Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Canard à l'Orange des Landes
  • Le Canard à l'Orange des Landes
  • : Le Canard à l'Orange des Landes est un journal d'expression libre d'une simple adhérente du Mouvement Démocrate. Il vous offre sa plume pour vous exprimer vous aussi.
  • Contact

Profil

  • Françoise Boulanger
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.

Orange & Vert

logo-modem2.jpg

"C’est grâce à un globe en carton bouilli que j’ai appris à aimer cette terre et ai compris sa fragilité : quand les morceaux se décollaient !

Je rêve d'un pays qui offrirait à chacun  de ses petits citoyens un globe terrestre.

Pour leur donner conscience que cette terre ils la reçoivent en héritage, en indivision."

Thierry P

clipart_objets_266.gif 

  

GooglEarth 

 

Google Traduction

  

Echelle de l’Univers

 

 JOURNAL OFFICIEL

 

HATVP

Haute Autorité de la Transparence pour la Vie Publique

 

Drapeau européen

 

La France à Vol d’Oiseau

 

Le Calendrier 

 

 Recherche & Technologie  

       

Les Instruments du Monde

 

worldometers

  Statistiques mondiales en temps réel

     

Journée mondiale 

 

Juke-Box 

 

Le Palais de la Découverte

 

 f e s t

l’agenda des festivités

 

Giga Presse

 

revue2presse.fr

toutes les unes avant l’heure


L'actu des dessinateurs

 

la fête des voisins 

immeubles en fête

 

IFranceI

I24IIII

L’actualité

Internationale 

24H / 24

 

Les horaires

 

Vacances scolaires 

 

Insee

Institut national de la statistique et des études économiques 

Mesurer pour comprendre

 

Vignette Fréquence Orange

 

Université Populaire  

Pour démocratiser le savoir

 

Tous les blogs du MoDem

   

Jeunes Démocrates

 

Affiche Bayrou 2012  De la vérité en politique  

Recherche

Aquitaine

 logo-aquitaine-orang-.jpg

 

Musique de Campagne

LESEUROPÉENS

 

Robert-Rochefort.jpg

Robert Rochefort "A coeur ouvert"

sur "Fréquence Orange"

saison 2009/2010


Itinéraire MICHELIN

 

Chargemap

Carte des points de charge électrique

 

MoDem 64

      
Forces.Aquitaine

 

Logo Journal Sud Ouest   

  

Logo AQUI bis

Partageons l'information en Aquitaine et bien au delà.

 

ARL

Aquitaine Radio Live


AEC

L’agence des initiatives numériques


 france-bleu-gascogne 

 

Nouveau logo Sud Radio

 

SOUVENIRS FM du Grand Dax

 

 

40 - Les Landes

 

Préfecture des Landes

 

Les Pages Landaises

 

 Les Landes avec Bayrou

 

RDTL voyages

 

Empreintes

landaises

rétrospective des Landes en vidéo

  carte-landes.jpg

Conseil Général des Landes

 

 Association des maires des Landes

 

Conseil Départemental d'Accès au Droit des Landes

 

Archives départementales des Landes


Chambre du Commerce et de l'Industrie des Landes

 
Chambre de Métiers et de l'Artisanat des Landes


Collectif des Commerçants Landais

 

TV Landes 

+ qu’une Web TV !

 

F G L

 Fréquence Grands Lacs

LA RADIO QUI A LA CÔTE !

89.3 Nord des Landes

91.1 Mimizan & Littoral

93.7 Ste-Eulalie-en-Born

94.7 Grand Dax

98.3 Plages Océanes


 Pulseo logo

ce que l'on fait naître ici

pousse plus haut


Conseil des Prud'hommes


CADA


Infogreffe


CGA

Centre de Gestion Agréé

des Landes de Gascogne

  

genevieve-darrieussecq.jpg

Geneviève Darrieussecq
Maire de Mont de Marsan

Conseiller régional d'Aquitaine

 

Dax dans les Landes

Météo Dax

 

Fontaine-Chaude-de-Dax.jpg

Webcam Fontaine chaude


 

Fréquences radios sur Dax

 

U.S.DAX

 

Office de Tourisme et du Termalisme de Dax

 

 « Regia semper »

 

.Grand Dax.

 

CONCERTATION « LE PONT DE L’AGGLO »

 

Société  de Borda

  

Centre hospitalier de Dax

 

Ciné Dax

 

Ze Mag Dax

 


Avril 2008 : 33 élus... Election municipale Dax 2008

...au service de tous les dacquois ?!...

Dax Bilan d'Etape 3

Supplément Dax Le Magazine

Décembre 2011 : 26 élus !?? 

 

30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 13:45

Entre le rouge, le blanc et… la bière ! 1

 

 

 

 

canard blanc fond rouge 

 

 

 

Ah, ah, vivre toute seule les cinq jours et les cinq nuits de la Feria de Dax en plein cœur de la fête a fait de moi ce que je pressentais : une aventurière ! Puisque j’avais décidé cette année de m’y plonger du début à la fin sans la machette ou le coupe-coupe dont j’aurais peut-être eu besoin en l’absence de garde* du corps !

* (Comprenez sans « chevalier servant » bien sûr… Parce que j’ai souvent à l’esprit la réflexion d’un ami de jeunesse qui m’avait déclaré il y a quelques années déjà : « A Dax, tu n’arriveras jamais à rien si tu n’es pas mariée ou accompagnée. » Ah bon ?! Essayons quand même…)

 

Il me faut tout d’abord présenter des excuses à Frédéric, le sympathique cuisinier du Jean Le Bon à qui j’avais imprudemment promis une petite visite après la fermeture de la fête sous le marché couvert, à deux pas de chez moi. Très tôt le matin, dès 3 H ou 4 H, une fois le couvre-feu sonné par le préfet… Persuadée que j’étais, de pouvoir tenir toute une nuit sans dormir.

 

Etant donné que je me souvenais avoir fait les « coins repos »* deux années de suite, alors même que j’avais également donné un petit coup de (main) torchon à l’Estanquet du quartier Saint Pierre chaque soirée. La nuit blanche une fois sur deux ça me connaissait ! Enfin, c’est ce que je prétendais…

* (Ne manquez pas de lire les deux ajouts apportés ces jours-ci dans ce lien ! Vous constaterez que je suis prête à reconnaître mes erreurs d’appréciation -surtout quand la tromperie ne vient pas de moi-, tout en restant dans le même objectif de rassemblement de gens « sincères ».)     

 

C’était sans compter avec la discothèque « Chez Babeth » (non, non, je ne lui en veux pas, bien au contraire, c’était chouette…) installée ces jours-là sous mes fenêtres ! La sono à donf carrément branchée dans mon nouvel appart… Impossible de rester plusieurs heures d’affilées sur tant de décibels, sous peine de disjoncter grave.

 

Il fallait obligatoirement que je sorte. Je suis sortie. Mais il fallait aussi que je rentre dormir un peu. Avant la reprise de l’autre spectacle : celui du concert d’entrechocs de verre (em)pilé, rythmant les entrechats de nos célèbres « voitures-balais ». Avant même le lever du jour. A peine deux-trois heures de répit dans la nuit. Et deux petites autres dans l’après-midi. Entre les bandas de la poire et d’autres du fromage. Pardon Frédéric, ce sera pour l’an prochain...

 

Parmi les cinq jours de la Feria, la première journée est celle que je préfère. Parce qu’elle commence par la « Feriascapade », si chère à notre regretté Jacques Gayon, pour qui je le sais tous ses amis ont continuellement une pensée émue et reconnaissante.

 

Cette manifestation est extrêmement… courue. Une belle affluence cette année encore, avec plus de 3700 inscrits. Un magnifique temps pour tous. Ni canicule, ni pluie. Une atmosphère bon enfant et festive qui à chaque fois m’émerveille et me rend fière d’être dacquoise. Des coureurs joyeux et malicieux pour certains. Aux déguisements parfois provocateurs mais courageux… Ce qui me plaît toujours autant, c’est qu’il n’y ait pas de filtrage à l’entrée du stade. Sportifs, familles et sympathisants se mélangeant sans discriminations aucunes. Une grande palette de bouteilles d’eau mises à disposition de tous, sportifs comme visiteurs. Pas mal d’enfants mais aussi des personnes âgées. Une joie de vivre incontestable. Un bonheur tout simple !

 

Bien évidemment j’ai recherché toutes les vidéos et les photos qui pourraient illustrer mes propos. Il y en a deux que vous pouvez trouver sur le site de Runningmag à la date du 14 août qui en donne un petit reportage** « vachement » sympa. Si vous avez le temps visionnez le départ pour voir ce que représentent plusieurs milliers de coureurs ! Impressionnant, non ?!

** [« De la folie, tout simplement de la folie. Rarement le stade Maurice Boyau de Dax n'avait vécu une telle effervescence. Imaginez plus de 3700 inscrits pour cette 18ème édition de la Feriascapade ! Mais que se passe-t-il donc dans le Sud-Ouest à l'époque des fêtes? Les Français ont-ils décidé de rester sur le territoire et de s'éclater de plus en plus en famille comme pour conjurer la morosité sociale ambiante? Allez savoir. (…) Même les puces servant à chronométrer les coureurs manquaient à l'appel, tant et si bien que certains avaient même décidé de le faire sans classement. Pour la fête, pour l'ambiance. »]

 

Le site de la mairie a également mis pas mal de vidéos mais j’ai eu beau chercher, je n’ai trouvé aucunes scènes filmées de cette course pédestre. Pas même dans la rétrospective de la journée. Je pense que la municipalité savait que les coureurs seraient pris en chasse par la moto de la chaîne TVPI, qui est un de leurs partenaires événementiels.

 

Petite déception donc de constater que parmi toutes les vidéos de cette série « Feria de Dax 2013 », c’est la seule à qui la bande-son a été supprimée quelques heures après par Youtube, pour raison de droits d’auteur semble-t-il. J’espère que TVPI aura la générosité*** de refaire le montage avec une autre musique. De manière à ce que ce reportage puisse se trouver en bonne place sur le site de Feriascape jusqu’à l’an prochain. Je lui ferai d’ailleurs remarquer que c’est la plus visionnée (plus de 1200 fois !)... 

*** (Ah, ah, en contrepartie de la petite pub que je lui fais ici par exemple pour cette remarquable vidéo de 2011 sur « l’Hôtel du Palais » à Biarritz… Un jour peut-être -dans quelques années qui sait- le Splendid aura cet honneur de figurer parmi les hôtels de prestige. Mettre des métiers d’art traditionnels en cœur de ville et d’un hôtel tel que celui-ci est une des solutions que je propose pour Dax.)

 

Dommage aussi qu’ils n’aient pas eu le temps d’interviewer Mireille Degert et Patricia Simon, le duo de sportives mis à l’honneur par Sud Ouest avant la course. Elles ont fait un score pratiquement égal, à quelques dixièmes de secondes près je crois, à celui de l’an dernier ! Impressionnant. Personnellement je les avais guettées au milieu de la foule. Sans succès.

 

Sinon, je vais vous faire une petite confidence : j’ai appris de source sûre que le sous-préfet, Serge Jacob, a relevé le défi en participant en personne à la course. Pas question de vous dévoiler son temps (si, si, je l’ai trouvé, à votre tour de chercher !) mais sachez qu’il a été particulièrement honorable.

 

Tous ces sportifs ont toute mon admiration ! Hélas, je n’ai pas leur endurance.

 

Après la Feriascapade, alors que la journée landaise était déjà bien entamée, j’ai pu assister à l’aoûtade, autrement dit la traditionnelle plantation du pin du festayre. A l’entrée du parc des arènes, tout près de la statue du taureau. Il faut d’ailleurs rendre à César ou plutôt à Gregory Rendé****, de la peña Band’Acqs, ce qui n’appartient pas à Gaby !

**** (Copié de sa page Facebook : « Félicitation à la classe et au comité des fêtes de Oeyreluy qui cette année ont planté le pin du festayre pour ce premier jour de fêtes de Dax. Toujours beaucoup d'émotion de voir cette tradition que j'ai créée en 2005 perdurer dans le temps. Vive l'aoûtade ! »)     

 

Il faut dire qu’en l’honneur du centenaire des arènes, le maire de Oeyreluy, Jean-Louis Daguerre, avait carrément préparé un petit discours en gascon ; dont il avait donné la traduction à Gabriel Bellocq quelques instants auparavant, de manière à avoir... un interprète de luxe. Hélas, je semble la seule à les avoir filmés et je regrette de ne pas pouvoir vous restituer quoi que ce soit sur ce blog. Pour raison technique. Dès que possible, j’essaierai de mettre la transcription écrite*, en hommage à la langue gasconne.

* Voir l'ajout du discours, fait le vendredi 13/09/13, tout en bas du billet.

 

Après l’ouverture officielle des fêtes, j’ai voulu faire la tournée des bars. Entendez évidemment celle des peñas ! Il me tardait entre autre de revoir la peña Enrique Ponce, absente l’an dernier, qui avait trouvé à s’installer cette saison au-delà du Vieux Pont. Eh bien je n’y suis allée qu’une seule fois, tant la distance pour y accéder était longue et « déserte ». J’espère que l’année prochaine cette peña aura retrouvé un local en centre ville. Elle le mérite largement.

 

A mon avis, c’est une erreur de trop « élargir » le périmètre de la Feria. Car l’ambiance n’est plus la même et la surveillance de tous les lieux est beaucoup plus difficile.

 

Et bien plus onéreuse !

 

Comme la plupart des dacquois, j’ai lu l’article du Sud Ouest relatant le bilan fait par le maire. Alors oui, moi aussi j’ai ressenti cette année plus d’agressivité la nuit que les autres années. Mais pas seulement. La journée également ! Et pas uniquement des jeunes. 

   

* * *

 

Tenez, je vais vous raconter par exemple ce qui m’est arrivé en mi-journée le deuxième jour. Ou le troisième ? Je ne sais plus, peu importe. Comme je vous le disais en début de billet, j’étais seule la plupart du temps et ce jour-là je me promenais dans les rues à la recherche de bandas sympas. Tout en téléphonant à une amie puisque nous devions essayer de nous rejoindre plus tard.     

 

Bien sûr j’avais plus ou moins remarqué du coin de l’œil que plusieurs hommes s’étaient retournés d’un bloc lors de mon passage ; mais j’avais complètement oublié que j’étais en jupe blanche. Bien longue, mais bien blanche. J’ignore encore pour quelle raison j’ai rebroussé chemin. Probablement pour chercher un coin moins bruyant. Toujours est-il que je suis repassée devant la même table. Devant le même groupe. Et le téléphone toujours à l’oreille… Au moment précis où j’atteignais l’extrémité du passage, j’ai soudain ressenti un choc dans le dos. Une grande giclée de liquide venant de m’être projetée par derrière.

 

Vivement je me suis retournée et ai surpris un homme un pichet d’eau encore à la main. Tous les copains de la tablée se pâmant de rire.

 

Bien évidemment j’ai râlé ! Lui faisant remarquer que mon téléphone aurait pu prendre l’eau et que m’inonder dans le dos n’était pas vraiment sympa. Parce que ce n’était pas un simple chahut ici, c’était une brimade sexiste et offensive (sans doute voulaient-ils rendre ma jupe transparente…). Ce qu’ils n’auraient certainement pas osé faire si j’avais été accompagnée.

 

En fait ce qui a augmenté ma colère, c’est qu’un autre homme se soit immédiatement levé pour m’injurier et m’intimer l’ordre de « me casser » ; un homme d’âge mûr, qui aurait dû calmer le jeu au lieu d’en rajouter. Je me suis cependant apaisée lorsqu’un autre homme encore, bien plus jeune, s’est levé et a fait mine de me tendre le bras pour me raccompagner. Il avait fait preuve d’un bel humour.     

 

Non pas pour porter plainte mais pour demander conseil, je suis allée au poste de police. La personne à l’accueil m’a répondu qu’effectivement c’était bien une sorte d’agression mais qu’on ne pouvait rien faire pendant la Feria… que de toute façon les gens avaient « trop bu »… que l’eau n’étant pas dangereuse… et que finalement ce n’était pas si grave. Après tout c’était vrai sur la forme. Mais pas sur le fond. Il ne s’agissait pas de gamins malappris comme ce jeune aviné qui m’avait mis la main aux fesses sans même daigner me regarder. Juste en passant comme ça. Sûrement pour épater la galerie des potes. Il était bien plus de minuit. Et ça sentait bien la bière. A vue de nez et... des oreilles aussi !

 

Ici il était un peu plus de 15 H et j’avais eu à faire à un groupe d’une dizaine d’hommes -entre quarante et soixante ans je pense- entourant deux malheureuses petites femmes, visiblement écrasées par le machisme ambiant (bien entendu j’exclus de la meute le gentil humoriste !). Obligées bien malgré elles de se tenir tranquille. Elles n’ont pas participé au bizutage mais elles ne pouvaient rien dire. Je l’ai bien vu à leur air gêné.

 

Alors j’ai pris le risque d’y retourner. Profitant de l’effet de surprise, je me suis approchée de l’homme au pichet, me suis franchement appuyée sur son épaule de la main gauche. Et tout en lui disant qu’il avait tout à fait raison, « qu’en réalité verser de l’eau ce n’était pas une agression », de la main droite j’ai saisi un autre pichet plein d’eau (et de glaçons) et le lui ai versé en partie sur son beau chapeau blanc, en partie sur son épaule et celle de son voisin. Les glaçons s’éparpillant sur les assiettes en joyeuse cascade. Prestement, je me suis sauvée, satisfaite d’entendre que les autres riaient maintenant plutôt de lui. Je n’ai pas eu le temps de voir la tête de celui qui m’avait insultée. Tant pis. L'homme au pichet m'a poursuivie pour me demander mon nom mais sans trop d'insistance. Je m'en étais bien sortie...

 

Sur le moment, j’étais très contente d’avoir retourné la situation à mon avantage. Il n’empêche que cela aurait pu dégénérer. Je ne crois pas que ma seconde réaction ait été si admirable que ça. A mon avis cela n’a strictement servi à rien d’autre que me venger. Et donc rentrer moi aussi dans le cercle vicieux de la violence !

 

Pas facile de se maîtriser devant la bêtise. Peut-être aurais-je dû rester stoïque, ne pas me retourner et hausser les épaules dédaigneusement ? Ou grogner tout en m’éloignant prudemment ? Ou franchement rigoler sans montrer mon indignation ?   

 

Il est bien évident que toute solution durable n’est pas dans le curatif ! Elle est bien meilleure, bien plus efficace dans le préventif.

 

Dans toute situation de crise, il nous faut donc faire de la prospective.

 

Pour ma part, j’ai commencé par rentrer chez moi pour me changer… Du rouge et du blanc bien sûr. Mais jamais de bière. 

 

Françoise Boulanger

Dacquoise très au centre de sa ville !

 

 

* * *

 

Comme promis, voici la transcription du discours en gascon du maire de Oeyreluy, Jean-Louis Daguerre. Avec bien entendu sa traduction en Français.

Un immense merci à Jean Peyresblanques, président honoraire de la Société de Borda, qui, de sa plume d'expert, a bien voulu orthographier pour moi ces quelques mots de patois.

 

- Adichatz a toutes e a touts !

(Bonjour à toutes et à tous !)

 

- Aqueste anade per lous cén ans de las arenas de Dax…

(Cette année pour les 100 ans des arènes de Dax…)

 

- Que soun lous youens de le commune de Oeyrelu bestits coum d’aous cops per lou trabalh…

(Ce sont les jeunes de la commune de Oeyreluy habillés en tenue de travail de l’époque…)

 

- Lous gouyats dap pantaloun blu, escarpilles e beret…

(Les jeunes gens en pantalon bleu, espadrilles et béret…)

 

- Leus gouyates dap debantau e escarpilles…

(Et les jeunes filles en tablier et espadrilles…)

 

- Que oun l’aùnou de planta aquet pin enta imbita touts lous hestayres a ha le heste aci, a Dax…

(Qui ont l’honneur de planter ce pin pour inviter tous les festayres à faire la fête ici à Dax…)

 

- Boune Heste a Dax !

(Bonnes fêtes de Dax !)

 

     * * *

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FB-40
commenter cet article

commentaires

Petits rappels utiles...

Quelles sont vos relations avec l'opposition ?

« L'opposition municipale est ce qu'elle est. Le débat n'est pas à la hauteur de ce que je souhaiterais. Le climat n'est pas non plus ce que j'attends. Pourtant, je crois à l'intérêt d'une opposition. Elle est là pour relever des erreurs, faire des critiques et des propositions et à ce jour, il n'y a pas eu une seule proposition. Le débat est médiocre. Mais ce n'est pas vers ça que je me laisserai entraîner. J'ai été élu avec la volonté d'apaiser le climat dans cette ville, de renouer des échanges normaux entre les Dacquois, entre les sensibilités politiques. Et lorsqu'il s'est agi de désigner des représentants dans les commissions des fêtes, j'ai désigné des gens dont je sais bien qu'ils ne partagent pas ma sensibilité politique, et certains étaient même sur des listes adverses. Mais ils ont des qualités et des compétences et moi je pense qu'une ville doit s'enrichir de sa diversité et de ses compétences. » 

 

* * *

  

Êtes-vous un maire de gauche ?

« Je suis le maire de tous les Dacquois et je m'efforce de le démontrer. Je pense être quelqu'un de tolérant. J'ai des convictions politiques, elles sont connues de tous, je suis attaché à des valeurs humanistes, de solidarité, que l'on qualifie plutôt de gauche, mais je constate souvent que ces mêmes valeurs sont portées aussi par des gens qui ne sont pas de la même sensibilité que moi... Quand par exemple, je défends le dossier des logements sociaux, on dit : « Bellocq fait ça parce qu'il est de gauche ! » Non. Je le fais parce que c'est un besoin à Dax. Et ce n'est pas une question de droite ou de gauche. On pourrait dire la même chose dans d'autres domaines comme la culture, le sport etc. Si l'on travaille sur un projet de rénovation du stade Maurice-Boyau, ce n'est pas un projet de gauche ou de droite... Mon prédécesseur s'était isolé derrière ces remparts. Moi, je travaille pour tous les Dacquois, avec tout le monde, et en harmonie avec la Communauté d'agglomération du Grand Dax, le Conseil général et je peux vous assurer qu'avec le Grand Dax comme avec le département, il n'y a pas de passe-droit. On monte les dossiers le mieux possible et on fait en sorte que ces dossiers soient recevables auprès de ces deux institutions... »

Propos recueillis par Jefferson Desport et Didier Piganeau le 16/03/09

L'Union Européenne

 RADIO - HOME

 


L'hymne Européen

 

Commentez ou écrivez-moi !

Dénoncez sans problème les agissements contraires à la démocratie !
Pas d'attaque trop personnelle toutefois. Ici l'on n'accuse pas sans preuve.
Ecrivez-moi ou envoyez un article de votre plume.

Je le publierai pour vous :
france.boulanger.m (puis)@(puis)orange.fr