Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Canard à l'Orange des Landes
  • Le Canard à l'Orange des Landes
  • : Le Canard à l'Orange des Landes est un journal d'expression libre d'une simple adhérente du Mouvement Démocrate. Il vous offre sa plume pour vous exprimer vous aussi.
  • Contact

Profil

  • Françoise Boulanger
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.
  • Ne jamais tout prendre trop au sérieux mais dire des mots vrais, ceux qui veulent améliorer notre société parce qu'ils amènent à la réflexion. A travers la plume du Canard à l'Orange des Landes.

Orange & Vert

logo-modem2.jpg

"C’est grâce à un globe en carton bouilli que j’ai appris à aimer cette terre et ai compris sa fragilité : quand les morceaux se décollaient !

Je rêve d'un pays qui offrirait à chacun  de ses petits citoyens un globe terrestre.

Pour leur donner conscience que cette terre ils la reçoivent en héritage, en indivision."

Thierry P

clipart_objets_266.gif 

  

GooglEarth 

 

Google Traduction

  

Echelle de l’Univers

 

 JOURNAL OFFICIEL

 

HATVP

Haute Autorité de la Transparence pour la Vie Publique

 

Drapeau européen

 

La France à Vol d’Oiseau

 

Le Calendrier 

 

 Recherche & Technologie  

       

Les Instruments du Monde

 

worldometers

  Statistiques mondiales en temps réel

     

Journée mondiale 

 

Juke-Box 

 

Le Palais de la Découverte

 

 f e s t

l’agenda des festivités

 

Giga Presse

 

revue2presse.fr

toutes les unes avant l’heure


L'actu des dessinateurs

 

la fête des voisins 

immeubles en fête

 

IFranceI

I24IIII

L’actualité

Internationale 

24H / 24

 

Les horaires

 

Vacances scolaires 

 

Insee

Institut national de la statistique et des études économiques 

Mesurer pour comprendre

 

Vignette Fréquence Orange

 

Université Populaire  

Pour démocratiser le savoir

 

Tous les blogs du MoDem

   

Jeunes Démocrates

 

Affiche Bayrou 2012  De la vérité en politique  

Recherche

Aquitaine

 logo-aquitaine-orang-.jpg

 

Musique de Campagne

LESEUROPÉENS

 

Robert-Rochefort.jpg

Robert Rochefort "A coeur ouvert"

sur "Fréquence Orange"

saison 2009/2010


Itinéraire MICHELIN

 

Chargemap

Carte des points de charge électrique

 

MoDem 64

      
Forces.Aquitaine

 

Logo Journal Sud Ouest   

  

Logo AQUI bis

Partageons l'information en Aquitaine et bien au delà.

 

ARL

Aquitaine Radio Live


AEC

L’agence des initiatives numériques


 france-bleu-gascogne 

 

Nouveau logo Sud Radio

 

SOUVENIRS FM du Grand Dax

 

 

40 - Les Landes

 

Préfecture des Landes

 

Les Pages Landaises

 

 Les Landes avec Bayrou

 

RDTL voyages

 

Empreintes

landaises

rétrospective des Landes en vidéo

  carte-landes.jpg

Conseil Général des Landes

 

 Association des maires des Landes

 

Conseil Départemental d'Accès au Droit des Landes

 

Archives départementales des Landes


Chambre du Commerce et de l'Industrie des Landes

 
Chambre de Métiers et de l'Artisanat des Landes


Collectif des Commerçants Landais

 

TV Landes 

+ qu’une Web TV !

 

F G L

 Fréquence Grands Lacs

LA RADIO QUI A LA CÔTE !

89.3 Nord des Landes

91.1 Mimizan & Littoral

93.7 Ste-Eulalie-en-Born

94.7 Grand Dax

98.3 Plages Océanes


 Pulseo logo

ce que l'on fait naître ici

pousse plus haut


Conseil des Prud'hommes


CADA


Infogreffe


CGA

Centre de Gestion Agréé

des Landes de Gascogne

  

genevieve-darrieussecq.jpg

Geneviève Darrieussecq
Maire de Mont de Marsan

Conseiller régional d'Aquitaine

 

Dax dans les Landes

Météo Dax

 

Fontaine-Chaude-de-Dax.jpg

Webcam Fontaine chaude


 

Fréquences radios sur Dax

 

U.S.DAX

 

Office de Tourisme et du Termalisme de Dax

 

 « Regia semper »

 

.Grand Dax.

 

CONCERTATION « LE PONT DE L’AGGLO »

 

Société  de Borda

  

Centre hospitalier de Dax

 

Ciné Dax

 

Ze Mag Dax

 


Avril 2008 : 33 élus... Election municipale Dax 2008

...au service de tous les dacquois ?!...

Dax Bilan d'Etape 3

Supplément Dax Le Magazine

Décembre 2011 : 26 élus !?? 

 

5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 12:07

François Bayrou le sait. Il le dit. Il a bien fait !

 

 

 


FB-sud-ouest.jpg

 

 

 

Il y a quelques jours déjà, j’ai préparé un billet pour me « faire mousser » moi, plutôt que François Bayrou, je le crains fort.

C’est un billet qui se veut à la fois tendre et féroce pour le Président du Mouvement Démocrate mais j’hésite à le mettre en ligne avant les élections, tant je ne veux pas risquer de lui porter tort alors que -plus que jamais- je le soutiens pleinement. Promis, je vous mettrai lâchement ces écrits iconoclastes… « après » ! 

 

Cependant, hier soir, il s’est passé des évènements qui m’ont révoltée et je ne puis m’empêcher de vous transmettre les commentaires que j’ai fait à ce sujet très tôt ce matin sur le blog de l’Hérétique. Réaction toute épidermique qui s’explique naturellement par ma position de mère de trois enfants, grand-mère de 4 petites-filles et surtout « d’ancienne petite fille », c'est-à-dire fille et petite-fille moi-même de...

 

J’ai, sur certains sujets sensibles, une prise de position tout à fait ferme et sans équivoque : L’acte de pédophilie a toujours été à mes yeux, l’acte le plus révélateur d’un mal-être total chez la personne incriminée.

 

En 2004, j’ai eu la chance de découvrir les écrits de Caroline Eliacheff (fille de Françoise Giroud, si vous l’ignoriez), dont c’est d’ailleurs l’anniversaire… aujourd’hui même, 5 juin* !

* (Aucun mérite, je viens de voir sa date de naissance...)

Je tiens cette pédopsychiatre et psychanalyste comme étant une des plus talentueuses, des plus clairvoyantes que l’on connaisse actuellement.

 

Aussi, pour vous parler de ce sujet délicat de la pédophilie, je vais me contenter de vous retranscrire entièrement le chapitre que Caroline Eliacheff y consacre dans son livre « La Famille dans tous ses états », ouvrage que je vous conseille vivement de lire dès que vous le pourrez.

 

Bien que je n’aie pas l’autorisation de son auteur, et que je ne l’aie malheureusement pas trouvé sur le net, je me suis donc permis de faire une saisie intégrale de ce texte. Je considère en effet cette analyse comme étant la plus juste, la plus remarquable qu’il soit sur le comportement « pervers » de certaines personnes dans ce domaine.

 

Hommes ou femmes : Vous verrez que la pédophilie n’est pas forcément uniquement là ou on la croit, là où on la voit habituellement !

 

Merci à vous de bien vouloir lire ce texte en son entier, avec une « attention responsable ». Faites-le !

En signe d’affection véritable vers tous ces enfants fragilisés qui, face aux adultes abuseurs, n’offrent, eux, que leur confiance.

 

 

Curés, instituteurs, réseaux : la pédophilie semble devenue la principale menace qui pèse aujourd’hui sur les enfants. Fantasme ou réalité ?

Qu’est-ce qu’un pédophile ? Etymologiquement, c’est quelqu’un qui aime les enfants. Tout simplement. Mais nous l’entendons comme quelqu’un qui aime trop les enfants. Au nom de cet amour, le pédophile transgresse les limites entre adultes et enfants, notamment sexuelles. L’amour n’est donc pas un critère valable pour définir une relation licite entre adulte et enfant.

Les pédophiles dont on parle dans les médias à travers les faits divers et les procès sont toujours des hommes. Mais grâce à nos patients, nous savons qu’il existe une pédophilie féminine, beaucoup moins visible. Elle n’est l’objet d’aucune répression sociale et encore moins judiciaire. On n’en entend pas parler du tout. Sa définition même nécessite quelques explications.

Dans une famille, tout adulte occupe vis-à-vis d’un enfant une place générationnelle : père, mère, oncles, tantes, grands-parents, cousins. Les enfants sont aussi en contact avec les « ami(e)s des parents ». Ils n’ont pas de liens de parenté mais ne sont pas de la même génération qu’eux. Plus largement, dans la société, tout adulte occupe le plus souvent une position professionnelle vis-à-vis d’un enfant : nourrice, enseignant, médecin, commerçant, pour ne citer que quelques exemples. En famille ou dans la société, cette place réfère l’adulte à un tiers : dans la famille, la mère est référée au père, et réciproquement ; dans la société, l’enseignant est référé à l’Education nationale, le curé à l’Église, les amis aux parents, et le juge à la Justice. Lorsque l’adulte exclut ce tiers, il court le risque de transgresser les limites imposées par sa position générationnelle ou son métier. Il se trouve alors en « position pédophile » vis-à-vis de l’enfant. C’est le cas d’une mère excluant radicalement tout tiers, et en particulier le père, dans sa relation avec l’enfant. C’est aussi le cas du père incestueux qui exclut la mère et séduit ses enfants. De même pour les enseignants, hommes ou femmes, lorsqu’ils oublient qu’ils sont enseignants ou abusent de leur position professionnelles pour transgresser les limites imposées. Ceux qui gardent le secret quand un enfant s’est confié à eux se font leurs complices et, de ce fait, abusent d’eux.

Allons plus loin : tout ce qui annule la distance nécessaire entre un adulte et un enfant rend cet adulte pédophile, au sens où il est identifié à l’enfant et non plus au tiers séparateur. Il ne perçoit plus de différence entre l’enfant et l’adulte qu’il est dans la réalité. En ce sens, les femmes peuvent être aussi pédophiles que les hommes.

La pédophilie ayant existé de tout temps, on peut se demander, sans bien sûr le regretter, pourquoi notre société ne la tolère plus. Il existe probablement plusieurs facteurs. Le premier, même s’il parait banal, est le suivant : notre vision des adultes et surtout des enfants a radicalement changé. Il n’y a pas si longtemps, le but avoué de l’éducation était de dresser les enfants et de mater leurs mauvais instincts. Les adultes issus de cette éducation avaient toujours raison ; ils étaient parfaits. Il était impensable de les soupçonner du moindre acte illicite envers les enfants, même (et surtout ?) si quelques courageux osaient se plaindre. Les enfants étaient toujours des menteurs, les adultes jamais. Le proverbe « La vérité sort de la bouche des enfants » n’était plus valable quand les enfants osaient se plaindre des adultes.

Aujourd’hui, le but de l’éducation est l’épanouissement de l’enfant. Grâce aux psychanalystes et aux chercheurs scientifiques, on reconnaît aux enfants, dès la naissance, toutes sortes de compétences et parfois même toutes les vertus.

L’autorité des adultes, surtout celle des parents et des éducateurs, en a pris un coup. Auparavant, ils n’avaient que des droits et, quand ils en abusaient, ils n’étaient jamais sanctionnés. Maintenant, ils n’ont que des devoirs et sont placés sous la surveillance vigilante de la société au moindre manquement. Quand on observe jusqu’où peut aller la prévention de la maltraitance des parents, on voit bien qu’implicitement certains pensent que la principale menace qui pèse sur les enfants, ce sont les adultes et, parmi eux, les parents.

Le second facteur qui expliquerait la répression de la pédophilie serait une crainte diffuse de l’indifférenciation générationnelle. En luttant contre la pédophilie, nous luttons contre le fait qu’un adulte se considère comme un enfant ou qu’il considère l’enfant comme un adulte. Or nous vivons justement dans une société où l’indifférenciation générationnelle est devenue une valeur : on reconnaît aux enfants bien davantage de droits que de devoirs que l’on omet de leur rappeler ; les petites filles singent les femmes de plus en plus tôt, la transmission de certains savoirs s’est inversée quand les enfants initient leurs parents à l’informatique ou programment le magnétoscope qu’aucun adulte ne sait faire marcher. Du côté des adultes, le culte de la jeunesse et la hantise de vieillir -alors que justement on vit de plus en plus en plus vieux- conduisent hommes et femmes à se donner éternellement les attributs de la jeunesse. Une publicité récurrente pour une marque de vêtements féminins montre des photos de couples mère-fille. Aucune des deux ne paraissant son âge, on ne sait plus qui est qui.

Ces faits de société ne sont pas mis en relation avec la pédophilie. Pourtant, quand plusieurs facteurs se conjuguent pour gommer les différences perceptibles entre les générations, on ne peut empêcher une angoisse sourde de monter, qui se traduit notamment par une revendication de normes.

Mais il faut aussi raison garder. Autrefois, c’étaient toujours les enfants qui mentaient. Ce n’est pas une raison pour dire aujourd’hui que les enfants ne mentent jamais. On ne peut à la fois reconnaître que l’enfant est un être humain à part entière et lui dénier cette faculté éminemment humaine de mentir. Pour ma part, c’est justement parce que je sais qu’un enfant peut mentir que je le crois.

 

 

Hier soir, dans l’émission d’Arlette Chabot, François Bayrou s’est vu contraint de répondre aux attaques répétées et plutôt abjectes de Daniel Cohn-Bendit sur le même ton vindicatif employé à son égard…

 

Plutôt que de parler de la forme avec laquelle François Bayrou s’est exprimé -forme qui n’était que la manifestation de son indignation- je veux ici saluer le courage avec lequel il a assumé ses convictions.

 

Parlons du fond uniquement :

Donner des limites, par une éducation cohérente, que ce soit par ses parents ou par ses enseignants, est la seule manière de faire d’un enfant un adulte responsable.

 

François Bayrou le sait. Il le dit !

 

Il a bien fait.

 

A très bientôt !
Françoise Boulanger
grand-mère, mère, fille et petite fille de...

Partager cet article

Repost 0
Published by FB-40
commenter cet article

commentaires

Françoise Boulanger 11/06/2009 10:47

Merci à toi Chantal de me donner tes impressions. Elles sont tout à fait ce que je pense.Au sujet des faux débats, je crois que c'est cela que nous pouvons condamner à travers nos blogs. Rétablir les vérités. Dire les priorités des vrais réflexions à avoir dans l'intelligence collective.J'ai adoré ton propre billet, cru, franc et percutant.J'aime la transparence et ce sont les échanges sincères, sans concession pour nos erreurs qui feront avancer vers le progrès de toute une société.Faisons le avec bienveillance pour notre fragilité mais faisons-le ! Grosses bises à toi Chantal.

force_hyeres 11/06/2009 10:23










Je trouve très intéressante cette théorie de l'indifférenciation générationnelle avancée par cette pédopsychiatre, de grande qualité à l'évidence. Et merci Françoise de nous faire partager ses écrits. C'est intéressant dans la mesure  où ça inverse des schémas qui tendent à  rentrer dans une "norme sociale" acceptée, sinon par tous, du moins par le plus grand nombre.
Ce qui est d'ailleurs inquiétant de mon point de vue, c'est cette généralisation d' une pensée unique concernant  la relation adulte-enfant dans une espèce de connivence à limiter...les limites. Ces "normes" (certainement inspirées de la fin des années soixante) rapprochent les enfants de plus en plus tôt du monde adulte (sans y avoir été spécialement préparés ou protégés) , et éloignent les adultes de plus en plus tard du monde des enfants (en y étant encouragés par une société consommatrice de jeunisme et d'irresponsabilisation ). Cette normalisation sociale qui se banalise met en danger certaines de nos valeurs qui sont pourtant le socle de notre société moderne.
C'est ce changement de normes et ce détournement de nos valeurs fondamentales qui, pour ma part, ne laissent aucune place à un consentement à des déviances morales touchant de près ou de loin aux enfants. Et sur ce point je comprends tout à fait François Bayrou que je sais tout à fait sincère sur ce sujet qui le touche, en tant que père, grand-père et humaniste. Qu'il ait eu tort d'en parler à ce moment-là, lui-même le reconnaît, inutile donc d'en faire tout un débat qui n'a pour vocation (pour certains) que d'éloigner le vrai débat de fond qui devrait s'imposer.
Car, le probème le plus important, le plus opposable, est-il : François Bayrou a-t-il déconné d'en parler ce soir-là ?...ou bien : Un haut responsable politique ne doit-il pas rendre compte, publiquement, sur des écrits inacceptables sur les enfants? N'a-t-il pas le devoir de dire ouvertement que ce genre de thèses écrites, publiées, défendues sur des émissions télévisées littéraires (et même sur fond -ou prétexte- de provocation), auront pu permettre à certain(e)s les pires déviances? Quelle est la vraie question qui mérite débat?
Merci Françoise pour ce billet qui nous fait découvrir le point de vue d'une grande spécialiste en la matière.
Bises. Chantal

Françoise Boulanger 06/06/2009 20:04

Pour respecter la loi électorale, je ferme les commentaires sur ce blog.En fait vous pouvez m'écrire mais je ne validerai vos écrits que dimanche soir, après la fermeture des bureaux.Bon vote à tous !

Françoise Boulanger 06/06/2009 19:58

Euh, oui mon bon Daniel ?!

daniel mounicq 06/06/2009 19:44

Ma bonne Françoise,

Françoise Boulanger 06/06/2009 00:50

Cher David,Le fait que tu m'envoies deux fois ton commentaire démontre bien ta déception. ;-) Mais je crois que tu te trompes sur la personne qui s'est mal comportée.Puis-je me permettre de me servir du commentaire de Christine ? Lis ce qu'elle écrit s'il te plait. Je trouve qu'elle a raison; et plus que jamais je reste confiante en François Bayrou. Je maintiens donc ce que je t'ai répondu tout à l'heure sur ma messagerie. Allez, toi aussi demain, sur ton marché peut-être, continue à tracter sans te décourager.D'ailleurs, je te le redis à toi puisque tu étais là, certaines choses qui se sont dites à Mont de Marsan si tu te souviens, ne sont pas forcément ce que j'attendais. Ce sera dans mon prochain billet, celui qui est en attente et dans lequel je n'épargne pas vraiment FB. Je le mettrai en ligne dès dimanche... soir, promis.Grosses bises et à bientôt.

Françoise Boulanger 06/06/2009 00:39

Ma chère Nelly, je te vois bien déçue, désabusée et presque vaincue. Pourquoi veux-tu que l'on perde des voix ?!Moi demain sur le marché, si l'on vient m'attaquer sur ces positions courageuses de François Bayrou, crois-moi que je ne me laisserai pas faire et qu'au contraire je clamerai ma fierté.Ne te laisse pas abattre. Allez courage ! Et je te fais de grosses bises.

Françoise Boulanger 06/06/2009 00:33

Un grand merci Christine de ta visite; Je viens d'aller faire un petit tour en Bretagne sur ton site et vais y retourner au plus vite.J'aime beaucoup ton commentaire et t'approuve en tous points naturellement.Ta comparaison avec Tartuffe est tout à fait bien vue.Cette pièce de Molière a vu ses deux premières versions censurées et n'a pu être jouée que... 5 ans plus tard ! Quelques similitudes se répèteraient-elles dans le théâtre politique plusieurs siècles après ? ;-)

Françoise Boulanger 06/06/2009 00:09

Ah ah, Philippe, je me doutais que j'aurai un commentaire passionné de ta part ! Un grand merci de ton soutien toi aussi. J'aime bien tes théories sur la théorisation mais attention je n'ai jamais dit avec Caroline Eliacheff (car ce n'est pas ce qu'elle dit) qu'une mère poule serait carrément assimilée à une pédophile.Non, Philippe, ce qui est vicieux (allez, employons le terme adéquat) c'est si cette femme repousse toute autres personnes adultes pour s'accaparer l'enfant ou les enfants; c'est seulement si elle se fait la "copine" en permettant avec complaisance toutes les libertés à ses enfants pour se "faire bien voir" d'eux par exemple, ou pour avoir elle seule une emprise, en achetant en quelque sorte leur amour pour écarter les autres adultes, que cela devient contraire à une bonne éducation. Une mère qui couve ses enfants, son mari, ses propres parents c'est le rêve non au contraire ?! ;-)

Christine 06/06/2009 00:08

Très bon billet Françoise. Je suis en phase aussi avec les commentaires de JF le démocrate et de Philippe.Je connaissais déjà le passage du livre de Cohn-Bendit et je me souviens l'avoir entendu se défendre à sa manière très mesurée et donc de mon point de vue aggraver son cas en 2001. J'ai toujours gardé depuis envers lui une méfiance instinctive de mère de famille. Et je considère FONDAMENTALEMENT que quelqu'un qui est prêt à profiter d'un enfant et à le légitimer pas écrit n'a pas sa place dans le débat politique : quel intérêt PUBLIC prétendrait-il défendre ???Mais je ne m'étonne pas aujourd'hui d'entendre ses partisans et surtout les détracteurs de Bayrou pousser des cris d'orfraie. C'est une attitude qui est devenue courante dans notre pays : crier à la délation et en faire un crime plus grave que celui qui est dénoncé. On peut caresser un enfant, et cela au sein même d'une institution éducative, on peut s'en vanter dans une autobiographie et dire sur les plateaux de télé que ce n'est pas choquant, mais on se scandalise que quelqu'un trouve cela répréhensible.Tartuffe !Tartuffe aussi avait réussi à mettre Orgon à la porte de sa propre maisoni... 

Françoise Boulanger 05/06/2009 23:55

Exact JF tu as fait une bonne analyse. En tout cas je te suis. Mais le problème est que l'on peut être déçu de certains comportements mais ne pas tout désavouer en bloc; Ne pas tout systématiquement condamner  non ?! ;-)François Bayrou lui-même sait que des doutes sur lui j'en ai eu et en aurai probablement encore; mais je me dois de dire lorsque une de ses attitudes est primordiale pour un humanisme cohérent. Sur ce sujet précis de l'éducation elle l'est.  

Françoise Boulanger 05/06/2009 23:38

Et bien je vais faire comme Robert Rochefort ! Je réponds à la dernière question. Ou plutôt au dernier commentaire d'abord.Merci de ton passage Florence "la-vraie-FB" donc ;-)Oui je suis d'accord avec toi, dans ce domaine on ne peut pas tenir compte du contexte. C'est la tournure d'esprit qui a choqué François Bayrou et ceux qui peut-être comme moi viennent seulement de découvrir les faits. Sans ce livre (dont j'ignorais l'existence au demeurant) j'avais déjà cette opinion négative de Daniel C-Bendit sur ses seules positions : Depuis 68 où son extrémisme me faisait peur (j'avais seulement 16 ans mais étais capable de critique) jusqu'à certaines déclarations plus récentes à l'emporte-pièce qui m'apparaissaient agitatrices. Je ne suis donc pas étonnée du ton qu'il a donné au débat en venant provoquer François Bayrou. Il est évident que FB avait préparé sa riposte "le cas échéant" car cela faisait plusiseurs semaines, voire plusieurs mois qu'il subissait des attaques peu loyales sur ses opinions religieuses en particulier. Moi, sincèrement, je l'ai trouvé gardant sa dignité et le seul tort de la tournure prise par le pseudo-débat est à attribuer à la seule Arlette Chabot.Elle a réellement fait de la manipulation en appariant sciemment des couples explosifs. Elle a mis en scène une totale imposture; un semblant de démocratie avec un presque comptage des temps de parole; De petites réflexions pour passer comme victime.Là est la honte de ce débat qui a voulu piéger tous les politiques, y compris Xavier Bertrand et Martine Aubry qui n'ont pu avoir de vrais débats. C'est véritablement irrespectueux pour les spectateurs.Encore une fois, je suis persuadée que toute la faute doit en incomber à cette mauvaise journaliste. Cela ne se serait pas passé ainsi avec un Calvi que nous entendons en ce moment par exemple au sujet du film Home...Pour en revenir au fait que François Bayrou ait eu raison ou pas de s'exprimer sur ce sujet pendant un débat sur... les européennes. J'ose dire que OUI ! Cela fait partie des idées essentielles, des valeurs qu'il prône par-dessus tout. L'éducation est LA première tâche que des adultes s'emploient à mettre en oeuvre pour la construction de chaque enfant. C'est donc une valeur-fondation de toute idéologie non ?Peut-être s'est-il rendu compte que ce sujet devenait urgent à aborder enfin en politique. Aspirer à de l'honnêteté et de la solidarité encore une fois, c'est donner des interdits aussi il me semble. Les fameuses limites, les bornes à ne pas dépasser, ni d'un côté, ni de l'autre...

JF le démocrate 05/06/2009 23:33

Personnellement, je trouve cette affaire très instructive, car je constate que les contestations (celles radicales, pas les modérées) sur les blogs quant au comportement de Bayrou viennent de 2 catégories majoritairement:1) les fanatiques de Cohn-Bendit (j'en ai un sur mon blog ... et ce n'est pas un cadeau)2) les déçus du MoDem, ceux qui n'ont pas trouvé leurs espoirs voire leur compte dans l'organisation interne du MoDem.

FB 05/06/2009 22:11

Je déplore cette sortie d'hier soir... ce n'était pas le lieu ni le ton... et je ne crois pas même qu'on puisse justifier par "il a été agressé et traité de minable", même si c'est vrai. Je pense sincèrement que ne pas répondre à tout çà aurait été mieux. cela dit, je ne supporte pas qu'on excuse les propos de DBC même en 1975, même dans le "contexte", même si des actes n'ont pas été commis. il n'y a pas de contexte qui tienne dans ce cas là. sur ce point il a eu raison de ne pas s'excuser.de toute façon ce débat était consternant totalementton article est très bon Françoise 

Philippe, 05/06/2009 21:53











Trois réactions Françoise,
D'abord tout come toi, j'approuve Bayrou, les choses doivent être dites quant il s'agit de faits publiques. Et puis le langage du cœur me plait par dessus tout. La colère saine est toujours une bonne colère.
J'approuve aussi Bayrou, dans sa conférence de presse, quand il parle de l'ignominie de la théorisation. Comme tu peux commencer à le savoir, en politique je suis un anti- expert et un anti-« théorisateur ». J'approuve Bayrou, quand il dit que la théorisation  des telles pratiques est une chose démoniaque. Et donc, de même, je désapprouve aussi la « théorisation » exagérée de la pédophilie, qui dirait qu'une mère de famille aimant trop ses enfants deviendrait elle aussi, quelque part, une pédophile. Donc là, j'émets des réserves. Est-ce qu'une mère couvant trop ses enfants est une pédophile? J'aurais tendance à dire non. Je pense qu'il faut en rester à une définition faisant état uniquement d'attouchements ou de relations sexuelles, c'est déjà largement suffisant.
Il faut de la diversité, je ne pense pas qu'il y ai une seule et bonne façon d'élever ses enfants. Je ne crois pas ceux qui veulent théoriser l'éducation. Laissons aux parents leur choix, leur liberté, leurs envies, leurs convictions, leur responsabilité, leur sagesse, leur feeling. Si on leur enlève cela, il ne leur restera plus rien, et alors autant ne plus faire d'enfant....
 

Nelly 05/06/2009 21:49

Pour moi, c'est de la récupération + de la démagogie... c'est carrément indigne de la "politique autrement"... Je suis consternée, encore une fois...Et on a perdu tout plein de voix... de ceux qui attendaient du fond (il y en a dans le projet), mais aussi de la forme, et là : carton rouge.Faut être crédible... et cela dépend du savoir-être.

Françoise Boulanger 05/06/2009 17:38

Revenue quelques instants, je dois repartir.Merci de tout coeur JF le démocrate d'avoir compris et mon billet et le sens de la réaction de François Bayrou qui ne répondait qu'aux attaques incessantes de DCB...Je maintiens fortement mes positions : FB a la vision la plus juste qu'il soit de ce sujet.Je répondrai aux autres commentaires ce soir après avoir vu "Home" que je vous recommande de regarder ou au cinéma (gratuit ou 2 € max) ou à la télé sur la 2. Cela dure 2 heures mais ce sera un pur moment de magie et de prise de conscience du monde que nous pouvons transmettre à nos enfants : soit noir, soit gris. Pour le blanc de blanc c'est malheureusement trop tard.Grosses bises JF.

fleurentdidier 05/06/2009 16:41

J'ai trouvé ça petit, nul, irrespectueux vis à vis des français qui ont essayé de suivre ce débat
J'ai trouvé ça déplacé, je suis déçu de sa réaction.
Certes, on peut se dire que F.B. est fatigué, etc etc.... mais m***e! c'est son job! il n'aurait jamais du se comporter comme ça....
Qu'est ce que ça a apporté? rien. On ne parle que de ça dans les journaux, et ça jette le discrédit sur tout le monde. Et aprés, on rame pour rattraper ça. Comment paraitre sérieux aprés cette mascarade?
Il est tombé, encore, dans le piége. Il a joué le jeu du PS et de l'UMP!
Même le Postier a été meilleure que lui.
Je suis déçu par sa réaction et par cette attaque. Cohn-bendit, n'a jamais été accusé de quoique ce soit sur cette "affaire", n'a jamais été mis en cause. Pourquoi salir l'image de quelqu'un sur des faits qui ne sont pas punis par la loi? Même les gamins (maintenant adultes) dont il s'est occupé soutiennent Cohn-bendit.

Vous savez à quoi ça m'a fait penser? à la presidentiel quand il a dit: "moi, je ne voterai pas Sarkozi", au lieu de rester impartial et neutre.

On verra ce que cela nous aura apporté le 7 juin, mais je crois qu'on va avoir mal.
 
C'est le mail que j'ai envoyé à certains (dont à Françoise). Peut être ai-je tord, peut être que non.... n'empéche, venant d'un leader, j'aurai aimé une réaction plus retenue, plus mesurée. On ne peut pas salir les gens sur des faits qui ne leurs sont pas reprochés. De plus, il n'y a aucun lien entre le débat qu'il y aurait dû avoir et ceci....Fleurentdidier David

passage 05/06/2009 16:37

FrançoiseCe qui te choque, c'est ce que tu interprètes. Tu ne peux pas dire que je cautionne la pédophilie, je n'en fais simplement pas état dans mon commentaire. Relis moi, je n'en parle pas.Hier soir, au débat, il n'y avait qu'un homme aveuglé par sa haine qui avait préparé ses petits papiers et qui présentait un repas comme une connivence et quelques lignes écrites dans un certain contexte pour faire de son adversaire une pédophile. Et ça ne t'a pas gênée... Ce qui me choque moi, vraiment, c'est de te voir rentrer tête baissée dans le jeu de Bayrou... En bonne petite adhérente Modem qui refuse de signer une demande de saisine de commission quand des adhérents se font tabasser... Et là c'est du concret... Mais ça rentre sans doute dans tes critères de limites à imposer en terme d'éducation. Quand tu dis que Bayrou a" le courage de prendre clairement position et de dire ses indignations, " il y a de quoi se gausser quand on connait le courage de Bayrou et sa capacité à s'indigner dans son parti déjà... Je ne vais pas faire une page sur le contexte et l'intention de ces mots écrits par DCB à l'époque et qui  n'étaient pas une preuve de pédophilie de sa part. Je ne soutiendrais pas une thèse sur le sujet parce que si j'ai envie de m'exprimer sur celui ci, j'écrirai un article qui n'aura pas pour intention de soutenir un petit homme politique (quel qu'il soit) qui ne sait plus quoi utiliser et comment pour détruire ses adversaires.Je respecte trop ce sujet pour le laisser instrumentaliser aussi bassement. Même par toi.De plus, je n'accepte pas que tu te permettes d'insinuer que je puisse avoir privé mes enfants de conseils sur le sujet. Mes enfants, justement, ont bénificié d'une éducation leur permettant de déceler toute forme de tentative de manipulation, même celle dont tu es victime et qui aveugle ta raison. Alors, pour ce qui est des limites, ils ont la conscience que leur corps leur appartient et la capacité à dire non bien plus que certains adultes...Françoise Blanche

JF le democrate 05/06/2009 16:29

Un billet très intéressant. Inutile de dire que je suis parfaitement en phase.

Petits rappels utiles...

Quelles sont vos relations avec l'opposition ?

« L'opposition municipale est ce qu'elle est. Le débat n'est pas à la hauteur de ce que je souhaiterais. Le climat n'est pas non plus ce que j'attends. Pourtant, je crois à l'intérêt d'une opposition. Elle est là pour relever des erreurs, faire des critiques et des propositions et à ce jour, il n'y a pas eu une seule proposition. Le débat est médiocre. Mais ce n'est pas vers ça que je me laisserai entraîner. J'ai été élu avec la volonté d'apaiser le climat dans cette ville, de renouer des échanges normaux entre les Dacquois, entre les sensibilités politiques. Et lorsqu'il s'est agi de désigner des représentants dans les commissions des fêtes, j'ai désigné des gens dont je sais bien qu'ils ne partagent pas ma sensibilité politique, et certains étaient même sur des listes adverses. Mais ils ont des qualités et des compétences et moi je pense qu'une ville doit s'enrichir de sa diversité et de ses compétences. » 

 

* * *

  

Êtes-vous un maire de gauche ?

« Je suis le maire de tous les Dacquois et je m'efforce de le démontrer. Je pense être quelqu'un de tolérant. J'ai des convictions politiques, elles sont connues de tous, je suis attaché à des valeurs humanistes, de solidarité, que l'on qualifie plutôt de gauche, mais je constate souvent que ces mêmes valeurs sont portées aussi par des gens qui ne sont pas de la même sensibilité que moi... Quand par exemple, je défends le dossier des logements sociaux, on dit : « Bellocq fait ça parce qu'il est de gauche ! » Non. Je le fais parce que c'est un besoin à Dax. Et ce n'est pas une question de droite ou de gauche. On pourrait dire la même chose dans d'autres domaines comme la culture, le sport etc. Si l'on travaille sur un projet de rénovation du stade Maurice-Boyau, ce n'est pas un projet de gauche ou de droite... Mon prédécesseur s'était isolé derrière ces remparts. Moi, je travaille pour tous les Dacquois, avec tout le monde, et en harmonie avec la Communauté d'agglomération du Grand Dax, le Conseil général et je peux vous assurer qu'avec le Grand Dax comme avec le département, il n'y a pas de passe-droit. On monte les dossiers le mieux possible et on fait en sorte que ces dossiers soient recevables auprès de ces deux institutions... »

Propos recueillis par Jefferson Desport et Didier Piganeau le 16/03/09

L'Union Européenne

 RADIO - HOME

 


L'hymne Européen

 

Commentez ou écrivez-moi !

Dénoncez sans problème les agissements contraires à la démocratie !
Pas d'attaque trop personnelle toutefois. Ici l'on n'accuse pas sans preuve.
Ecrivez-moi ou envoyez un article de votre plume.

Je le publierai pour vous :
france.boulanger.m (puis)@(puis)orange.fr