX

 

Office de Tourisme et du Termalisme de Dax

 

 « Regia semper »

 

.Grand Dax.

 

CONCERTATION « LE PONT DE L’AGGLO »

 

Société  de Borda

  

Centre hospitalier de Dax

 

Ciné Dax

 

Ze Mag Dax

 


Avril 2008 : 33 élus... Election municipale Dax 2008

...au service de tous les dacquois ?!...

Dax Bilan d'Etape 3

Supplément Dax Le Magazine

Décembre 2011 : 26 élus !?? 

 

21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 01:54

♪ ♫  Toute la musique que j’aime  ♫ ♪ ♫

 

 



dragon-gallois-grande-taille.jpg

 

 

Encore une fois taguée mais il y a bien longtemps… Par L’hérétique cette fois-ci et non pas par mon bourreau habituel ! J’ai nommé Vincent bien sûr. Je n’oublie d’ailleurs pas que je suis sensée lui rendre encore un devoir sur « la démocratie » mais très honnêtement, je ne pense pas en être capable aussi bien que lui.

(Alors, un billet en préparation sur le Principe de Peter sera plutôt ce que je lui substituerai plus tard !)

 

Il se trouve que parmi les émissions réalisées à la radio du Qatar (entre 1988 et 1991 ; tiens je fais un petit coucou à Jeff et Renée s’ils me lisaient ici !), l’une d’entre elles, celle que j’affectionnais tout particulièrement, consistait à faire venir des invités « leurs disques préférés sous le bras » et leur demander de dévoiler aux auditeurs les raisons de cette sélection. Bien évidemment, le titre de l’émission « C’est la musique que j’aime » était inspiré de la célèbre chanson de Johnny Halliday. (Il me semble qu’une émission similaire sur RTL portait également ce nom en 2005, j’ignore si elle a toujours cours ?)

 

Parce qu’il y a toujours une cause de telle ou telle préférence. Un souvenir d’une personne, une petite histoire à un moment de sa vie… J’aime bien savoir ce que mes amis aiment comme musique certes ; mais je veux savoir pourquoi ils l’aiment ! Pour quelles raisons, si moi je ne l’aime pas du tout par exemple, ont-ils eux fait ce choix. Oui, des explications existent. Et elles sont toujours passionnantes à découvrir.

 

Alors aujourd’hui, je me suis prêtée à une espèce d’auto-interview en quelque sorte, réfléchissant à mes propres goûts.

 

Dans ce Tag, il est demandé de ne citer que sept musiques seulement ! Cela va être beaucoup trop dur, voire mission impossible ! Soit je vais tricher, soit je vais me sentir obligée d’en sacrifier quelques unes. Alors, permettez-moi de désobéir. De toute manière vous avez l’habitude…

Ce qui est amusant c’est que certains jours je vais décréter qu’une musique est bien ma « préférée » mais elle est souvent détrônée par une autre que j’avais oublié aimer tout autant !

 

Il y a une première musique que je voudrais vous citer : Forcément vous la connaissez ! C’est la « Lettre à Elise » de Ludwig Van Beethoven… Mais ici je ne vous mets qu’un cours pour enfant, de niveau 1…

C’est le seul morceau que j’ai su jouer au piano pendant un temps. Ah si, le début de « La Marche turque » de Mozart aussi… mais jamais rien au-delà de cette performance.

J’ai pris quelques cours (merci à mes parents) mais à ma grande déception je n’étais absolument pas douée. Même chose pour la guitare. Quelquefois je relis toutes mes chansons de feu de camp avec une certaine nostalgie de ce temps des copains… « L’amitié » étant à mes yeux la valeur la plus précieuse et la plus durable pour toute une vie, c’est naturellement cette chanson de Françoise Hardy que j’affectionne tout particulièrement... Je vous la dédie à vous tous, mes amis, vous qui venez de temps en temps sur ce blog !

 

C’est à cette époque de ma jeunesse que je me souviens avoir découvert avec fascination un film dont la musique m’apparaît comme étant la plus romantique de tous les temps : Docteur Jivago et sa « Chanson de Lara ». Et j’aimais aussi beaucoup la douce musique du film « Jeux interdits ».

 

Ayant fréquenté le collège Saint Joseph de jeunes filles (7 ans de sa vie dans le même établissement ça marque…), je me souviens d’une chanson que nous chantions en de grandes occasions, juste pour entrer au réfectoire. Imaginez une belle cohorte de jeunes filles, une petite troupe si vous préférez ; imaginez-les, en rang par deux et en uniforme bleu-marine, jupe plissée bleu-marine, chaussettes bleu-marine la semaine -mais blanches les dimanche et jour de fête-, pull bleu-marine et blouses à petits carreaux. Bleu-marine ? Non, non : vichy bleu ciel une semaine et vichy rose la semaine suivante (de sorte que la blouse soit changée chaque semaine…). Et pour les sorties ? Manteau et béret bleu-marine évidemment. Chouette, hein ?!

Et que chantions-nous, nous les filles, pour rentrer au réfectoire les jours de fête ? Ceci : « When The Saints Go Marching In ».

Je n’y comprenais strictement rien mais j’adorais !

 

Oh, when the saints go marching in,

Oh, when the saints go marching in,

Lord, I want to be in that number,

When the saints go marching in.

 

Oh, when the new world is revealed,

Oh, when they gather round the throne,

And when they crown Him King of Kings,

And when the sun no more shall shine,

And when the moon has turned to blood,

And on that hallelujah day,

And when the earth has turned to fire,

 

Oh, when the saints go marching in,

Oh, when the saints go marching in,

Lord, I want to be in that number,

When the saints go marching in.

 

En fait c’était l’époque où je croyais que j’allais pouvoir apprendre l’anglais à partir de la 4ème, ayant été obligée de prendre l’allemand (accompagné du latin...) en première langue dès la 6ème. Manque de bol, ma seconde langue obligatoire m’a également été imposée : « De l’espagnol ma fille, pas d’autres options ici ! ». Si je vous parle de ceci, c’est en réalité pour répondre malicieusement au billet de Frédéric LN sur ce sujet des niveaux d’anglais.

 

Figurez-vous que c’est une réelle frustration que de ne pas suffisamment maîtriser une langue, pourtant couramment utilisée dans le monde entier. Et mes séjours à l’étranger, où l’anglais était la langue vecteur, ne m’ont pas permis de faire de grands progrès notoires et satisfaisants. Certains pourraient considérer que ce n’est qu’une question de paresse. Alors même que je suis si bavarde et surtout que mes petites filles et mon gendre sont britanniques ?! Non, pas sûr. Je crois que chacun d’entre nous peut présenter des particularités physiques qui donnent, soit une aptitude, soit un handicap dans ce domaine précis des apprentissages oraux. J’ai découvert une méthode cependant qui me donne quelque espoir. Il s’agit des travaux d’un médecin spécialiste en ORL, Alfred Tomatis, qui a fait beaucoup de recherches (hélas pas assez reconnues) dans l’apprentissage des langues et surtout de la musique. Sur la possibilité d’apprendre et de se corriger à tout âge. Il a surtout permis à de grands chanteurs de s’améliorer. L’oreille électronique c’est lui. Et la découverte d’une « oreille directrice » (la droite) c’est encore lui ! Je ne peux que vous conseiller de découvrir ses théories et ses expériences ; avec tous les résultats qu’il a obtenus. Grâce à lui, j’ai compris je crois ce qui pourrait expliquer mon très mauvais niveau en langues étrangères… Je sais que sa méthode a fait faire de considérables progrès dans le traitement de déficit de l’attention, de la dyslexie, du bégaiement et même de l’autisme.

 

Devant ces résultats spectaculaires, vantés par des vedettes du monde du spectacle, certains ont aussitôt crié à l’imposture. C’est faux à mon avis, c’est au contraire très efficace. Un de mes cousins, excellent médecin généraliste, en a fait profiter deux de ses enfants et leur développement personnel en a été radicalement transformé. L’unique problème : le coût ! Je pense que si le ministère de la santé s’intéressait enfin à ces travaux (pour ma part, j’ai lu deux livres d’Alfred Tomatis où il relate sa grande souffrance à avoir été rejeté par le collège médical tout entier ; ne serait-ce pas là pure jalousie ?), ces soins pourraient être pris en charge. Pour le moment, seules des personnes très aisées peuvent y avoir accès. C’est bien dommage, car si j’en avais eu la possibilité j’en aurais fait bénéficier un de mes enfants, le musicien, et… moi-même. Et puis aussi mon ainé d’ailleurs. Il a hérité de la très belle voix chantée de son grand-père paternel, un baryton je crois, qui chantait en soliste dans sa chorale et qui avait été pressenti pour faire de l’opéra. Quant à ma fille, inutile pour elle ! Dès son plus jeune âge, je savais toujours quelle était sa copine du moment, tant elle avait déjà le don d’imiter n’importe quel accent. Et si je rajoute qu’elle a été capable de prendre le rôle principal d’une pièce de théâtre dès 15 ans, vous comprendrez… qu’elle possède des aptitudes qui ne sont hélas pas les miennes !

 

Ceci dit, je reste persuadée que l’on peut malgré tout continuer à travailler correctement en France, même dans le milieu de l’entreprise, et sur maints sujets (cher Frédéric) sans se sentir culpabilisé par un mauvais niveau en anglais. Parce qu’il y a toujours moyen justement de demander à quelqu’un de parfaitement bilingue lui, de traduire en mots simples la pensée de l’auteur et ceci en termes cependant tout à fait nuancés. Exercice profitable aux deux parties ! Tiens, une expérience vécue (cela s’est passé à Taïwan) : Comme notre petite troupe de théâtre savait pertinemment que nous n’aurions pas suffisamment de spectateurs francophones, j’ai fait traduire le livret de la pièce française* Knock de Jules Romain, en anglais et en chinois (embauchant ma fille et mon mari pour l’anglais et l’épouse chinoise de l’acteur principal pour… le chinois). Et ça a marché : malgré une pièce on ne peut plus typiquement française, grâce à l’annonce en anglais et en chinois sur l’affiche, la salle était pleine de… chinois ! Il me semble que si j’avais su parler correctement l’anglais, je n’y aurais tout simplement pas pensé. Comme quoi, un handicap peut quelquefois être contourné avec profit. D’ailleurs dans ce domaine de l’innovation, j’ai une seule certitude : « C’est la contrainte -et seulement elle- qui oblige à trouver une solution inattendue. »

* (Une petite pensée pour Louis Jouvet qui était un acteur très attachant ; je vous invite à découvrir son parcours atypique.)

 

Ce qui ne signifie pas que je n’aimerais pas me perfectionner en anglais. Je veux juste dire que c’est l’apprentissage des langues en France qui est à parfaire. Apprendre le plus tôt possible. A ce sujet, il est bon de rappeler que l’on doit l’idée d’apprendre l’anglais dès le primaire à… François Bayrou**, du temps où il était ministre de l’éducation. Si, si ! Alors qu’on ne vienne pas me dire que son ministère a été inutile. C’est justement le contraire !

** [ Extrait de Wikipedia : François Bayrou dirige une réflexion approfondie sur la condition des professeurs et des élèves qui inspire les documentaires de la réalisatrice Marie-Françoise Desmeuzes. Il conduit une réforme du collège, réforme les études supérieures (semestrialisation des études, semestre d'orientation en première année, création d’universités de professionnalisation technologique), met en place le baccalauréat actuel (filières S, ES, L, STT, STL et STI), introduit les langues vivantes à l’école primaire. ]

 

Du coup, ça me fait penser au rôle des slogans que nous avions évoqués justement, Frédéric, sur un de tes billets… Je ne sais plus lequel, celui-ci entre autre ? A mon avis pour un bon -et honnête- slogan il faut parler concis (4/5 mots maximum), vrai (ne pas manipuler), direct (aller au fait), explicite (objectif et moyen identifiés), positif (verbe et nom d’action), efficace (convaincre), si possible universel (mêmes mots en français et… en anglais par exemple) mais surtout facile à prononcer et donc… à retenir !

Le meilleur slogan à mes yeux -plutôt une clef de la réussite en communication- c’est l’acronyme A. I. D. A. (tiens c’est justement de la musique).

Attention, Intérêt, Désir, Action. Ce qui donne en anglais : Attention, Interest, Desire, Action !

Qui dit mieux ?!


CD-classique-Morriston-Orpheus-Choir.jpg 


Pour en revenir à « When The Saints Go Marching In », la version que je vous ai sélectionnée ici est chantée par un chœur d’hommes. Le Moriston Orpheus Choir ! Cent hommes du Pays Galles dont j’ai fait la connaissance lors de leur venue à Nancy pour le festival de chant choral. Ce devait être le festival de 1985 ou 1987 plutôt (voir le commentaire n° 17...). Quel choc que ce premier concert ! Un ensemble de 100 voix mâles, c’est quelque chose, je vous le dis… Ce sont mes deux ainés qui m’ont fait découvrir le chant choral. Leur école comportait des classes à horaires aménagés, de telle sorte qu’ils puissent faire de la musique ou de la danse l’après-midi. Le directeur, un violoniste, avait constitué une chorale d’enfants -répétitions obligatoires dans l’école pour eux- et une chorale d’adulte avec les parents qui le souhaitaient (bien plus dissipés et bien moins studieux que les enfants naturellement !). Je vous assure que loger cette centaine de choristes dans des familles de Nancy a été bien sympathique. Tellement, qu’après leur passage, nous avons gardé certains pour amis. Ils ont d’ailleurs durablement marqué toute la famille puisque mon petit dernier a pour parrain un beau gallois, Aled, trilingue, qui était lui l’interprète du groupe et l’époux de la pianiste. Et que ma fille a également épousé un beau gallois ! Je vous ai mis une petite preuve de mon amour celtique en haut du billet au fait…

Et allez, je ne résiste pas au plaisir de vous faire écouter un extrait de l’opéra « Nabucco » de Verdi puis la chanson « Amazing Grace ». Chanté par eux, c’est à pleurer d’émotion.

(Ajout, le 11/01/10, d'une vidéo que je n'avais pas trouvé au moment de l'écriture de ce billet ; à chaque concert, le chef en photo ci-dessous se faisait un malin plaisir de laisser sa formation chanter seule durant tout un morceau... pendant que lui partait dans les coulisses. Ovation assurée !)
 

Ah, je ne veux pas manquer non plus de vous parler du chef de chœur qui, je le vois sur leur site, est maintenant chef honoraire me semble-t-il : Alwyn Humphreys

Eh bien figurez-vous qu’il y a plus de vingt ans déjà, Alwyn était un des rares hommes à avoir pu faire chanter sa chorale devant La Reine d’Angleterre, ainsi que devant le Pape ! J’ai encore un souvenir de lui, tiens, un petit cadeau donné en échange du mien : un horrible très beau nœud papillon, un authentique, en velours rouge, qu’il avait déjà porté et contre lequel j’avais dû lui donner le mien en échange. En soie sauvage celui-là mais vert et bleu, plutôt assez féminin. Parce qu’il collectionnait les nœuds pap ! Je ne saurai évidemment jamais s’il a -ou pas- utilisé son trophée made in France (c’était du temps où je savais encore coudre à la machine). En tout cas, je peux vous garantir que je n’ai jamais mis le sien, qui lui n’a habillé que… le col d’une ravissante bouteille de notre petit pub maison !

 

Philippe 20 ans Pub Nancy

Il y a un genre de musique que j’aime par-dessus tout et je ne sais pas vous expliquer pourquoi. J’imagine que ce sont certains rythmes qui me touchent plus particulièrement. Mais pour le coup je ne parviens pas à trouver une raison exacte. Je me souviens seulement que lorsque je l’ai entendue pour la première fois, justement en cherchant une chanson pour un invité, elle m’a tellement « parlée » que je me la suis appropriée immédiatement. Au point que j’en avais fait le jingle d’une autre émission !

De Scott Joplin « The Entertainer » ! Avertissement (si vous êtes au boulot), baissez votre haut-parleur… ça dépote !

 

Et si cela vous tente, je vous ai trouvé un site de partitions gratuites à télécharger.

 

Allez, une petite autre, du même genre joyeux : « In the Mood » par l’orchestre de Glenn Miller et qui date de 1946 !

 

C’est un peu la même réaction, un ravissement immédiat, que j’ai eu en découvrant il y a quelques mois cette musique chez Florent. Je la trouve tout simplement splendide ! « Light and Shadow », lumière et ombre, de Vangélis, une vidéo aux images aquatiques féériques que vous trouvez depuis pas mal de mois sous le Canard à l’Orange des Landes du haut de cette page.

 

[ A ce sujet, permettez-moi encore de faire une autre digression avec une petite mise au point : Contrairement à ce que j’avais annoncé dans un ancien billet, vous avez pu constater que je ne remplace plus les liens du chapeau, tout en haut de ce blog. En réalité, si j’enlève le moindre lien externe, je ne puis plus en remettre un autre, sauf un lien vers le continu de mon blog ! J’imagine que j’avais trouvé une utilisation de cet espace qu’Over-blog a modifié depuis. Même chose pour le bas de page… Dommage mais tout cela pouvant agacer à la longue, je finirai bien par tout transformer. Peut-être lorsque le nettoyage de printemps passera par là. Sauf que, tant que le pouvoir actuel sera en place, je ne délogerai jamais de ce blog l'étoile clignotante et… ce qu’il y a dessous avec ! Je m’en suis fait la promesse. C’est à mon avis ce qui aurait dû nous alerter, nous tous les électeurs. Comment avons-nous pu voter pour un homme si méprisant ?! ]

 

Une autre musique me ragaillardit à chaque écoute. Je ne m’en lasse jamais. Il me semble que quelqu’un l’aime bien aussi parmi les blogueurs lus sur ce sujet. Il faudrait que je demande à mon copain psy ce qui me plaît tant dans ce morceau, comme cela je saurai enfin quel point commun j’ai avec ce blogueur-ci !

Voici, rien que pour vous : « Take Five » par the Brubeck Quartet.
Là je vous ai mis la version que je préfère, celle de 1972, mais ce serait bien que vous alliez voir aussi la prestation de 1961 avec ce même quartet. Regardez comme le maintien était autre. Un peu rigide, pourtant élégant et surtout très suranné. Ce qui me plait le plus, c’est cette façon respectueuse du pianiste, Dave Brubeck, de se tourner et d’inviter ainsi chacun des musiciens à jouer tour à tour en solo.

Et puis, allez, pour le plaisir (ne vous sentez pas obligé…), encore une autre version du même morceau interprété bien plus tard, en 1997, par le même quartet, avec toujours le même pianiste, mais cette fois-ci avec un drôle de chanteur : Al Jarreau ! Regardez encore la mine réjouie de Brubeck. Un régal partagé.

 

Décidément je me rends compte que les percussions m’attirent au plus haut point. Je voudrais vous faire découvrir -mais je me doute bien que vous les connaissez- des musiciens hors du commun. De vrais sauvages à les regarder, mais avec une telle présence, une réelle immixtion du son en vous, que le spectacle auquel j’ai assisté avec mon dernier fils, un musicien batteur, me laissera un souvenir impérissable.

 

Tambour du Bronx Richard

Ce sont les « Tambours du Bronx »… Avec eux, de la musique directe, franche, brutale. D’ailleurs, à l’issue du concert, qui se passait dans une discothèque de Nancy, mon petit dernier s’est lancé avec moi dans une vraie bataille rangée entre spectateurs et nous avons victorieusement récupéré un des fûts ! Il est vrai quelque peu massacré par ces forçats (chaque fût ne fait que deux concerts : un côté, puis l’autre…). Malgré son format plutôt encombrant, nous avons pu le ramener sans problème en le passant par le toit. Si, si, le toit de ma 2 CV ! Correctement décapotée évidemment. Digne d’une pub de Jacques Ségéla... En pleine nuit, cela valait en effet le coup d’œil. Ceci dit, je peux vous garantir que si nous nous sommes fâchés avec nos voisins, ce n’était pas la faute des Tambours du Bronx. Non, c’était plutôt à cause de tout le groupe des petits jeunes (une petite pensée affectueuse pour eux-tous…) qui se réunissaient avec saxo, guitares électriques et autres trompettes dans notre cave, transformée en lieu de répétition. Aïe, malgré les essais de calfeutrage de toutes les ouvertures, y compris et surtout le soupirail, il fallait avouer que jouer du SKA en plein cœur de ville c’était évidemment… de la véritable provocation !

 

Je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec un autre spectacle auquel j’avais assisté en Australie, où des danseurs aborigènes nous entrainaient dans un combat félin, époustouflant. Un peu les mêmes sensations primaires, enfantines, terriblement prenantes. Ardentes ! Et comme je vous parle d’aborigènes, cela me fait penser à la Tasmanie. Tout à fait d'accord, je dérive encore une fois complètement mais là, c’est pour la bonne cause. Voici une vidéo assez révélatrice des maltraitances de la faune et de la flore, y compris dans ces coins reculés. Pendant ce temps-là, nous avons, nous, nos problèmes à résoudre en Aquitaine. La tempête est encore dans nos têtes.

 

Allez, pour nous changer les idées mais aussi pour vous dire mon amour des claquettes (il me revient le doux souvenir de quelques cours en compagnie de ma fille…), je vous passe un extrait de « Lord of the dance » par la troupe celtique River Dance. Un spectacle que je me passais fut un temps en boucle, tant la musique celtique est magnifique de romantisme et les danseurs extraordinaires de précision.

 

Bon, maintenant, je vais bien être obligée de terminer ma liste, si je ne veux pas risquer de vous faire définitivement fuir.

 

Oui, je sais parfaitement que c’est une musique archiconnue et qu’elle figure déjà sur ce blog en bonne place ! Mais je voudrais ici vous redire comme j’aime les symboles et c’est en pensant à Thierry P. nous parlant des risques de perte d’identité… européenne, que je ne résiste pas à cette envie impérieuse de vous passer « L’hymne à la joie » de Beethoven ! Avec lui naît invariablement un sentiment de fierté. Un air majestueux, émouvant, vibrant…

 

Et puis, en bouquet final, je ne peux pas faire autrement non plus, que de vous redonner une musique que j’avais déjà mise dans un précédent billet. C’est un des plus beaux morceaux qui ait jamais été composé à mon avis. Et je sais que je vais avoir certains de mes amis blogueurs entièrement d’accord avec moi. Bach est en effet un compositeur que j’adore (moi aussi BGR). Cette version de la « Toccata et Fugue en Ré mineur », celle que je vous ai choisie, n’est pas jouée par un musicien en chair et en os. A vrai dire, je ne sais pas. Peut-être qu’elle l’a été d’abord, puis « traduite » en langage des signes ensuite !

 

Oui des signes. Car cette visualisation d’une partition mouvante permet ici de concrétiser la musique, de véritablement saisir au vol chaque note ! Enfin matérialisée dans l’espace, elle danse de tout son corps. C’est absolument jubilatoire. Le regard accroche les notes et le temps part dans tous les sens : à la fois présent, passé et futur. L’empreinte de chaque note jouée est persistante et cependant son cheminement est déjà tout tracé, prévisible. De cette manière, l’on se rend mieux compte qu’une machine humaine -vous ou moi donc- est capable de produire plusieurs rythmes différents dans le même temps. Discerner la hauteur, la durée et la fréquence de chaque note. Saisir l’ensemble des sons ; mais distinguer cependant chacun séparément… Tout est interdépendant. Tout est subtilement entremêlé. C’est fascinant.

 

Le rire est parait-il le propre de l’homme. La musique tout autant. Elle se fait messagère de nos émotions***. Elle dessine notre âme : elle est vie tout simplement !

 

*** [ Permettez-moi également de terminer sur une touche vraiment personnelle. Nous approchons des fêtes de fin d’année. Ce n’est hélas pas toujours source de joie universelle, de paix et de solidarité, comme nous le voudrions tant.
Dans ce billet, en cherchant à retrouver les musiques qui ont accompagné ma vie, je me suis mise à parler de mes enfants ; parce que je suis fière d’eux ! Ils sont, avec mes petites filles, ce que j’ai de plus cher au monde. Et pourtant je ne passerai pas Noël avec eux cette année. J’en suis naturellement attristée. Je sais cependant qu’ils seront tous les trois réunis auprès de leur père et cela me réjouit. Nous nous téléphonerons.

J’ai une pensée toute particulière pour mon propre père, décédé sans avoir pu profiter de sa retraite. C’est mon père qui m’a fait apprécier la musique. Peut-être sans s’en douter… Presque chaque soir après le repas, lorsque nous étions au lit, ma fratrie et moi, notre père passait des morceaux classiques. Souvent assez fort. Trop fort peut-être. Invariablement notre mère lui en faisait la remarque. Nous n’en connaissions pas les titres mais nous nous endormions bercés par de grands compositeurs. Je l’en remercie. Je sais qu’il aurait aimé entendre cette Berceuse de Mozart, chantée ici en 2008 par les Petits Chanteurs à la Croix de bois. ]

 

 

Ne croyez surtout pas vous en sortir comme ça : ceci était un Tag et je passe tout un carnet de belles notes à Philippe de la Mécanique de l'Orange, à JF le Démocrate, à Isabelle la belle Luciole, à Pascale Zugmeyer, à Mirabelle, à Passage, à Danièle Douet et à Hervé Torchet !!!


Et maintenant, retour à l'envoyeur, lui qui m'a si souvent ciblée : ami Vincent, quels sont tes morceaux musicaux favoris ?!
Un ajout du 22/12/09 : Martine est taguée aussi !


♪ ♫   Joyeux Noël à tous !  Affectueuses pensées à tous ceux que j'aime.

A très bientôt !

Françoise Boulanger

Et dites-le dans toutes les langues !

Partager cet article

Repost 0
Published by FB-40
commenter cet article

commentaires

Françoise Boulanger 26/04/2010 19:10



Aujourd'hui j'apprends que la chorale du Morriston va fêter ses 75 ans d'existence ! Ce samedi 1er mai 2010 aura lieu un immense gala réunissant toutes les figures possibles depuis sa
création. Il se trouve qu'une de mes amies va y participer puisqu'elle y était la pianiste durant de nombreuses années.  Nous avions bien fait sa connaissance à Nancy en 1985
donc (et non pas en 1987 comme je me le demandais...). C'est très émouvant de savoir qu'elle va venir depuis l'Australie (elle est justement en voyage en ce moment même)
et que ma fille vivant au Pays de Galles et elle pourront se rencontrer...


http://www.morristonorpheus.com/home.php?page_id=120


 


 



Marie Taint 28/12/2009 21:36


Et André Rieu ? Vous ne l'aimez pas ? Une belle chanson également : http://www.youtube.com/watch?v=4Bq3VS7zRyM


vincent15 23/12/2009 11:09


Avec un lien c'est mieux

Fait 


vincent15 23/12/2009 11:08


Fait : http://www.democratiedurableblog.fr/index.php?post/2009/12/23/Musique


Françoise Boulanger 23/12/2009 03:12


Ah non, JF, pas de triche ! De la musique que tu aimes toi et seulement toi. Et dis nous pourquoi, c'est toujours bien de découvrir les raisons de chacun. Si tu aimes la Marche Turque aussi c'est
super mais il me tarde de découvrir les autres.
Bises.


Françoise Boulanger 23/12/2009 02:22


Merci Philippe, de ton appréciation en espagnol et en allemand ; ça c'est sympa ! Oui, c'est long mais tu n'es pas obligé de lire et d'écouter tout d'un coup. Reviens quand tu veux.

Tu as vu que j'ai tout de suite répondu à ta remarque concernant la couleur jaune !
Je voulais changer de l'éternel orange vif mais c'est vrai que le manque de contraste était fatigant.

Frohe Weihnachten ! Passe de bonnes fêtes en famillle. Grosses bises


JF le démocrate 23/12/2009 00:18


Je repasserai pour les écoutes. D'ores et déjà, je comptais mettre la marche turque dans ma sélection. C'est pas dur ce tag, il suffit de copier!!!


Philippe, 23/12/2009 00:08


Bueno, esta ecribido.
Your text is a little bit long but intresting.

Bis Bald!



Philippe, 22/12/2009 19:23


VOU! Mais pas encore lou. Tou as tartiné. Va m' falloir un mois, pour lire tout çôa.

Donc chui tagué sur la miouse...tu sais que tu pourrais entendre sonner les clôaches du païs...

P.S: le jôaune pôasse pas su' l' griis


Françoise Boulanger 22/12/2009 16:14


Merci Amexour de ta deuxième visite puisque tu m'as fait part de tes impressions sur facebook. J'en profite pour dire que je mets en lien dans mes favoris tous les nouveaux sites que je découvre
(et qui me semblent intéressants, amis ou pas d'ailleurs) mais dans l'ordre chronologique réel. C'est à dire que je ne maitrise plus du tout le classement.
Depuis que la liste s'est allongée et que les ranger à mon idée prend tellement de temps que Overblog ferme avant la fin de l'opération. En fait le lien revient en dernière position...
Lorsque je prendrai l'option payante, je rajouterai des rubriques et je pourrai "ranger". a moins de tout supprimer mais pour le moment ça m'arrange comme ça. Je fais avec !

Passe un bon Noêl avec toute ta petite famille. Je devine qu'il y aura au menu les bons foies gras que tu produis toi-même....  Grosses bises


Amexour 21/12/2009 20:17


Whaou Françoise, impressionnant cette dernière expression écrite !

Je n'ai pas le temps, là, maintenant, et de lire tout cela, mais je vais revenir vite, d'évidence, et en particulier parce que tu y évoques l'Art, et de musique en particulier, parce que je viens
d'y voir figuré le grand Al Jarreau, peut-être un de mes auteurs préférés de Jazz rock et de rhythm and blues avec James Imgram et Georges Benson (derrière l'immense Michel Legrand, et celui qui le
premier utilisa l'onopatopée chantée...). En fait, je venais juste te remercier pour ton gentil commentaire pour lequel j'ai d'ailleurs répondu...J'en profitte quand même pour te remercier de
propser mon blog ici ; la place de dernier sur ta liste me va également très bien, j'aimerai y rester !
Je t'embrasse et te dis à bientôt


Mirabelle 21/12/2009 17:48


C'est fait ! Joyeuses fêtes à toi aussi, en espérant que 2010 sera un bon cru !
bises


vincent15 21/12/2009 16:47


Je ferais un billet un peu plus cours


Françoise Boulanger 21/12/2009 14:16


Surtout prends ton temps, chère Pascale, profite bien de tes vacances pour te reposer. J'ai adoré ton clip de voeux. Bravo !
Grosses bises.


Françoise Boulanger 21/12/2009 14:12


Merci de ton passage éclair, Thierry. il te faudra revenir avec du pop corn alors, pour tenir le
coup sur la durée ! Bises.


Pascale 21/12/2009 13:04


Bon ! J'arrivais les mains vides et... Je m'en vais avec un devoir en poche !
Ce tag me séduit bcp. Je vais tout de même y réfléchir quelques heures !
Bises Françoise.


Thierry P. 21/12/2009 06:20


Il y a à écouter et à lire ;-)
Je repasserai...


Petits rappels utiles...

Quelles sont vos relations avec l'opposition ?

« L'opposition municipale est ce qu'elle est. Le débat n'est pas à la hauteur de ce que je souhaiterais. Le climat n'est pas non plus ce que j'attends. Pourtant, je crois à l'intérêt d'une opposition. Elle est là pour relever des erreurs, faire des critiques et des propositions et à ce jour, il n'y a pas eu une seule proposition. Le débat est médiocre. Mais ce n'est pas vers ça que je me laisserai entraîner. J'ai été élu avec la volonté d'apaiser le climat dans cette ville, de renouer des échanges normaux entre les Dacquois, entre les sensibilités politiques. Et lorsqu'il s'est agi de désigner des représentants dans les commissions des fêtes, j'ai désigné des gens dont je sais bien qu'ils ne partagent pas ma sensibilité politique, et certains étaient même sur des listes adverses. Mais ils ont des qualités et des compétences et moi je pense qu'une ville doit s'enrichir de sa diversité et de ses compétences. » 

 

* * *

  

Êtes-vous un maire de gauche ?

« Je suis le maire de tous les Dacquois et je m'efforce de le démontrer. Je pense être quelqu'un de tolérant. J'ai des convictions politiques, elles sont connues de tous, je suis attaché à des valeurs humanistes, de solidarité, que l'on qualifie plutôt de gauche, mais je constate souvent que ces mêmes valeurs sont portées aussi par des gens qui ne sont pas de la même sensibilité que moi... Quand par exemple, je défends le dossier des logements sociaux, on dit : « Bellocq fait ça parce qu'il est de gauche ! » Non. Je le fais parce que c'est un besoin à Dax. Et ce n'est pas une question de droite ou de gauche. On pourrait dire la même chose dans d'autres domaines comme la culture, le sport etc. Si l'on travaille sur un projet de rénovation du stade Maurice-Boyau, ce n'est pas un projet de gauche ou de droite... Mon prédécesseur s'était isolé derrière ces remparts. Moi, je travaille pour tous les Dacquois, avec tout le monde, et en harmonie avec la Communauté d'agglomération du Grand Dax, le Conseil général et je peux vous assurer qu'avec le Grand Dax comme avec le département, il n'y a pas de passe-droit. On monte les dossiers le mieux possible et on fait en sorte que ces dossiers soient recevables auprès de ces deux institutions... »

Propos recueillis par Jefferson Desport et Didier Piganeau le 16/03/09

L'Union Européenne

 RADIO - HOME

 


L'hymne Européen

 

Commentez ou écrivez-moi !

Dénoncez sans problème les agissements contraires à la démocratie !
Pas d'attaque trop personnelle toutefois. Ici l'on n'accuse pas sans preuve.
Ecrivez-moi ou envoyez un article de votre plume.

Je le publierai pour vous :
france.boulanger.m (puis)@(puis)orange.fr